L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Léopold Chauveau

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 6 octobre 2015

Des chevets au front

DuhamVdesMart.jpg


Il y avait bien longtemps qu'on n'avait pas lu une ligne de Georges Duhamel (1884-1966). On n'en ressentait guère le besoin il faut dire. Depuis qu'il avait occupé l'espace littéraire de ses grandes machines, succès par milles qui s'accumulent désormais dans les vide-greniers (en grands papiers s'il vous plaît), et de sa posture de bon bourgeois qui a réussi, n'était guère excitant c't'oiseau-là. Et cependant Laurence Campa, la biographe d'Apollinaire, présentant sa réédition de Vie des martyrs, premier ouvrage conséquent de Duhamel paru en pleine guerre au Mercure de France, parvient à redorer son blason en rendant tout son intérêt à la fois littéraire et humain à ce qui constitue la première marche du parcours de cet écrivain qui a marqué son temps.
Parmi ceux qui ont témoigné de la Grande Boucherie (liste partielle ici), Georges Duhamel fait partie des 20.000 médecins qui ont fréquenté "l'envers de l'enfer", ses tables d'opération improbables, sa chirurgie à l'arrachée, ses "autochir" (pour automobile chirurgicale), les hôpitaux de l'arrière ou les cahutes du front. Très tôt, en 1917, il donnait son récit au même moment que Derrière la bataille (Payot, 1917) d'un autre médecin, Léopold Chauveau, qui utilisait la même modalité de témoignage sous forme d'anecdotes et de récits courts. Naturellement, l'observateur des Témoins, Jean Norton Cru y mit son nez et préféra Chauveau, plus direct selon lui, moins paternaliste, larmoyant et "littéraire", mais il est fort probable que nous ne croirons pas sur parole un Cru qui n'a jamais été critique littéraire, tant que nous n'aurons pas lu Chauveau. Bienveillant et consolateur, Duhamel en tout cas marqua considérablement les esprits en insistant sur ce que la douleur pouvait représenter concrètement pour ces "martyrs" pilonnés, écrasés, troués, déchirés par les balles et les fragments d'obus, ou les coups de pied de cheval. La façon dont il présentait à de maintes reprises la "cérémonie" du pansement, en particulier, renvoyant à des images très nettes, déchirantes pour le coup, terribles et terriblement répétitives.
Il est clair que ces générations (Pergaud, Apollinaire, Fargue, Philippe, Miomandre, etc.) découvraient le témoignage et son usage, à la suite sans doute des chroniqueurs façon Caliban (Emile Bergerat) et des naturalistes, comme les reporters naissant. L'horreur des hôpitaux militaires ne prêtait d'ailleurs pas à l'Art pour l'Art... Les drames humains qui s'y jouaient chaque jour et sans répit ne pouvaient qu'émouvoir ceux qui se devaient d'intervenir et d'ajouter aux souffrances pour sauver. Au fond, si Gabriel Chevallier a dit La Peur, on peut considérer que Duhamel a écrit en quelque sorte son pendant : La Douleur.



Georges Duhamel Vie des martyrs. Précédé de "Inter arma poesis" de Laurence Campa. - Paris, Payot & Rivages, 2015, "Petit Bibliothèque Payot. Classiques", 205 pages, 8,10 €

mardi 24 mars 2015

Couleurs de Bonnard, notes de Terrasse

PBOnnardjaune.jpg



L'exposition Pierre Bonnard qui vient de démarrer au musée d'Orsay se complète opportunément d'une publication et d'une vente colossale, en tout cas historique, celle de la collection du petit-fils de son beau-frère Claude Terrasse (lequel avait épousé sa soeur Andrée), fils de l'historien d'art Charles Terrasse qui fut de ses neveux tant aimés.

Dispersée le 29 mars prochain à Fontainebleau, cette collection proprement stupéfiante nous provient en droite ligne de ce temps enfui où Bonnard côtoyait la Revue blanche et le Grand-Lemps, Alfred Jarry et les îles de Lérins, sous forme de toiles, parfois inachevées, de portraits familiaux, de croquis, d'albums, de photographiques fruits de Kodak, de manuscrits et de livres, en particulier L'Ubu roi en édition originale annotée par Claude Terrasse en vue de la préparation de sa musique et comportant un portrait d'Ubu en poire par Alfred Jarry lui-même, le Petit solfège illustré de Claude Terrasse qui est l'un des premiers livres illustrés par Bonnard en 1893 (on trouve aussi ses travaux pour Léopold Chauveau ou Claude Anet), des éditions d'Ambroise Vollard, etc.

