L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Marie Chartron

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 décembre 2017

Joël Cornuault parle d'Élisée Reclus avec Marie Chartron

DracoSemlichUtopie2017.jpg


Vous rêvez d’abolir le salariat, de vivre l’autogestion, peut-être même, soyons fous, d’instaurer des rapports harmonieux entre femmes et hommes ? Bonne nouvelle : Vous êtes moins seuls que vous ne croyez ! D’autres y ont pensé avant vous - ils sont passés à l’acte et c’était il y a plus d’un siècle. Toute cette semaine, la série documentaire emprunte la route des utopies réelles et traverse le bois de Phénix, le lac Majeur, la forêt des Ardennes et les montagnes de Provence
Abolition du salariat, des hiérarchies formelles ; végétarisme et végétalisme, amour libre, pédagogies nouvelles…
Bien avant les communautés hippies quittant la ville à la fin des années 1960, avant les néo-ruraux d’aujourd’hui et l’essor contemporain de la conscience écologique, cette série remonte tout d’abord le temps jusqu’au XIXe siècle pour s’installer ensuite dans les premières décennies du XXe siècle : en réaction à l’électrification des villes, à l’accélération et à l’industrialisation brutale, des expérimentations collectives critiques de la modernité, de l’exploitation de l’homme par l’homme et du matérialisme dévorant prennent corps en France, en Suisse, en Allemagne. La traversée s’achève par l’évocation de Longo Maï, coopérative agricole autogérée née en 1973 dans les Alpes de Haute-Provence.
Les émissions seront disponible à l'écoute et au podcast après diffusion
Lundi 1er Janvier : Sur les sentiers de la liberté : Henry David Thoreau, Élisée Reclus

Que signifie la beauté de la nature quand les hommes sont vils ? (…) Le souvenir de la bassesse des politiciens trouble mes promenades. Je nourris d’homicides pensées. En vain j’essaie d’observer la Nature. Involontairement, je me remets à conspirer. Tous les justes en feront autant, je l’espère. Henry David Thoreau, Journal, Après-midi du 16 juin 1954

Joël Cornuault, écrivain, éditeur et traducteur de naturalistes des XVIIIe et XIXe siècle, dont Henry David Thoreau, fut l’un des premiers en France à remettre en lumière les écrits d’Élisée Reclus. Les deux hommes, imagine-t-il, auraient pu se croiser. Thoreau, philosophe, arpenteur, naturaliste, part s’installer deux années durant dans les bois ; Reclus, géographe, communard, anarchiste, plusieurs fois exilé, parcourt le monde.
Animés par un vif sentiment de la nature, un sens de la beauté, tous deux sont savants et poètes, bien loin des figures de spécialistes qui émergent au XIXe siècle dans les milieux académiques déjà corsetés par la séparation des disciplines. Ils racontent les forêts, les pierres et les rivières, la nature des oiseaux et celle des hommes qui doivent se libérer des dominations intolérables. Ils veulent « abolir un dégradant esclavage. (…) Simplifier radicalement le mode de vie des civilisés ». (J. Cornuault)
En promenade dans le bois de Phénix en Dordogne, avec Joël Cornuault, nous cheminons au fil des mots et des idées des deux écrivains.

Avec Joël Cornuault, écrivain, traducteur et éditeur, Bertrand Guest, maître de conférences en littérature à l’Université d’Angers, Johann Chapoutot, professeur d’histoire à l’Université Paris-Sorbonne etMarc Cluet, professeur émérite au Département d'Etudes allemandes de l’Université de Strasbourg.
Lectures : Régis Royer



Mardi 2 Janvier : Monte Verità, une réforme de la vie sur la montagne
Mercredi 3 Janvier : [Les clairières libertaires, une vie communautaire d’anarchiste en 1900 |https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/retours-a-la-nature-34-les-clairieres-libertaires-une-vie-communautaire-danarchiste-en-1900]
Jeudi 4 Janvier : Longo Maï, l’utopie dure longtemps



Illustration du billet : Draco Semlich © 2017

vendredi 6 octobre 2017

Marie Chartron, la Russie bolchevique et un salon du livre

Salon_LivreRusse.jpg


A moins d'être tout à fait cornichon, on se sera souvenu qu'octobre 2017 est le centenaire de la révolution bolchevique de 1917.
Outre les éditions qui fleurissent de partout, outre les Chaves Nogales, les Claude Anet, les John Reed qui, selon toute probabilité sont en pile dans les librairies, la série documentaire "Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917" sera rediffusée la semaine prochaine, du lundi 9 au jeudi 12 octobre de 17h à 18h sur France Culture.
Et comme nous l'indique sa créatrice, la documentariste Marie Charron, "Après ça, rendez-vous le 1er janvier pour un grand bol d'air bucolique et libertaire parmi les communautés anarchistes autour de 1900 !".
A vos agendas :

Lundi 9 octobre à 17h : Le quotidien révolutionné
Mardi 10 octobre à 17h : Bâtir, nommer, façonner les traces de 1917
Mercredi 11 octobre à 17h : De l’exode à l’exil en France, parcours d’émigration
Jeudi 12 octobre à 17h : Voyage au pays des soviets


N'omettons pas de signaler la IIIe édition du Salon du livre russe qui se tiendra jusqu'à dimanche 20 h au 1 quai Branly au Centre culturel et spirituel orthodoxe russe de Paris. L'entrée est libre.

Bistro !


Claude Anet La Révolution russe. Chronique d'un témoin : 1917-1920. Edition présentée par le Préfet maritime. — Paris, Phébus, 864 pages, 29,40 €

Manuel Chaves Nogales Le Double Jeu de Juan Martinez. Préface d'Andrés Trapiello. Traduit de l'espagnol par Catherine Vasseur. — Paris, La Table ronde, 315 pages, 21,50 €