L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Raymond Roussel

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 15 octobre 2014

Raymond Roussel et l'Autrichien

Campingcarweb.jpg


Pour les exégètes de Raymond Roussel, cette coupure qui prend sens lorsque l'on se souvient que Raymond Roussel prend la route en 1925 avec sa maison mobile (dont les plans datent peut-être d'avant 1920).

Voici le texte d'illustration de la photographie de cet exemplaire de Floréal (1922) : "Un Autrichien, Franz de Schlechileitner, d'Insbruck, s'est fait construire une maison mobile du style tyrolien, où tout le confort a été réservé et où vivent à leur cinq personnes."


samedi 6 avril 2013

Raymond Roussel, par Madeleine Lemaire

RousselparLemaire.jpg


François Caradec en connaissait l'existence sans l'avoir jamais vu : une vente aux enchères met sous nos yeux le fameux portrait de Raymond Roussel par Madeleine Lemaire (info. E. W.).

Lot n° 75
Madeleine LEMAIRE (Ares 1845 - Paris 1928)
Portrait de Raymond Roussel enfant Aquarelle. Signé en bas à droite Madeleine Lemaire 24,5 x 17,5 cm page 22 Notre portrait est celui de l'homme de lettre Raymond Roussel, à l'âge de quatre ou cinq ans. Né en 1877 à Paris, il est le fils d'un agent de change et de Marguerite Roussel dont le père Aristide Moreau fut le président du conseil d'administration de la Compagnie générale des omnibus. Sa mère, grande amatrice d'art et collectionneuse, se lie avec le monde des lettres, de la musique et des arts qu'elle reçoit dans son luxueux hôtel de la rue de Chaillot (aujourd'hui rue Quentin-Bauchart) à Paris. C'est dans ce contexte que Madeleine Lemaire réalisera le portrait de son jeune fils. Esprit singulier, dandy féru de voyage, il développa un talent pour une écriture particulière reposant sur un malicieux mécanisme d'homophonie contredit par le sens des mots qu'il utilise. Incompris, il publiera son oeuvre à compte d'auteur. Il fut considéré comme un précurseur par le mouvement surréaliste. Nous remercions Monsieur Grassin-Champernaud pour avoir confirmé l'attribution et donné l'identité du modèle. Notre dessin sera inclus dans le catalogue raisonné de l'oeuvre de l'artiste actuellement en préparation.




Mercredi 10 avril 13 h 30 (hôtel Drouot).
Thierry De Maigret
contact@thierrydemaigret.com
01 44 83 95 20

lundi 11 juillet 2011

Jean Ferry, son train, son tigre et ses mille sommeils

JFerry.jpg



Haute figure de la 'pataphysique, Jean Ferry (Jean Lévy, époux de Marcelle Ferry (Lila) dit, 13 juin 1906-5 septembre 1974) est fort connu pour ses travaux sur Raymond Roussel (le copain de Dieu) et ses contes à dormir debout. On sait beaucoup moins — et Pauvert se garde d'en parler — qu'il fut, avec Breton, un efficace apporteur d'idées à la maison dudit Jean-Jacques. C'est le genre de choses que l'on ne clame point trop.

Scénariste et écrivain d'imagination, Jean Ferry venait de Nancy. A son arrivée à Paris, il travailla pour son oncle, José Corti et fit à cette occasion la connaissance des surréalistes. Il fut ensuite officier-télégraphiste sur les navires de la Société navale de l'Ouest et se tourna vers le cinéma. En 1931, il entama une collaboration à la Revue du Cinéma, se vit engagé par la maison Pathé-Nathan comme scénariste et dialoguiste et participa en outre aux activités du groupe Octobre.

Le recueil de ses contes, d'abord publiés comme "Le Tigre mondain" dans la revue Les Quatre vents d'Henri Parisot puis dans sa collection l'Âge d'or — et même repris par Pierre Bettencourt en ce qui concerne Le Tigre mondain —, furent réunis une première fois par les Cinéastes bibliophiles en 1950 avec une préface de Breton, puis par Breton lui-même dans la collection Métamorphoses (Gallimard) en 1953 (Jean Ferry était le compagnon de Lila, ex de Hugnet, du Pape et d'Oscar Dominguez). L'édition procurée par les éditions Finitude comportent désormais quatre inédits pêchés dans les publications du Collège de 'pataphysique et les textes canoniques qui l'ont distingué.

Étonnamment fasciné par la fatigue et le sommeil, Jean Ferry se montre dans ses fictions très préoccupé de voyages, de réalité quotidienne inscrite dans un non-ordre rationnel, dans les jeux de l'esprit et les incongruités cristallisant dans l'improbable, très bien servies par les illustrations de Claude Ballaré qui, dans le goût de Max Ernst, fait des merveilles.

La Société secrète de Kafka, Robinson Crusoair, pêcheur d'oiseau aventureux (dans le somptueux "Hommage à Baedeker" !), et le Ranoraraku de Rapa-Nui, ce volcan que l'on n'aborde jamais, forment une ronde folle et teintée d'un humour gris (Dominique Noguez).

Ce recueil est le parfait équipement pour farniente d'été. Rêveries assurées.



Jean Ferry Le mécanicien et autres contes. Illustrations de Claude Ballaré. Préface de Raphaël Sorin. — Finitude, 175 pages, 16,50 €

mercredi 2 mars 2011

Rixes (1950)

Rixes.jpg



Rixes
Comité de rédaction : Max Clarac-Sérou, Edouard Jaguer, Iaroslav Serpan
Secrétaire de rédaction : Max Clarac-Sérou, 32, rue Lucien-Sampaix (Xe)

n° 1 (mai-juin 1950)
La rédaction Inventaire en forme d'attitude
Georges Henein L'âge de pierre
Charles de Fieux de Nouhy Le Bil-gou-rout
Yves Battistini Insolite et cinquième élément
Edouard jaguer La Place de grève
Michel Butor Sur les procédés de Raymond Roussel
Max Clarac-Sérou D'une plage inférieure
Ilmar Iaaban Les trois hypostases de Julien Gracq
Christian Dotremont Quant à moi
Öyvind Fahlström Müüüm et les porte-voix
Richard Huelsenbeck Cantate New-yorkaise
Paul Mayer Instances
Wilhelm Freddie et Jorgen Roos Horizons mangés
Ludvik Kundera Sillon de la mort
Andréas Tamm La révérence manquée
Notes par M. C.-S., Steen Colding, E. J.
Correspondances : S.-W. Taylor, Georges Henein, Félix Co...
Francis Bott, Christine, Wilhelm Freddie, Henri Goetz, Karl Hartung, Asger Jorn, Jerzy Kujawski, Matta, Francisco Nieva, Iaroslav Serpan, Heinz Trökes, Enrique Zanartu
Lithographies originales hors-texte de Christine et de Matta

Dépositaire : Galerie Nina Dausset, 19, rue du Dragon (VIe)
Abonnements : Y. Sossountzou, 23, boulevard de la République, Chaville (S. et O.).

dimanche 7 décembre 2008

A qui servent les samedis soirs ? (hypothèse 2)

alamblogenrue.jpg

A qui servent les samedis soir ? (enquête d'intérêt public. P0.2).
Hypothèse 2 : A ne pas oublier Raymond Roussel.