L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Maurice Raynal

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 30 avril 2014

René Dalize critique d'art

DalizeVignette2.jpg


Parmi les ouvrages disparus à cause de la Grande Guerre, il est possible qu'il faille ajouter deux essais d'art de René Dalize. Le conditionnel s'impose car la tournure de la brève des "Autres", pseudonyme collectif du Gil Blas, peut laisser entendre, aussi, qu'il s'agit d'un simple clin d'oeil.


9 avril 1913 (n°13197, p. 4), un articulet jouant du terme "Zones" en disait quelque chose dans sa rubrique "Les Arts" :

Zones
Dans quelques semaines paraîtra le Puvis de Chavannes de M. Maurice Raynal. C'est, croyons-nous, la première fois qu'une monographie de genre (abondamment illustrée) aura été consacrée à un maître. Le grand Puvis est, en effet, traité comme un fort mauvais sujet.
Ensuite paraîtra, peu après, un J.-L. Forain, de René Dalize, fort bien documenté et d'une heureuse pénétration de jugement. Ce sera alors, au tour d'un Honoré Daumier, de Max Jacob, poète, peintre et occultiste et qui n'écrit jamais rien de banal. Cet hommage à Daumier sera un nouveau témoignage de la verve lyrique du solitaire de la rue de la Barre.
Enfin, on annonce la publication d'une nouvelle gazette artistique et littéraire : Zones, dirigée par M. Guillaume Apollinaire.
Sous ce titre énigmatique, des poèmes passeront incessamment. Zones est le terme qui sert à définir les nouvelles méthodes divisionnistes, celles de l'Orphisme, école qui se proclame héritière émancipée de l'école divisionniste de Signac. A l'apologie d'œuvres aussi radicalement nouvelles convient, convenons-en, un vocabulaire tout neuf.
Ajoutons que le Zonisme a déjà trouvé son application pratique. Nous avons été conviés à admirer de charmants brise-bise brodés en zones.



Ensuite...

De Greco à Forain. — Notre confrère et ami René Dalize va, à son tour, publier deux ouvrages consacrés à l'art. Nous aurons d'abord une étude sur l'œuvre du Greco, puis une autre sur celle de J.-L. Forain. René Dalize sera ainsi, tour à tour, subtil et profond.

Les Autres.

Et finalement le Gil Blas, après avoir beloté le 20 juillet 1913 (n° 13299.), rebelote le 2 septembre 1913 (n° 13343)...

Tous les Arts. — Le Puvis de Chavannes de M. Maurice Raynal, précédemment annoncé, (collection Tous les Arts) paraîtra le 25 septembre.
Cette publication sera suivie de celle du Daumier de M. Max Jacob. Viendront ensuite : Le Greco de M. René Dalize et un Van Gogh de M. Maurice Raynal.






DalizeCOUV.jpg

René Dalize Le Club des neurasthéniques. Roman de 1912 inédit en volume. - Talence, L'Arbre vengeur, 333 pages, 20 €

mercredi 30 décembre 2009

Des origines de certains événements et des bases de la langue

Proverbe.jpg



Chez Dilecta, on peut se fournir en Art des putains ou en Arabe du coin, en Animal Sketching d’Alexandre Calder, en Fondements du judo d’Yves Klein, ou en Manifeste des Nouveaux Réalistes de Pierre Restany.
Mais c’est la collection Dada qui nous importe aujourd’hui car y est proposé depuis plus d’un an - excusez le retard - un fac-similé plus qu’intégral de la revue Proverbe, “feuille mensuelle pour la justification des mots” lancée par Paul Eluard depuis son home du 3 rue Ordener (Paris XVIIIe) avec le concours de Jean Paulhan, qui signe l’éditorial “Syntaxe” où s’exprime le souci de vivifier la langue, et la participation de Philippe Soupault, Tristan Tzara, André Breton, Francis Picabia et Maurice Raynal. Le premier numéro paraît le 1er février 1920, soit un an précisément après la proposition émise par Paulhan de présenter André Breton à Paul Eluard : il était donc bien partout, Paulhan, avec son air de ne pas y toucher, et son appétence pour les finesses langagière et comportementale :

l’auto, la pratique des jalons et ces mots anglais qui sont peut-être des gros mots, j’ai toujours vu que tout se passait comme si (n° 3, 1er avril 1923, p. 1)

Il se présente sous la forme de quatre pages et dans le goût typographique de Dada qui fait toujours les délices des amateurs de tracts. On y découvre tout d’abord que “391 ne contient pas d’arsenic” et que les mots “s’usent à force de servir”, et notamment chez les écrivains qui en connaissent trop, dont “les oeuvres sont les plus ternes qui soient” (Paulhan toujours).
Plus tard, en s’adjoignant les ébullitions de Georges Ribemont-Dessaignes, Paul Dermée ou Céline Arnauld au fil des 6 livraisons (la dernière est titrée L’Invention n° 1 et Proverbe n° 6 (1er juillet 1921), cette feuille aura bravement soutenu les efforts conjoints de quelques jeunes gens décidés à ne pas laisser la langue dans l’état où ils l’avaient trouvée.
Et d’ailleurs,

Après nous la blennoragie (Docteur V. Serner)

Rarissime ou uniques, la collection originale et les documents annexes fournis par Paul Destribats et présentés par Dominique Rabourdin sont reproduits dans leur “jus”, couleur du papier comprise, au format, comme autant de pièces que l’on dirait authentiques. Ces pages sont tout simplement captivantes - et pas seulement le manuscrit de la première page “à trou” de l’échantillon gratuit au fameux ajour intitulé “Bracelet de la vie”. On s’y perd, l’esprit y fait son chemin, sourit, rebrousse, tergiverse, cahote, s’interroge et se prend à rêver d’une ère où, dans la grisaille d’une crise bientôt séculaire, quelques êtres reprendraient le dessus, le nerf, le knout, l’envie…

Avec DADA, tous les jours, rendez-vous n’importe où




Proverbe feuille mensuelle pour la justification des mots. Fac-similé édité et présenté par Dominique Rabourdin. - Paris, Dilecta, 2008. Sous chemise, 1 livret de 16 pages et 6 numéros indépendants, 25 euros



NB Dilecta a publié en autre choses passionnantes les Sept manifestes Dada de Tzara et les manifestes futuristes (Debout sur la cime du monde)

Dilecta
4, rue de Capri, 75012 Paris
contact@editions-dilecta.com