Passée cette pléthorique avalanche de pièces, restent la déjà ancienne édition en fac-similé des carnets de Bonnard par Ides et Calendes (2006) en deux coffrets de trois livres, et ces notes sur la peinture réunies en volume selon le manuscrit que Bonnard avait laissé mis au net. On y lit ses interrogations et ses doutes, son souci de la lumière dans les couleurs, ses pensées sur son art :

J'espère que ma peinture tiendra, sans craquelures. Je voudrais arriver devant les jeunes peintres de l'an 2000 avec des ailes de papillon.


C'est chose faite. Un truc dont ne pourra pas se vanter Mondrian...

Claude_Terrasse.jpg

Pierre Bonnard Observations sur la peinture. Préface d'Alain Lévêque. Introduction d'Antoine Terrasse. — Strasbourg, L'Atelier contemporain-François-Marie Deyrolle éditeur, 69 pages, 15 €

Catalogue de la vente de la collection Antoine Terrasse. Experts Michel Maket et Raphaël Maket, Alain Nicolas, Anne Lamort. - Fontainebleau, Osenat, dimanche 29 mars 2015.

mardi 8 février 2011

Bibliographie lacunaire de Léopold Chauveau

Leopold-Chauveau-95735.jpg


Petite Rosette (Paris, E. Guérin, 1890)

Étude critique des opérations pratiquées dans la caisse pour remédier à la surdité chez les sujets atteints d'otite chronique non suppurée (thèse), Paris, 1898.

Petite Rosette (Paris, E. Guérin, 1906)

Derrière la bataille (Paris, Payot, 1917)

Histoire du poisson scie et du poisson marteau, suivie de Histoire de la poule et du canard, Histoire du vieux crocodile, Histoire de la placide tortue, avec 38 dessins de Pierre Bonnard (Paris, Payot & Cie, 106, boulevard Saint-Germain, 1923)

Les Cures merveilleuses du docteur Popotame. Illustrations de l'auteur (Paris, les Arts et le Livre, 1927)

Les Histoires du petit Renaud, recueillies par Léopold Chauveau et illustrées par Pierre Bonnard (Paris, Gallimard, 1927)

Le Roman de Renard. Vversion moderne pour la jeunesse et 71 dessins (Paris-Neuchâtel, V. Attinger, 1928)

Histoire de Roitelet, texte et illustrations de Léopold Chauveau (Paris-Neuchâtel, éditions Victor Attinger, 1928)

Petit poisson devenu grand. Texte et illustrations par Léopold Chauveau (Paris-Neuchatel, éditions Victor Attinger, 1928)

Histoire du poisson scie et du poisson marteau. Suivi d'Histoire du Vieux crocodile, Histoire de la limace, illustrées de 54 dessins (Paris-Neuchâtel, éditions Victor Attinger, 1929)

Monsieur Lyonnet (Paris, Au Sans Pareil, 1930)

Ramponnot (Paris, Au Sans Pareil, 1931)

Histoires du petit père Renaud, illustrations de l'auteur (Paris, Denoël et Steele, 1932, coll. "La Bibliothèque merveilleuse")

Pauline Grospain (Paris, librairie Gallimard, 1932)

Grelu (Paris, Gallimard, 1934)

Le Roman de Renard, avec des illustrations de l'auteur (Paris, Éditions sociales internationales, 1936)

Les Deux font la paire, avec des illustrations de l'auteur (Paris, Éditions sociales internationales, 1937)

Petit tour de France. Texte de Léopold Chauveau. Images de Véra Braun (Paris, Gallimard, 1940, "Album du gai savoir" n° 9).

Le Roman de Renard, avec des illustrations de l'auteur (Paris, Éditions la Farandole, 1956)

Monsieur Tigre et Madame Tortue. Dessins de Jean Trubert (Paris, Éditions la Farandole, 1957)

Le Petit Cochon de pain d'épice. Dessins de José et Jean-Marie Granier (Paris, Éditions la Farandole, 1959)

Le Roman de Renard. Illustrations de l'auteur (Nouvelle édition) (Paris, Éditions la Farandole, 1964, coll. "Mille épisodes")

Fables de La Fontaine, illustrations par Léopold Chauveau. Préface de Pierre Chauveau (Paris, Circonflexe, 1992, coll. "Aux couleurs du temps"

