L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - René Troin

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 février 2016

† René Troin (1952-2016)

ReneD.jpg



Pierre Laurendeau nous informe de la disparition de René Troin. Nous relayons cette triste nouvelle, avec le texte et la photographie qu'il a bien voulu faire parvenir à notre île :

la disparition de René Troin. René était un « deleaturien » de la première heure, dès 1979. Il fut toujours attentif à mes aventures éditoriales, que ce soit sous la griffe de Deleatur, du Polygraphe, un temps Ginkgo et depuis quelques années Sous la Cape. Au tournant du siècle, René me transmit de courts textes – jeux d’écriture, petites nouvelles tendrement acidulées, farce cocasse autour de Johnny H. … - qui m’enchantèrent, ainsi que les lecteurs attentifs quand je les publiais dans la collection des « minis » de Deleatur. Je reçus ensuite un magnifique récit mêlant fiction et souvenirs de jeunesse, « La Crau, Arizona », qui parut à l’enseigne de Deleatur en 2002 ; suivi de « Georges écrit » (un faux roman policier à étages et à clés), que je fis publier chez Ginkgo, dans la collection « Biloba ». Enfin, en 2012, parut dans la collection Sous la Cape, un roman à tiroirs multiples, hommage souriant aux Mille et une Nuits, « Chantier Schéhérazade ». Les textes de René entretenaient avec la chanson, française ou anglo-saxonne, des liens d’amitié, j’allais dire de vénération, teintée de distanciation amusée. Les couvertures des deux plus récents romans, créées par Michel Guérard, en témoignent. Depuis quelques années, René se consacrait, avec deux complices, à un blog dédié à son sujet de prédilection : « Crapauds et Rossignols ». René n’était pas un bavard – les amis qui le rencontrèrent au Bougainville, à Paris, où il se rendait parfois le mercredi, s’en souviennent : en apparence en retrait des conversations croisées, il intervenait toujours avec pertinence et gentillesse. Sylvette, sa compagne (qui illustra plusieurs publications de photos), ainsi que Clément et Aurélie, ses enfants, nous ont toujours accueillis, Agnès et moi, avec chaleur dans leur maison de Toulon… En 2002, nous avions organisé, avec la complicité de la bibliothèque et de la DRAC de la Région PACA, une lecture-présentation de « La Crau, Arizona » à Hyères. René, aphone ce jour-là, avait joué une partition drolatique sur ses textes et nous avions imaginé un jeu de scène où un double de René Troin, mauvais acteur, avait pris sa place… L’acteur est parti, mais ses livres témoignent d’une présence toujours active de René.

Pierre Laurendeau




Notice wiki René Troin.