L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Louis-Timagène Houat

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 avril 2011

Les Dernières productions du Préfet maritime

RoordaCouvRire.jpg
Henri Roorda Le Rire et les rieurs, suivi de Mon suicide, présenté par le Préfet maritime. — Paris, Mille et une nuits, en librairie le 11 mai prochain.

Pohol-CouvAlamblog.jpg Marc Michel Pohol et autres textes terribles (inédits). Préface du Préfet maritime. Couverture illustrée de deux photographies de Christèle Jacob. — Paris, Des Barbares..., 1er juin 2011, 112 pages, 16 € (franco de port jusqu'au 1er juin 2011). Les chèques sont à libeller à l'ordre d'Eric Dussert 29, rue du Borrégo 75020 Paris.


HctFrance.jpg
Hector France Sous le burnous. Préface du Préfet maritime. - Anarchasis, 208 pages, 17 €


Queue.achard.jpg
Paul Achard La Queue. Postface du Préfet maritime. — Paris, Mille et une nuit, 152 pages, 4,50 €


couMeister2.jpg
Albert Meister La Soi-disant Utopie du Centre Beaubourg. Postface du Préfet maritime. - Montreuil, Burozoïque, 2010, coll. "Le répertoire des îles", 256 p., 14 €



MarronsHouat.jpg
Louis-Timagène Houat Les Marrons. Préface du Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, coll. "L'Alambic".

DuperrayWeil.jpg
Jean Duperray Quand Simone Weil passa chez nous. Témoignage d'un syndicaliste, suivi de textes inédits. Édition présentée par le Préfet maritime. - Paris, Mille et une nuits, 175 pages, 12,00 €

Couv.Duperrat.jpg Jean Duperray Harengs frits au sang. Préface du Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, "L'Alambic", 320 pages, 15,00 €


BarrucandVictor.jpg Victor Barrucand Avec le feu. Préface du Préfet maritime. - Paris, Phébus, 208 pages, 11 €

vendredi 18 février 2011

Les Marrons, de Louis-Timagène Houat

MarronsHouat.jpg



C'est donc hier que paraissaient à nouveau les Marrons de Louis-Timagène Houat. L'impeccable et terrible témoignage d'un militant de la cause antiesclavagiste.

Vous a-t-on appris l'Histoire avec ces détails ?



- Les maîtres sont donc toujours méchants, - dit la jeune femme en s'adressant au Câpre comme pour le plaindre.
- Toujours, Madame. - Si ce n'est pas eux, c'est leurs représentants, et ça revient au même pour les malheureux esclaves à qui l'on n'épargne rien en fait de misère et de tourments. On ne fait pas seulement que de les mal nourrir, des les charger de travail ; il y a des maîtres, dont vous avez entendu parler sans doute, et qui, tels que le mien, leur coupent le corps à coups de rotin, comme à coups de coutelas... qui les chargent de chaînes et les font mourir à petit feu au courbari et dans les cachots... qui leur cassent les os d'un membre sans regret, leur brûlent la figure avec des tisons, la leur écrasent à coups de pieds... qui leur font cracher au visage par toute une bande, avaler tout ce qu'il y a de plus sale au monde, arracher les cheveux, les dents, couler de l'huile bouillante dans la bouche...
- Assez ! assez ! s'il vous plaît ! - s'écria la jeune blanche en témoignant la plus vive horreur. (...)



Ce roman, réputé premier roman réunionnais a été redécouvert dans les années 1980 par un sociologue de la Réunion. Il avait paru en 1844 à Paris dans l'entourage du Martiniquais Cyrille Bissette (1795-1858) ), grand abolitionniste, directeur de la Revue des Colonies et fondateur de la Société des Amis des Noirs, souventes fois opposé à Victor Schoelcher dans leur lutte commune pour l'abolition de l'esclavage.
Le parcours de Louis-Timagène Houat n'est pas commun qui, de l'accusé de complot contre le roi fera un médecin occupé d'homéopathie à Pau...

Un personnage et un livre fort à redécouvrir sur l'histoire de l'esclavage et de son abolition, partiellement obtenu le 27 avril 1848, quatre ans après la parution des Marrons.


Louis-Timagène Houat Les Marrons. Préface et bibliographie par le Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, coll. "L'Alambic", 100 pages, 10 €

jeudi 17 février 2011

Solution du grand jeu de l'Alamblog !

aaaaaa.jpg



La question était : qui est ce personnage ?
La réponse est : Maurice Roche, comme l'ont deviné quatre alamblogonautes.
Seul le premier d'entre eux aura droit à ce bel exemplaire des Marrons de Houat, tous chauds sortis de presse et déposés sur les étals de la librairie ce jour même.

MarronsHouat.jpg

Chronologiquement c'est Napoléon qui remporte la manche. Mais le facétieux ne nous donne guère d'indice sur son identité. Son adresse (austerlitz.fr) ne permettant guère d'y croire. Faute de nous en dire plus le lot lui passera sous le nez.

Viennent ensuite Marc, Samuel Macaigne et Marc Malfant, que nous saluons pour leur sens de l'à-propos.

En attendant des nouvelles du Corse, nous réservons l'expédition du lot quelques jours encore.

Louis-Timagène Houat Les Marrons. Préface du Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, coll. "L'Alambic", 100 pages, 10 €

dimanche 9 janvier 2011

Une bonne queue

Queue.achard.jpg

Non, le Préfet n'est pas tous les jours au champs : mardi 12 prochain paraîtra La Queue, de Paul Achard dont le minois a paru à plusieurs reprises sur l'Alamblog. Ce livre, un sacré document, tient du recueil de propos de comptoir et de source historique pour aborder l'histoire des mœurs du Parisien en période de famine (à lire attentivement pour aborder les années à venir !) :

Paul Achard La Queue. Postface du Préfet maritime. — Paris, Mille et une nuit, 152 pages, 4,50 €


Et un rappel des ouvrages parus depuis l'automne :

couMeister2.jpg
Albert Meister La Soi-disant Utopie du Centre Beaubourg. Postface du Préfet maritime. - Montreuil, Burozoïque, 2010, coll. "Le répertoire des îles", 256 p., 14 €



Paraîtra encore le 17 février prochain...

MarronsHouat.jpg
Louis-Timagène Houat Les Marrons. Préface du Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, coll. "L'Alambic".

Sont toujours disponibles...

DuperrayWeil.jpg

BarrucandVictor.jpg

dimanche 14 novembre 2010

Conséquences du marronnage

MarronnageBlake.JPG



En attendant de voir paraître Les Marrons de Louis Timagène Houat, ce grand roman antiesclavagiste de 1844, voici une gravure attribuée à William Blake, illustrant le fameux Voyage à Surinam, et dans l’intérieur de la Guiane de John Gabriel Stedman (1744-1797 ; traduction française : Paris, Buisson, s. d. ca 1799).

Le futur docteur L.-T. Houat fait état dans son livre - réputé premier roman réunionnais - des tortures subies par les "nègres marrons". Plus effrayant qu'un film d'horreur, nous vous le garantissons.

Des nouvelles plus développées très prochainement.