L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Roger Dévigne

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 9 février 2018

Consolations à Tristan Derême

Deremeconsolation.jpg



Consolations à à Tristan Derême qui n'a pas eu le prix Vie-Heureuse

Derême, en quelle erreur t'induit
le besoin de dorer ta plume,
toi, le seul rimeur d'aujourd'hui
qui sache parler à la lune...
Avec ton œil d'enfant, ton nez
relevé comme une épigramme
% et ton chapeau tout étonné
de recouvrir, là-haut, ton âme ;
Tu vas, Pierrot de la Garonne,
vers quels rêves, quels jeux austères ?
cherchant des rimes ? des couronnes ?
ou le dernier train pour Cythère ?

Mais tu conserves, dans ta malle
poil de chèvre (entre ta pipe,
quatre fleurs, un brin d'idéal)
ô flûteur de fines musiques !
tous tes poèmes, mon Derême.
Et c'est pour eux, va, que l'on t'aime.

Pour vous, chambres d'amour, pour vous
soirs de Toulouse et d'Ariège,
pour vous, tonnelles de rosiers,
pour vous, guinguettes de baisers,
pour vous, seins fous
jaillis du corsage et vous,
lèvres qui parcourez ces corps naïfs
de rêveuses provinciales,
pour toi, Théocrite de Tarbes,
lyrique, érudit et lascif.

Et quand les amants de Paris
voudront chanter et voudront vivre,
ils se liront, tout bas, ton livre
et, tous, le donneront, le prix !

Roger Dévigne



Les Nouvelles littéraires, 16 décembre 1922


samedi 25 avril 2015

Des Klecksographes et de la klecksographie

Kleck1908.jpg


Sous le dôme magnifique Grand Palais, parmi les trésors mémorables et les pièces plus ou moins futiles qui s'y montrent ces jours dans le cadre du Salon du livre ancien et de l'estampe, il est possible de voir sur le stand de la librairie Eric Grangeon un recueil d'autographes illustrés par la klecksographie, cette méthode bien connue dans son application de psychodiagnostic sous le nom de test de Rorschach. Maurice Denis, Francis Jammes, Gabriele d'Annunzio ou Isadora Duncan et Henri de Régnier (et alibi) ont participé à ce cahier collectif tenu par le critique littéraire et dramatique André Beaunier (1869-1925) et son épouse de 1908-1930. Très bel objet (5000 €) qui met en valeur ces signatures à l'encre bleue où entrait une part de spiritisme, comme nous le disait à juste titre naguère Chez Les Libraires associés. Lesquels ajoutaient : "La plupart de ces dessins étaient obtenues à partir de signatures, ce qui était censé former ainsi une sorte de "fantôme" du signataire. "Un album très populaire dans les années 1900 s'appelait "The ghosts of my friends", et ce n'est pas un hasard su la revue surréaliste Médium a eu pour emblème une klecksographie."

Cet échange avait lieu à l'occasion de la découverte dans le cadre de l'exposition Léon Deubel du musée de Belfort d'une ahurissante série de en couleurs — image suivante — réalisée entre 1906 et 1907 en s'inspirant de personnages morts ou vivants et parfois mythologiques, par trois personnages non négligeables du siècle dernier, j'ai nommé Jean-Pierre Lafitte, peintre de race, Louis Pergaud, écrivain, et son ami Léon Deubel, poète.
Tout ce monde devançait le test R. et précédait de beaucoup certain groupe de jeunes. De quoi revoir certain point d histoire de l'art. Quoi qu'il en soit, c'est Julius Kerner (1786-1862) qui avait inventé cette technique, ou du moins qui lui a donné son nom savant, technique qui avait naturellement tenter un aussi bon dessinateur que Victor Hugo, qui, on le ait aussi, fréquentait aussi la bouche d'ombre.
KleckPerDeuLaf.jpg
On doit souligner toutefois que l'exercice, apparement partagé dans certains milieux d'avant-guerre, ne se réalisait que très rarement avec des encres de couleurs mélangées.

Sur le stand de la même librairie, la collection complète des Actes des poètes, la revue de Roger Dévigne bien connu de L'Oeil Bleu. Il s'agit d'un exemplaire de collaborateur pourvu d'archives variées (correspondances, photos, corrections manuscrites, etc.) (7500 €)

vendredi 10 avril 2015

Dernier Oeil bleu

oeilbleu33.jpg



L’Œil bleu fait une réapparition toute sporadique avant de disparaître. C'est qu'il a beau être bleu, il est consciencieux : trop de matériel délectable trônait sur le marbre qu'il ne pouvait se résoudre à renvoyer ad patres.
C'est donc un numéro double 14 et 15 qui paraître le 15 mai prochain. Il sera question de ses sujets de prédilections que sont l'Abbaye de Créteil, la bohème parisienne des années 1910 mais aussi Georges Fourest, Louis Jouvet, Bernard Marcotte, Vincent Muselli, Saint-Pol-Roux, Jacques Soldanelle – et, plus curieusement, le vicomte Phoebus, Retoqué de Saint-Réac dont on se demande quelle surprise il va encore nous offrir après les travaux et révélations de Christian Laucou, et du "poète inconnu", ce vaste fantôme qui nous entoure, pléthorique, dont nous appelons tous à la cristallisation.
Alors, comme le dit son éditeur,

Ne laissez pas passer l’opportunité qui vous est offerte, une dernière fois, d’éclairer de la butaneuse radiance de L’Œil bleu vos fronts pâlis à l’étude !



