L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Yves Martin

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 5 janvier 2017

17, année B7

GastonBaissetteeExpo.jpg



La ville de Montpellier consacre une exposition à Gaston Baissette, l'auteur de L’Étang de l'or, l'un des très grands livres français du siècle dernier.
Vous ne saviez pas ?
Allez, vous voilà informés.
Le livre est un chef-d’œuvre qu'il n'y a pas si longtemps Yves Martin conseillait à qui voulait l'entendre. Depuis son île, le Préfet fit à son tour le porte-voix, tandis que son éditeur maintenait le livre à son catalogue, vaillamment.
Médecin, poète, homme de la nature, Gaston Baissette mérite toute votre attention et la mise en vitrine de ses archives vaut que vous vous pressiez, jusqu'au 17 février, à la médiathèque centrale Emile Zola.
Pour vous exciter l'appétit, une émission de 2014 par Alexandre Héraud sur France inter devrait faire l'affaire : c'est ici
Et par là, quelques vers.

lundi 3 mars 2014

Ils sont tous passés à Liscorno

liscorno.jpg



Dans son nouvel opus, Liscorno, Jacques Josse, l'auteur de la belle ''Lettre à Hrabal'' et de ''Cloué au port'' donne l'adresse de la soupente où tout a été consommé. En Bretagne intérieure et non sur la côte, ce descendant de marin a vogué dès l'âge conscient dans une mer de pages, et en particulier de vers, où les écrivains chers à son cœur ont laissé leur empreinte. Ceux de la Beat generation, et Jack London évidemment, et puis le local de l'étape, l'incontournable Tristan Corbière, avec Armand Robin et même Paul Celan, Yves Martin, le marin des cinémas parisiens, et le querelleur Jean Genet.
Ce livre est également le prétexte ou l'occasion d'évoquer ses proches et ces figures plus ou moins hors-barrière qui déroulaient leur vie près de lui, lui qui imaginait la mer à quelques kilomètres de là quand la tempête roulait au-dessus de sa tête.

Froid, mort et solitude tissaient des liens secrets dans ma soupente. Des poètes apparaissaient sous la couverture glacée d'une collection de poche avec leurs visages colorés qui formaient bandeau et galerie de portraits très inspirés. Je les alignais sur une planche. Corbière avait des petits frères à gueule de tanche.


Apologie de la lecture, du voyage et du peuple des vivants, ce livre est tout empathie. Il est aussi apologie de ce don des dieux aux Hommes : les livres.


Jacques Josse Liscorno - Apogée, 96 pages, 12 €

lundi 21 octobre 2013

Sagesse d'Audiberti (III)

Audiberti_Maitre_Milan.JPG



Épuisé pour des raisons que son éditeur aura du mal à justifier, l'un des très grands livres de Jacques Audiberti, Le Maître de Milan contient des pages mirobolantes.
Et mirobolantes à tel point que Jacques Baratier avait prévu d'en faire un film avec, au scénario Yves Martin, lequel Yves, je m'en souviens comme si c'était hier, pestait contre les réveils à 5 heures auxquels le contraignait le réalisateur...
Dans ce livre formidable, on avance de ravissements en ravissements. Faut-il insister ?

Génio, en réalité, n'avait jamais cessé d'être écrivain. Un homme politique, un gouverneur est de toute façon un écrivain. Un écrivain qui parvient à tracer son œuvre dans une matière (l'humanité, les édifices, les cadavres, les hôpitaux) à la fois plus réelle et plus fugitive que la littérature. Mais, trente ans auparavant, Génio, jeune licencié en droit, avait bel et bien publié un livre de vers d'une trentaine de pages. Depuis, la masse compacte de ses discours, de ses rapports, de ses gestes et de ses pas ardents, volontaires et tendus dans l'épaisseur des choses humaines et historiques s'était, non sans beauté ni grandeur, opposée à ce petit fruit. La "littérature debout" (politique, conflits, voyages) lui paraissait mille fois plus valeureuse, plus virtuose que l'autre, la littérature assise, celle des écrivains, des poètes.




