L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Michel Volkovitch

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 22 décembre 2017

En plein travail

femmeRoseSofaCigarette.jpg


En plein travail, le Préfet maritime, qui, sur son île, attend la neige de pied ferme, vous offre une image.


Il vous donnera bientôt des nouvelles des éditions Le Miel des Anges, des limericks de Jacques Barbaut, d'une anthologie des dédicaces, du Journal de mon jardin de Vita Sackville-West traduit par Patrick Reumaux le turbulent, des forêts et d'un très riche volume dû à la police des livres.
Sans oublier quelques romans, des poèmes et dessins de Bérénice Constans (ah oui !) et beaucoup d'autres choses délectables.

Au boulot, nous disions.



Illustration du billet : Raymond Pallier (1888-1943) pour Roger Régis, La Femme des mes vingt ans. — Paris, L'Edition moderne-Librairie Ambert, 47, rue de Berri, 47,

lundi 6 février 2017

Tout Cavàfis

CavafisVolko.jpg


On doit à Michel Volkovitch une édition intégrale de la poésie de Constantin Cavàfis ou Cavafy (1863-1933) est l’un des plus grands poètes de langue grecque du siècle dernier.
Il était d'Alexandrie et a connu une destinée à la Italo Svevo, ne publiant que peu, et sur le tard produisant ses chefs-d'oeuvre consacrés, pour une part à une vision de l'antiquité, plutôt savante, de l'autre (ses poèmes cachés) à un érotisme enflammé, magnifique.
Considéré comme un anti-Rimbaud par son traducteur, cet modeste et discret employé qui courait les bas-fonds alexandrins la nuit a dressé une oeuvre marmoréenne, touchante, éblouissante et gracieuse tout à la fois.
Un classique à lire toute affaire cessante.


Murailles

On a, sans réflexion, sans pitié, sans pudeur,
dressé autour de moi d’imposantes murailles.

Et je reste à pleurer ici sur mon malheur.
Je ne pense qu’à lui, qui ronge mes entrailles ;

alors que j’avais tant à faire, là dehors.
Les bruits des ouvriers résonnaient à la ronde,

et moi je n’entendais qu’un silence de mort.
Ils m’ont à mon insu enfermé hors du monde



Constantin Cavàfis Tous les poèmes. Traduit par Michel Volkovitch. - Le Miel des anges, 364 pages, 20 €