L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jean-Pierre Martinet

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 23 mars 2017

Nouvelle édition pour La Grande Vie !

MARTINET2017-COUVERTURE.jpg


Le billet d'hier l'annonçait et depuis les interrogations pleuvent...

La curiosité reste un vilain défaut mais le Préfet maritime ne peut que céder en montrant ce que Nicolas Etienne, graphiste émérite de l'Arbre vengeur a concocté pour mettre en valeur le texte formidable de Jean-Pierre Martinet.

Puisque, oui, sous une nouvelle couverture "explicite", La Grande Vie de Jean-Pierre Martinet va reparaître !

Sous une nouvelle couverture donc et avec une nouvelle préface signée Denis Lavant, le comédien qui s'est merveilleusement saisi de ce texte, promenant le personnage d'Adolphe Marlaud jusqu'aux tréteaux d'Avignon.

Voici donc la nouvelle couverture du meilleur "feelgood book" de l'été.


Jean-Pierre Martinet La Grande Vie. Préface de Denis Lavant. - Talence, L'Arbre vengeur, 15 mai 2017.

mardi 21 mars 2017

Jean-Pierre Martinet et Edmond Lévy (1974)

MartinetENvoiLevy.jpg


Quelques nouvelles de Jean-Pierre Martinet...

Tout d'abord L'Arbre vengeur a le privilège de produire très prochainement une nouvelle édition de La Grande Vie enrichie d'une préface de Denis Lavant.
On savait le comédien particulièrement attaché à ce texte grandiose, il le prouve.
Le livre intègrera la collection "L'Alambic" avec une toute nouvelle couverture conçue par Nicolas Etienne.


Ensuite, grâce à Stéphan Lévy-Kuentz, ressurgit un moment de la vie professionnelle de Jean-Pierre Martinet.
Le document n'est pas commun : en effet, dans les archives d'Edmond Lévy, réalisateur issu de l'IDHEC, comme Martinet lui-même, sommeillait le dossier de réalisation d'un opéra filmé Roméo et Juliette durant laquelle l'auteur de Jérôme servit d'assistant.

MartinetDossier_RomeoetJuliette1974.jpg

En 1974, nous apprend encore Stéphan Lévy-Kuentz, Edmond Lévy (disparu en 1995) venait de passer de dix ans en tant que collaborateur artistique de Max-Pol Fouchet, qui venait d'être viré par Giscard à cause de son engagement communiste, au moment de la transformation de l'ORTF en SFP.

Pour Martinet, qu'il rencontre au début de la décennie 1970, c'est aussi le moment de la parution de La Somnolence dans "L'Accès", la collection de Pauvert.

C'est apparemment pour sortir Jean-Pierre Martinet d'un état dépressif chronique que Lévy l'appela sur diverses émissions télévisées. Mais les deux hommes échangent aussi littérature — Edmond Lévy a publié chez Gallimard en 1956, La Fin du premier jour. Une amitié se tisse et en 1978 Martinet propose à Lévy d'adapter Jérôme. Le projet n'aboutit pas.
Edmond_Levy_portrait.jpg

mardi 30 juin 2015

En compagnie de Jean-Pierre Martinet

eibelMartinet.jpg



Le phraseur empêche la digestion. Nous avons tous lu Le Bavard de René-Louis des Forêts. Il nous arrive après avoir bien éclusé de nous donner la réplique. Jean-Pierre prend les premières lignes, j'enchaîne avec les dix suivantes et ainsi de suite jusqu'à ce que le garçon se plante devant nous et nous dise, je vais vous apporter deux verres de verveine. Vous n'y pensez pas, dit Jean-Pierre. Il nous faut du rouge. Je règle d'avance. Connaissez-vous beaucoup de clients qui règlent d'avance leurs consommations ? Je m'incline ! dit le gardon. Nous avons l'art de transformer la clientèle du restaurant La Belle Rivière où nous attend notre table, en patins, en personnages burlesques. Nous ne leur prêtons pas d'existence. Ce sont des ombres. Peut-être que Richard Strauss aurait pu en titre un opéra. Jean-Pierre me dit, pitié pour les personnages falots. Notre drame à tous deux : ne pas croire à l'existence de nos contemporains. Nous ne sommes que des mains ; c'est quoi serrer des mains ? Non plus ces embrassades qui ne sont que des baisers volés, des baisers mouillés. Je me souviens d'un homme pris de boisson répétant, vous n'existez pas pour moi, vous n'existez pas pour moi. Pour nous c'était un peu ça. Nous n'arrivons pas à nous incarner (...) Moi, dit Jean-Pierre je ne suis pas très jus de raisins. Notre impuissance à créer une dimension nous vaut des quolibets, chapeau cabossé, qu'un ventriloque habile réussit à faire parler.



