L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Montagne

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 14 mai 2017

Chappaz et les maquereaux

Chappazmaquereaux.jpg


Les maquereaux des cimes blanches


Claudel les a vus au Japon en 1920. Ils parlaient usines — et rivières aux cascades tordues, englouties dans les galeries comme des vierges auxquelles ils avaient coupé les tresses.
Sion port du ciel ! Un commerçant comparis. IL a condamné mille cimes blanches à la prostitution. Un câble, cent sous la passe ! Le tourisme bourdonne ses vêpres, sa boiterie de faussaire.
Sali, démoli, brûlé, cocufié.
% Le magistrat Graisse-la-Patte a donné sa bénédiction aux faisans. Ils ont forcé un pays entier sous prétexte de bienfaisance.
Repus et serines, ils dorment, l'avenir en proche, matelas de billets bleus.
Et un billet donc, tout doux :
A mort les bons rois Dagobert
QuI ont mis le pays à l'envers.



Voici encore ce qu'écrivait Chappaz en quatrième de couverture de son pamphlet :

Mon témoignage est uniquement celui de mon sentiment : j'ai théâtralisé une situation. Paradoxes et humour noir aussi.
Mais est-il indécent de se poser cette question : Et si prospérité a été le masque de la pourriture ?
Je lance un appel à la jeunesse, aux étudiants pour un dossier. Une enquête sur douze affaires curieuses (à choix) en Valais ; sur le mécanisme d'un certain développement : de la promotion aux faillites en passant par les faux ; sur l'illégalité admise ; les financements ; la nouvelle délinquance ; les dessous d'une Station, d'une forêt éventrée, d'une route, d'un Président ; les carences officielles portant atteinte à la vie ou au patrimoine ; l'information-propagande enfin... et son style.
La Crise n'est que l'énorme facture des gaspillages, entreprises à subsides, destructions et superbénéfices. Où le chômage, comme dans un comme dans une guerre peut encore servir d'alibi. Alors qu'en pleine solidarité avec les victimes il faudrait nous recycler dans une "autre" civilisation.
% J'attaque pour un Valais plus propre et plus simple.
Etre satisfait ? la nature est encore trop belle, la race trop vraie.
M. C.





Maurice Chappaz Les Maquereaux des cimes blanches. — Vevey, B. Galland, 1976, 68 p. Collection jaune soufre (n° 2).



samedi 5 novembre 2011

Des empoisonneurs et dynamiteurs de montagne

hamecon.jpg



Si les destructeurs de poissons, les empoisonneurs et les dynamiteurs professionnels en particulier, réfléchissaient aux difficultés qu'entraîne le réempoissonnement des ruisseaux et des lacs en montagne, sans doute sentiraient-ils mieux la gravité des peines qu'ils méritent et qui ne sont poins celles qu'on leur inflige. Cependant, je ne parle pas des dépenses pécuniaires. Assurément elles comptent, et plus d'une société de pêche le sait par expérience ; mais elles restent négligeables, tant, dans une expédition d'ensemencement, la minutie de la préparation, le risque de réussite et l'effort individuel sont de premier plan.
L'alevin est chose délicate. (...)





Jean Lefrançois La Pêche en Dauphiné. Propos d'un pêcheur montagnard. Présentation de Louis Léger, professeur honoraire à la Faculté des Sciences, à l'Ecole de Médecine et de Pharmacie de Grenoble, correspondant de l'Institut. Trente-sept bois gravés de Jean Muller. - Grenoble-Paris, Arthaud, 1945.

samedi 22 octobre 2011

Toujours plus haut !

MeigeDeRien.jpg



La France est encore, quoi qu'on en pense, le lieu de l'innovation et de la volonté pugnace. Pour preuve, ce projet audacieux de Pierre Charmoz dévoilé par la revue De rien : l'exhaussement du Grand Pic de la Meije de 3983 à 4000 mètres.

Pierre Charmoz, fondateur de l'Oumonpot (Ouvroir de Montagne Potentielle), vient de donner le détail (avec dessin par A. Bernier) de ce projet mirifique qui permettrait à ce sommet d'intégrer le club des "4000".

Tel que proposé, il serait composé d'un cairn géant, d'une éolienne et d'un plateau, le tout surmonté d'un petit drapeau.

Nous avons été charmé, notamment, par la salle multimédia qui serait installé dans le socle.