Jacques Audiberti Le Maître de Milan (1950). - On trouve d'occasion pléthore d'exemplaires de l'édition Le Livre de Poche de l'excellente année 1967.

jeudi 7 juillet 2011

Yves Martin et Valérie Rouzeau

MartinRouzeau.jpg



Voilà bien un sommaire pour nous plaire : un seul numéro de la revue Décharge propose — accrochez-vous — un recueil inédit d'Yves Martin et un dossier consacré à Valérie Rouzeau, avec un bel entretien.

Que demande le peuple ?

Les neufs poèmes inédits d'Yves Martin restaient manuscrits dans un cahier scolaire datés du Brunoy, septembre-octobre 1992, titré Le Mûrissoir.
Cet ensemble, rédigé dans une clinique lors de l'un des nombreux séjours hospitaliers que le poète eut à subir, faisait partie des archives de l'éditeur Guy Chambelland.

En voici quelques vers :

La douleur: une concierge
qui entrouvre ses rideaux.
Plus le pas et grave, plus ils bougent
L'entrée sent la musette, les cantines,
le pommeau de la rampe doit ouvrir
une paroi secrète. Au sous-sol,
la piquette des martyrs.



Dans la même livraison, un cahier photos de Sabine Weiss, les peintures de Nikos Engonopoulos, des poèmes de Jean-Paul Klee, six poètes allemands traduits par Rüdiger Fischer, des poèmes italiens de Jean-Louis Jacquier-Roux, des chroniques, etc.


Décharge (n° 150, juin 2011), 130 pages, 6 €
Illustration de couverture par Nikos Engonopoulos.
c/o Jacques Morin 4, rue de la Boucherie 89240 Egleny
decharge-revue@wanadoo.fr


A signaler également, l'entretien d'Yves Martin avec Léo Malet dans Garde à vue d'Alfred Eibel (voir l'Alamblog du 5 juillet dernier)

vendredi 6 mai 2011

Jubilé Alfred Eibel

EibelDepassageAparis.jpg



Alfred Eibel fait son jubilé. Journaliste, éditeur, sinophile et spécialiste du roman noir, ce drôle de paroissien récolte aujourd'hui les fruits d'une longue activité littéraire qui l'a amené à fréquenter d'autres personnages singuliers, tels son voisin de palier Jean-Pierre Martinet ou le poète Yves Martin.
S'il se définit lui-même comme un "garagiste de la langue" (entretien dans le Matricule des anges à paraître en mai), il est indéniable qu'il est aussi constructeur (voir la bibliographie lacunaire de ses éditions ici même) et un producteur (roman, essais, pré et postfaces, articles, etc.)
Trois ouvrages paraissent coup sur coup et... quelques autres s'annoncent, comme ces souvenirs depuis longtemps attendus.
Deux titres sont déjà disponibles : le fameux Hors Commerce dont nous reparlerons car ce livre est un ouvrage unique repris par les éditions du Sandre qui n'ont certes pas ménagé leur audace en rééditant avec enthousiasme cet opus magnum étonnant ; et un premier recueil d'articles consacrés à des écrivains américains, De passage à Paris.
La couverture conçue comme un flyer dit l'essentiel de ce que contient le livre. On peut souligner toutefois que les pages consacrées à Edward Bunker ou Iceberg Slim ne sont pas les moins étonnantes... (les autres auteurs passés à la question sont Jim Harrison, Robin Cook, Russell Banks, James Grady, Paul Auster, Toni Morrison, Jim Nisbet, Robert Ludlum, Lawrence Block, Michael Connelly, Kenneth White).


A suivre...


