L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Quinzinzinzili

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 mai 2017

Quinzinzinzili pour tous !

MEssacQuinzinzinzili.jpg


Longtemps au catalogue de la collection L'Alambic, le grand roman de Régis Messac, Quinzinzinzili, vient de trouver place dans la collection "La Petite Vermillon" des éditions La Table Ronde.
C'est la preuve de son succès auprès des lecteurs. Et c'est la preuve de l'absence de routine au sein des éditions de L'Arbre vengeur qui, ne pouvant se résoudre à réimprimer sans cesse les mêmes ouvrage, poursuivent leur conquête littéraire.
Régis Messac, que l'on a souvent évoqué ici depuis 2006, se mesure à l'aune de ce roman d'après le cataclysme et à celle de son essai novateur sur les Détective Novels qui prenait date dès les années 1930 sur un sujet dont l'explosion interviendra à partir des années post-1945 seulement.
Dans Quinzinzinzili, roman de 1935, un instituteur fait visiter une grotte à ses élèves lorsqu'un cataclysme éradique l'humanité en surface. Au sortir de la grotte, la vie continue pour cette petite troupe qui réinvente des règles en se souvenant partiellement et imparfaitement des enseignements de leurs parents.
Les néologismes fusent.
Les habitus reviennent au galop...
Publié dix-neuf ans avant Sa majesté des mouches de l'Anglais William Golding (1954), Quinzinzinzili est un roman-clé de la littérature française du siècle dernier.
Si vous ne l'avez pas encore lu, il vous reste à le découvrir.
Autant vous dire qu'on envie cette chance.



Régis Messac Quinzinzinzili. Préface du Préfet maritime. — La Table ronde, 2017, "la Petite Vermillon" (n° 438), 208 pages, 7,1 €

lundi 31 août 2009

Soyons crétins

Valcretin.jpg





Vraiment, l’existence nous est douce. L’hiver touche à sa fin sur notre île, l’Océan est amical, le ciel poli, la verdure est folle, les oiseaux acrobates. Seuls les mammifères restent un peu ahuris. Exceptés les singes qui s’amusent de cette activité inattendue. Ce matin, le bon vieux cargo Amgström du capitaine Karft est reparti. Sa vieille coque rouge oxydée est restée longtemps visible sur la ligne d’horizon, preuve que le temps est clair. Il nous avait, comme il en a l’habitude, livré notre courrier et les diverses commandes des îliens. C’est une petite fête que de le voir arriver. Pour ma part, j’avais mon lot de livres — et, cette fois, la plupart épatants. Yorick, mon Gibbon à joues blanches, gymnase dur, tandis qu’un côte-du-Rhône délicat flatte mon palais.

La proximité de l’anthropoïde monogame m’a sans doute poussé à ouvrir en premier lieu la réédition de Valcrétin, de Régis Messac dont je gardais un souvenir plus que fort de mes lectures d’antan. En pente raide, Quinzinzinzili mène à ce livre.
Dernier roman écrit par Messac, peu avant sa déportation, Valcrétin est sans doute son oeuvre la plus pessimiste. L’ambiance en est plus que noire. Elle est marron, boueuse et je n’ajoute rien, d’autant que, on le sait, l’acide Messac ne délaissait jamais son vif penchant à la satire et à la verve :

Mais encore une fois, je me le demande, tel un personnage classique : Que diable allaient-ils faire dans cette caverne ?

Rappel des faits : une expédition scientifique française se rend sur une île des mers du Sud pour étudier une population ignorée d’humanoïdes déconcertants dont les caractéristiques sont celles des crétins, médicalement parlant. Goîtres et os ramollis sont les mamelles de l’esthétique de cette “salade d’anatomie crétine”.

Ah ! nous sommes frais, à Crétinville.

Comme souvent chez Messac, les choses tournent mal, et tout naturellement, d’autant que ne sont plus observés une nouvelle société en voie de construction comme dans Quinzinzinzili, mais une tribu d’êtres sordides et un groupe d’humains en pleine régression.
Le livre a été rédigé durant la guerre, c’est à tout prendre une bonne explication du régime désespérée de Valcrétin

Où est le bonheur ? Dans l’accord avec son milieu. Si nous vivons au milieu des crétins, soyons crétins.

Les lecteurs de Quinzinzinzili auraient tort d’imaginer qu’il leur sera possible de se loger confortablement dans cette fable abominable. Cette fois, la situation est pire, les cas sont sans appel.


Régis Messac Valcrétin. Préface de Natacha Vas Deyres. Postface de Guibet Lejeune. Illustration de couverture d’Erro. — Paris, Ex Nihilo, 2009, 172 pages, 15 euros.

Société des amis de Régis Messac
71, rue de Tolbiac
75013 Paris


Et, toujours disponible, le classique des classiques
quinzinzinzili.jpg
Régis MESSAC Quinzinzinzili. — L’Arbre vengeur, 28 septembre 2007, coll. “L’Alambic”, 200 pages, 13 euros.