L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Publicité littéraire

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 14 février 2017

Marmouset promu

PubMarmousetnovembre1922NlLitt.jpg



vendredi 8 mars 2013

Les couvertures du siècle dernier (XXVII)

cahierPeguy.jpg




Charles Péguy (dir.) Cahiers de la Quinzaine, troisième cahier de la deuxième série, paraissant pendant l'année scolaire, Paris, 16, rue de la Sorbonne, au second, (bat 21 décembre 1900).

vendredi 4 avril 2008

Le marketing ne date pas d'hier (de Monselet à Valorbe)

monselet.jpg La gastronomie de Charles Monselet, ou l'art d'accommoder une gibelotte.


Les lecteurs de La Littérature est mauvaise fille ou des mémoires d'Eric Losfeld, Endetté comme une mule, ou la passion d’éditer (Belfond, 1979), se souviennent peut-être de l'anecdote suivante :

François Valorbe (1914-1977), poète vivant de petits rôles au cinéma, se lança dans la rédaction de contes mi-fantastiques, mi-humoristiques teintés d’un surréalisme dont il côtoyait les troupes (2e génération). Losfeld laissa de lui le portrait suivant :

« Son honnêteté personnelle était innée, étonnante, car elle coïncidait avec une crédulité qui confinait à la jobardise. »

Or, en proposant à Losfeld onze nouvelles, Valorbe qui n’avait pas pris le soin de leur trouver un titre d’ensemble, fit feu de ses deux hémisphères pour les vêtir d’un intitulé ronflant. Ayant constaté que les livres concernant Paris ou Napoléon se vendaient très bien, l'imaginatif amateur opta pour un tonitruant Napoléon et Paris (Losfeld, 1959), titre qui, retenu, parut orné de filets Premier Empire.
Si la trouvaille lui valut une présence soutenue dans la vitrine de la librairie la plus proche de l’Ecole militaire, elle ne lui arracha aucun succès littéraire.
Cependant, l'idée n'était pas neuve.
On s'en est aperçu tout récemment en lisant le préambule des Ruines de Paris de Charles Monselet (L. de Potter, T. I, 1858).

Un libraire nous disait, il y a quelques semaines : — « En fait de romans, je ne veux plus éditer que ceux dans le titre desquels il entrera un de ces trois mots :
Le mot Femmes ;
Le mot Argent ;
Ou le mot Paris.
Avec un de ces trois substantifs, le succès d'un ouvrage est à peu près certain. »
Voilà pourquoi ce roman s'appelle les Ruines de Paris.
Est-ce à dire qu'il n'y soit question ni de Paris ni de ruines ?
Nous laissons à d'autres ce système de mystification. Notre titre est au contraire rigoureusement justifié, sinon dans le sens philosophique et allégorique auquel plusieurs personnes s'attendent peut-être, vient soudainement mettre à découvert la ruine morale à côté de la ruine physique, nos lecteurs n'en seront pas étonnés. Il est des tâches littéraires qui équivalent à des travaux d'assainissement.

Paris, 16 juin 1857.



Malicieux Monselet...