L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

vendredi 24 octobre 2014

Un maquereau sur les ondes

maqColias.jpg



Jacques Munier a évoqué ce matin (6h35) dans sa chronique des "Matins de France Culture" (“L’essai et la revue du jour”) l’Éloge du maquereau de René-Louis Doyon (Serge Safran, septembre 2014).
En terme onctueux et doux à nos oreilles.



René-Louis Doyon Éloge du maquereau. Édition établie et annotée par le Préfet maritime. - Paris, Serge Safran éditeur, 2014, 175 pages, 12 €


mercredi 22 octobre 2014

Rapide rappel aux oublieux

flyerWeb.jpg



On en profitera pour parler en douce de Doyon, de Cladel, des maquereaux et des borgnes...

Jeudi 23 octobre 2014 à 18 h 30

Librairie Albin Michel
229, boulevard Saint-Germain
75007 Paris
Métro Solférino

mardi 21 octobre 2014

¡ Vamonos a las cavaleras francesinas ! (Michel Lasserre grave de grave)

calavermichellasserre.jpg


¡ Vamos a ver a las Calaveras francesinas ! de Don Miguel de la Sierra.


Michel Lasserre expose ses nouvelles gravures et ce sont, pour nous plaire, des cavaleras.
Son trait plein d'ironie est bien fait pour illustrer cette tradition endiablée et sans âge qui pose un regard satirique sur les usages du jour.
Très certainement, ça promet.
Ce sera à la Galerie Artcomplice à partir du mardi 4 novembre (vernissage 18 h-22 h) et jusqu'au samedi 15 novembre.

Galerie Artcomplice
Ouverte de 12h00 à 20h00 (fermée le dimanche)
11 rue petit
75019 Paris
M° Laumière

lundi 20 octobre 2014

Vieilles Connaissances (Siegfried Sassoon)

sassoonssieg.jpg



Vieilles Connaissances


J'ai observé le vieux Chimpanzé accroupi : il traçait
de pénibles dessins sur le sol : j'ai regardé
le rouge Orang-Outang au visage songeur
Mâchonnant la paille méditative du chasseur.
Il y a très longtemps, je les avais connus puis à demi oublié qu'ils avaient mal tourné (comment ? jamais je ne le sus
Pauvres vieux !) et pourtant il semblait si peu généreux, si grossier
d'être là — planté devant eux — sans mot dire — la bouche bée que je risquai : "Des siècles que nous ne nous sommes rencontrés" et essayai
mon sourire candide d'amitié - ce fut en vain.
L'un se gratta une cuisse velue - tandis que l'autre soupirait
en détournant les yeux — je vis que je leur plaisais moins
que lorsque sur les collines d'Epsom, par un temps découvert
nous repoussâmes le Tétrarque et nous enivrâmes de concert.

Siefgried Sassoon

Poème traduit par Fernande Hélie et publié dans Les Feuillets libres (octobre 1929)

dimanche 19 octobre 2014

Les 1001 Vies des livres se signent

flyerWeb.jpg




Jeudi 23 octobre 2014 à 18 h 30

Librairie Albin Michel
229, boulevard Saint-Germain
75007 Paris
Métro Solférino

- page 1 de 454