L’Œil bleu n° 14-15, 186 pages, 17 € (au lieu de 22€) franco de port.


Sommaire Bernard MARCOTTE : Lettres à Louis Jouvet (présentées par Henri Cambon et Nicolas Leroux)
Nicolas LEROUX : La Minerve et l'elzévir. L'atelier d'impression des éditions de l'Abbaye de Créteil, 1907-1908)
Paul SCHNEEBELI : A l'écoute de Georges Fourest (1864-1945)
Henri BORDILLON : Pour en finir enfin avec les Etats d'âme du vicomte Phoebus, Retoqué de Saint-Réac
Benoit HOUZÉ : Le Manuscrit de la rue. Contribution aux œuvres complètes du poète inconnu
Vincent MUSELLI : Poèmes.
Julien SCHUH : Les Chroniques pré-pataphysiques du Bambou, suivies d'un choix des chroniques signées Jacques Soldanelle (J.-H. Rosny)
Mikaël LUGAN : De Paul Roux vers Saint-Pol-Roux (un poète marseillais à Paris)
France Bérénice Dévigne : Le Sémaphore de l'Île Saint-Louis (1924-1925) (Bibliographie des revues).
Nicolas LEROUX : Ultima Verba

mercredi 25 mai 2011

A la recherche de Percy Harrison Fawcett

MalekAbbou.jpg



Membre fort discret de la rédaction de la Fabrique des Icebergs, Malek Abbou est un critique et écrivain lyonnais. Son premier livre largement diffusé Métanoïa (2002) avait été fort remarqué. En s'attaquant à un mythe, il est fort probable que fassent de même ses Vies de Percy Harrison Fawcett, superbement sous-titrées Du chien-tigre à double truffe aux lianes de l'illimité solaire.

Percy Harrison Fawcett, si l'on s'en souvient, est ce colonel-explorateur britannique qui disparut en 1925 lors de sa huitième expédition à la recherche d'une cité perdue d'Amazonie (Fawcett recherchait en réalité des traces de l'Atlantide, la grande passion du moment, cf. Roger Dévigne par exemple) au coeur de la jungle bolivienne...

Son instinct le portait, son goût de la forêt équatoriale l'a retenu... Ou bien autre chose encore qui pourrait à voir avec la colorimétrie...

Bien entendu, ses "mondes perdus" eurent une influence conséquente sur l'imaginaire de son temps. Arthur Conan Doyle lui-même, qui se trouvait en relation avec Fawcett, se basa sur ses récits pour imaginer son roman Le Monde perdu. En 1911, Fawcett avait publié en effet le compte-rendu de ses premières explorations (la traduction a été rééditée chez Pygmalion) et la version que donne aujourd'hui Malek Abbou est la substantifique moëlle de fascination que peut provoquer un tel destin.

A l'instar du commandant Charcot ou de Lawrence d'Arabie, Fawcett est une figure majeure des aspirants à l'aventure.

Le fait que ses restes ne furent jamais découverts, non plus que celui de son fils et de ses partenaires, suscita beaucoup de rumeurs, de racontars et d'espoirs insensés... Avait-il atteint la cité de l'Atlantide qu'il cherchait ? douze expéditions successives se succèderent...

Et Malek ABbou conclut son livre en publiant une brèves de l'AFP... que vous découvrirez vous-mêmes. Nous n'allons pas gâcher le suspens.

Ajoutons cependant que des illustrations trament le récit, lequel est délectable, vif et ne donne d'importance qu'à l'essentiel. Une réussite adoncque, qui n'oblitère aucun rêve...



Malek Abbou Vies de Percy Harrison Fawcett. Du chien-tigre à double truffe aux lianes de l'illimité solaire. - Perrières (Calvados), Impeccables, 2011, 40 pages, 12,50 €




Bibliographie de Malek Abbou

Métanoïa (Paris, Hachette littératures, 2002)
Dream-drame, Christian Lhopital. Traduit en anglais par John Doherty (Lyon : Fage, 2007)
Catalogue de l'exposition Alain Jouffroy, poésie vécue (Lyon, Musée de l'imprimerie, 29 avril-28 juin 1999)

Préface
Préface à Alain Jouffroy XXe siècle, essais sur l'art moderne et d'avant garde, suivi de Le fantôme de l'art (Lyon, Fage, 2008, coll. "Actifs")

Collectifs
Une petite cuiller dans le bol. Du surréalisme à l'Externet en passant par l'individualisme révolutionnaire, entretiens avec Gianfranco Baruchello, Renaud Ego, Malek Abbou (Grigny, Paroles d'aube, 1998)
Avant post, n °2, nouvelle série, 2001, Second pneumatique, O sole mio, L'indécision n'exclut pas l'action... / Malek Abbou, Laurent Perez, Christophe Béguin... (Paris, Avant post, 2001, 1 CD)
Jean Clair ou la misère intellectuelle française. Textes de Malek Abbou, Claude Courtout, Pablo Durán... et al.. Dessins de Jean-Claude Silbermann (Paris, Association des amis de Benjamin Péret, 2002)