Alfred Eibel De passage à Paris. Entretiens. - Finitude, 120 pages, 13,50 €


A paraître

Alfred Eibel Garde à vue. Entretiens et rencontres. - Sète, Editions du Dauphin vert, 17 € En librairie le 20 juin prochain.
Table des matières :
Samuel Blumenfeld
Stéphane Bourgoin
Nicolas Bouvier
Serge Brussolo
Maurice G. Dantec
Pierre Drachline
Gilles-Morris Dumoulin
Jean Dutour
Claudine Frabre-Vassas
Frédéric H. Fajardie
Pascal Garnier
José Giovanni
Daniel Giraud
Armand Guibert
Fritz Lang
Auguste Le Breton
Michel Lebrun
Jack-Alain Léger
Gérard Legrand
Robert Levesque
Georges Londeix
Léo Malet
Yves Martin
Jean-Pierre Martinet
Georges Perros
Jacques Perry, Guy Rohou, Jacques Serguine
Patrick Raynal
Françoise Sagan
Jacques Serguine
Jacques Siclier
Michel Surya
Albert t'Serstevens
Marc Villard

Bibliographie d'Alfred Eibel
Trois lumières, choix de textes de Fritz Lang (Paris, Présence du Cinéma, 1964 ; rééd. Ramsay, 2007, "Ramsay poche").
Le chien merveilleux (Paris, Acropole, 1987).
Jean-Bernard Pouy (Paris, Méréal, 1996).
Les boulevards extérieurs de Marc Villard (Paris, Méréal, 1997).
Almanach du polar (Paris, Méréal, 1997).
Michel Lebrun, témoignages (Paris, Hors commerce, 2002).
En collaboration avec Françoise Montfort 500 façons d’éliminer son prochain (Paris, Éditions Hors commerce, 2004).
En collaboration avec Robert Gordienne Les grandes erreurs judiciaires (Paris, Le Cherche-Midi, 2007).
Tout sur Columbo (Sète, 2ditions du Dauphin vert, 2011).
Alfred Eibel (éd.) Hors Commerce (Paris, Éditions du Sandre, 2011).

Ajoutons à ces titres des préfaces à :
Peter Altenberg Ma vie en éclats (Cognac, Le Temps qu'il fait, 1989)
Armand Guibert Périple des îles tunisiennes (Paris, L'Esprit des péninsules, 1999).
Albert t'Serstevens Le Nouvel itinéraire espagnol (Paris, Mémoire du livre, 2001).
Albert t'Serstevens Un apostolat. Postface de Jean-Pierre Martinet (Courbevoie, Durante, 2002).

vendredi 24 octobre 2008

Big Shoot, une pièce de Koffi Kwahulé avec Denis Lavant

lavantbigshoot.jpg



Grand lecteur autant que grand comédien, Denis Lavant est amateur d'Yves Martin, de Henri Simon Faure, du SchrummSchrumm de Fernand Combet, de Jean-Pierre Martinet (il arbore le badge édité par l'Arbre vengeur), ou encore de Bastard Battle de Céline Minard comme il le prouvera bientôt.
C'est donc à l'évidence un homme de goût.


Il joue en ce moment un texte de Koffi Kwahulé, mis en scène par Michèle Guigon au Lavoir Moderne Parisien.


Jeux du cirque médiatique où le bourreau se fait artiste et offre à la curiosité malsaine de la société le spectacle de son crime.
Interrogatoire poussé, sévices psychologiques de détraqué, folie et sexualité.
Tour à tour inquisiteur et tortionnaire, Monsieur Invente Stan, sa victime, et fabrique l'"alibi" nécessaire à ses pulsions.


On y court si l'on n'est pas trop cloche.


Lavoir Moderne Parsien
23 rue Léon
Paris XVIIIe — métro Château Rouge
Réservations : resa@rueleon ou 01 42 52 09 14
Du mercredi (21 h) au dimanche (16 h et 21 h)

jeudi 28 décembre 2006

Bibliographie exhaustive de la collection L'ALAMBIC


L'Alamblog a une histoire dont vous n'avez, chers nautes, peut-être pas connaissance.

Afin de ne rien cacher, et pour éviter les malentendus, vous trouverez ci-dessous un résumé de l'action et le catalogue intégral de la collection, ainsi que du périodique (peu courant) dont un satané scanner refuse de rendre le beau vert.
En attendant ces données très roboratives, le Préfet maritime peut dévoiler d'où provient ce nom d'Alambic...

Lire la suite...