L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jules Vallès

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 13 décembre 2012

Utopistes et révoltés

VallesRue.jpg


Une vente magnifique se prépare ! La collection du librairie Jean-Pierre Faur consacrée aux utopistes et aux révoltés sera dispersée le mercredi 19 prochain à Drouot !

Commune, Rochefort, anarchistes, Courbet, Fourier, Considerant, Enfantin, Cabet, etc. se pressent en photographies, manuscrits, affiches, livres et brochures, édition originale de la Déclaration des droits de l'Homme, collection complète (rarissime !) de L’Écho de la Fabrique, le premier journal ouvrier français (1831), et on en passe. C'est un vrai trésor qui va être dispersé, et la collection complète de La Rue de Jules Vallès n'est pas la moindre des pièces de l'ensemble qui compte encore l'unique manuscrit connu De la guerre des rues et des maisons du maréchal Bugeaud, l'une des toutes premières apparitions de la "petite guerre", désormais nommée guérilla (urbaine en l'occurence).

De la lettre de rupture de l'Enfermé à Adélaïde de Montgolfier (1833) à L'Aimable Faubourien, journal de la canaille fondé par Poulet-Malassis, sans oublier le Hachych du docteur Lallemand, pièce mal connue où cet ami de Fourier imaginait un consommateur de drogue se trouver transporté par la substance un siècle plus tard et nous en rapporter les progrès, ou bien encore les cosaques de Coeurderoy et les dialogues de Maurice Joly ce catalogue est un vrai document d'histoire politique.

A consulter ici.

catfaurutop.jpg

mardi 2 décembre 2008

Caroline Granier enfin en volume

CarolineGranier.jpg



Caroline Granier s’est consacrée à l’étude des écrivains anarchistes. Précisions : aux fictionneurs anarchistes, ou aux anarchistes usant de la fiction pour diffuser leurs thèses. On les connaît plus ou moins, mais on réclamait une synthèse, et la voici qui nous taxinomise intelligemment Jules Vallès, Louise Michel, Georges Darien, Charles Malato, Emile Pouget, Bernard Lazare, Mécislas Golberg, Séverine, André Léo, Octave Mirbeau, Jean Grave et ses Aventures de Nono, Sébastien Faure, Georges Eekhoud, Zo d’Axa, Han Ryner, Victor Barrucand… Leur appétance pour la prose et ses effets secondaires est désormais traitée, de même que leurs origines, leurs thématiques de prédilection, leurs effets sur les artistes à venir (les avant-gardes…), le tout sous la forme d’une chronique mêlée d’analyse bigrement bien ficelée.
D’abord diffusé généreusement sur internet, le travail de Caroline Granier a connu naguère une illustration dans la revue Brèves Les Retourneurs d’idées et voit enfin le jour en volume.
Les amateurs sauront que l’opus sera présenté le samedi 13 décembre à partir de 18 heures à l’Espace Louise Michel (42ter rue des Cascades, Paris XXe, mo Pyrénées).


Caroline GRANIER Les Briseurs de formules. Les Ecrivains anarchistes en France à la fin du XIXe siècle. — Coeuvres-et-Valsery, Ressouvenances, 2008, 469 p., 35 euros.

Ressouvenances
3, rue de la Cidrerie
02600 Coeuvres-et-Valsery
03 23 55 36 97

mercredi 6 février 2008

L'Anarchie est de saison

breves84.jpg



Avant que ne flambe la révolte que d’aucuns attendent, la revue Brèves, toujours en avance sur la prochaine ébullition, produit un numéro monté par la spécialiste Caroline Granier : Les Retourneurs d’Idées.
Consacré aux écrivains anarchistes, peuplade lue au sens large, on y lit des nouvelles de Georges Darien, Jules Vallès, Isabelle Eberhardt, Louise Michel, Félix Fénéon, Victor Barrucand, Octave Mirbeau, Jean Réflec, Flor O’Squarr, dont Apollinaire pensait tant de bien et qui livre ici une curiosité sur la Commune… ou encore Alphonse Allais qui ne dépare pas ici.
Et pour cause : Allais ne dépare jamais.
Entendu que pour ces hommes et femmes de combat, le livre est une arme destinée à libérer l’être humain, Caroline Granier explique en préambule comment ils dénoncent les « fictions sociales » dont l’ordre établi se sert pour abêtir et asservir le populo. Soit littérature de combat versus littérature de propagande. Dans le même numéro, mais à rebours, un dossier est consacré à Jacques Vallet, le Jacques Vallet, écrivain qui fut d’abord le meneur de la revue Le Fou parle, une revue de poids dont on n’a pas fini de parler - Il se pourrait bien que l’Alamblog, une fois les sommaires de Bizarre consommés, se consacre à lui dorer la vitrine, n° par n°. On découvrira alors peut-être quelle revue fondamentale fut Le Fou parle, organe libre et libéré.
Pour Brèves, on sait déjà.


BREVES. Les Retourneurs d’Idées (n° 84)
avec Photos et dessins de Despatin & Gobeli, Lise le Coeur, Kerleroux et Roland Topor. 144 pages, 12 euros