L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Sylvie Pierre

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 5 octobre 2017

La réalité lui cassait les pieds

AvertyCasse.jpg


Capricieux et matamoresque, le fantasque Jean-Christophe Averty restera une figure de l'entertainement des années d'après-guerre. Réalisateur, il aura tordu le média télévisuel à un moment où il était le plus malléable : à sa naissance. Certes, ses créations les plus fameuses sont restées en noir et blanc - il faudra beaucoup de pédagogie pour les "transmettre" - mais elles avaient su, alors, surprendre les gris et raides patrons de l'ORTF lorsqu'il dépassait le cadre de Dim Dam Dom, émission pop, en montant Ubu roi ou l'Auportrait mou de Salvador Dali. Décédé le 4 mars dernier, il avait donné au micro de Noël Herpe des entretiens passionnants dont l'impression en volume n'efface même pas son chuintement si personnel. Une fois qu'on l'a entendu, on ne l'oublie plus, de même que ses images, datées sans doute, mais parfois si marquantes (Chevallier en chaise roulante, Johnny en cage suspendue, un poupon passé à la moulinette...)

" La réalité me casse les pieds. Tout ce que j'ai aimé, tout ce que j'aime encore et aimerai jusqu'à ce que je sois enterré, ce sont les choses qui n'existent pas dans la vie et qu'il faut inventer. "

Possédé par sa terrible curiosité, passion s'il en est, Jean-Christophe Averty se montre telle que lui-même dans ces entretiens. Aussi incontrôlable que loufoque, et aussi loufdingue que caractériel. On imagine ce qu'il pouvait donner sur les plateaux mais, tout en plaignant bien les techniciens d'alors, on se régale de constater qu'il reste des êtres exorbitants, capables d'énormités mais parfois aussi de coups de génie.

J'ai suivi la leçon de Jarry : le comédien n'est qu'un porte-voix. Les finesses de jeu, les expressions n'ont aucun intérêt. ce qui compte, c'est le texte. Même s'il est dit n'importe comment ! Il vaut mieux jouter mal Ubu roi que jouer bien tout ce qu'on veut d'autre.


Caboches, caboches.


Jean-Christophe Averty La Réalité me casse les pieds. Entretiens avec Noël Herpe. - Plein Jour, 112 pages, 14 euros.

Et aussi Sylvie Pierre Jean-Christophe Averty, une biographie. - Paris, Ina éditions, 2017, coll. "Médias et Humanités", 340 p., 22 €