La Poule et le canard (Genève, La joie de lire, 1998, coll. "Léopold Chauveau")

Histoire de Roitelet (Genève, La joie de lire, 1999, coll. "Léopold Chauveau")

Petit Poisson devenu grand (Genève, La joie de lire, 1999, coll. "Léopold Chauveau")

Les Deux font la paire (Genève, La joie de lire, 1998, coll. "Récits")

Les Créatures hypothétiques, 1920-1939. (Rouen, Librairie Elisabeth Brunet, 2010) Portfolio à l'italienne : carton à dessins de kraft noir, à rubans, contenant la reproduction en quadrichromie de 32 aquarelles en planches séparées (format 27 x 37) et un cahier de 8 pages assemblées par un cordon de couleur, tirées en noir, réunissant 4 textes : une nouvelle inédite de Chauveau, "Petit-Monstre", un hommage de Roger Martin du Gard (dont il fut l'ami et chez il mourut en 1940) ; une notice de Claude Aveline pour une exposition, et un texte de Philippe Dumas, auteur et illustrateur, tous les quatre illustrés, in-texte, de quelques « petits monstres » sculptés. La pièce de titre qui figure sur le carton à dessin, imprimée en quadrichromie, reproduit une 33e aquarelle. 59 € (attention, le tirage est limité)

Discographie
Monsieur Lyonnet (voix de Fernand Ledoux) in Dix ans d'essais radiophoniques du studio au club d'essai : 1942-1952. Disque 1 : La radio et ses personnages (Edmond Rostand, Jean Cocteau, Jehan Rictus, Gustave Flaubert... et alii), avec les voix de Pierre Schaeffer, André Jolivet, Jacqueline Morane, Berthe Bovy, etc., voix (S.l., s.n., 1962, coll. "Les Grandes Heures de la Radio")

lundi 7 février 2011

Les Créatures hypothétiques de Chauveau

ChauveauO.jpg



Topor le considérait comme un génie méconnu : Léopold Chauveau (1870-1940), ancien chirurgien, dessinateur, sculpteur, auteur des Histoires du Petit Père Renaud et de nombreux autres récits destinés à ses propres enfants, également auteur de romans dont l'un, Monsieur Lyonnet, sera radiodiffusé en 1948 par Marc Allégret, mais aussi auteur de ses souvenirs de médecin durant la Grande Guerre, ami de Gide, Malraux ou Raymond Aron, revient sur le devant de la scène grâce à Elisabeth Brunet et Michèle Cochet.
Ses cocasseries, qui avaient été illustrées par Pierre Bonnard ou par lui-même, étaient assez restées dans les mémoires de ses jeunes lecteurs pour qu'on les voit reparaître depuis peu. Mais ses images fantastico-oniriques qui nous sont soumises aujourd'hui, en revanche, méritaient un coup de projecteur. Leur graphisme très puissant (très), inquiétant aussi, leur vaut désormais une notoriété sans faille.
En témoignent ses Créatures hypothétiques belles, saisissantes, troublantes.
Un diaporama permet de se faire une idée du génie de cet oublié du dessin.
Qui a dit qu'on ne se régalerait pas cette année ?

(Demain, ici même, la bibliographie lacunaire de Léopold Chauveau).


Léopold Chauveau Les Créatures hypothétiques, 1920-1939. - Rouen, Librairie Elisabeth Brunet, portfolio à l'italienne : carton à dessins de kraft noir, à rubans, contenant la reproduction en quadrichromie de 32 aquarelles en planches séparées (format 27 x 37) et un cahier de 8 pages assemblées par un cordon de couleur, tirées en noir, réunissant 4 textes : une nouvelle inédite de Chauveau, "Petit-Monstre" ; un hommage de Roger Martin du Gard (dont il fut l'ami et chez il mourut en 1940) ; une notice de Claude Aveline pour une exposition ; et un texte de Philippe Dumas, auteur et illustrateur ; tous les quatre illustrés, in-texte, de quelques « petits monstres » sculptés. La pièce de titre qui figure sur le carton à dessin, imprimée en quadrichromie, reproduit une 33e aquarelle. 59 € (attention, le tirage est limité).

Vous avez enfin trouvé le cadeau rare, précieux, singulier que vous cherchiez pour les personnes chères à votre coeur.

Librairie Elisabeth Brunet
70, rue Ganterie
76000 Rouen
02.35.98.63.06
elisabethbrunet@wanadoo.fr