Alfred Eibel

Texte issu des souvenirs d'Alfred Eibel à paraître, Jean-Pierre Martinet le ventriloque.

vendredi 20 février 2015

Clefs de Jérôme

alredMartinet.jpg


Alfred Eibel a bien connu Jean-Pierre Martinet : il était son voisin de palier et fut son premier éditeur.
Il va livrer en fin d'année ses souvenirs sur cette relation dans un volume qu'il éditera grâce à vos souscriptions.

Voisin de palier de dix ans, une amitié indéfectible, une complicité qui nous mena sur des chemins qu'on ne recommande pas. Mise à nu de protagnonistes, ces souvenirs seront parcourus de fourmillements, de rencontres nocturnes, d'ébriété, d'errances, de conduites perverses, d'érotisme, d'invectives, de prises de bec dont l'oeuvre de Jean-Pierre Martinet porte les stigmates. La littérature y prendra sa part, dans ce qu'elle a de plus secret, mais aussi de plus futile. Enfin, l'humour, la dérision, l'ironie couronneront cet ensemble.
Alfred Eibel


N'omettons pas de souligner que c'est dans ces stigmates et conduites que vont s'éclairer moult aspects et références nichés dans son œuvre estomaquante.
Pour ce procurer ce qui ressemble bougrement à une nécessaire clef de Jérôme, un chèque de souscription de 35 euros à :


Alfred Eibel
6 rue Henri Bocquillon
75015 Paris
Parution prévue pour décembre 201
5.
Tirage limité à 150 exemplaires.

Les plus malins sauront quoi faire...


vendredi 19 septembre 2014

Jérôme se danse

jmaudanse.jpg



La compagnie de danse Gé, dirigée par Mélanie Mesager, présente à Paris son spectacle Jérôme, inspiré du roman de Jean-Pierre Martinet.
Du 17 au 19 octobre, se danseront des extraits du chef-d'oeuvre martinien tous les jours à 16h et 20h30 à la galerie Oberkampf, dans le cadre d'€™une exposition consacrée à l'auteur

de génie dont l'oœuvre, à la fois sombre et drôle, aux accents dostoïevskiens et à l'€™humour célinien, est en train d'être redécouverte.

Les performances dansées auront donc lieu deux fois par jour à 16h puis à 20h30, l'entrée est libre.
Vous y découvrirez des photographies, archives, romans et lectures d'€™extraits autour de Martinet. Vous pourrez également venir y rencontrer les artistes pour discuter de la démarche de « chorégraphier et danser Jérôme», lors d'€™un échange.
Par ailleurs, la compagnie donnera le 21 novembre son spectacle au Théâtre de Verre et propose un stage autour de sa création martinesque.

Compagnie Gé

Galerie Oberkampf
103 rue Saint-Maur
Mo Parmentier

Théàtre de verre
17, rue de la chapelle
Mo Marx Dormoy
21 novembre, 20h00



samedi 22 mars 2014

Un Jérôme (Bauche) et des noix

martinetnoix.jpg



Cette semaine ont eu lieu à La Générale (Mo Voltaire, Paris XIe) les trois représentations du très beau spectacle de Cyrille Labbé inspiré par le roman Jérôme de Jean-Pierre Martinet, "Comme une eau très claire au début du printemps".

Basé sur les quatre premiers chapitres du livre-culte, cette création très inventive mériterait d'être vue sur de nouvelles scènes.

A bon entendeur...

Et vivent les noix !


Mise en scène : Cyrille Labbé
Monsieur Cloret : Cyrille Labbé
La Mère Bauche : Rozenn Biardeau
Jérôme Bauche : Paul Moulin

mardi 18 février 2014

Entre l'ennuyeux et le prétentieux, il faut choisir...

comperesgaga.jpg


La maison Gaga nage dans le bonheur : après La Grande Vie du barbant Jean-Marie-Gustave Le Clézio (1990), elle souhaite colporter son humeur en nous servant sous peu La Grand Vie de l'ennuyeux Christian Bobin (qui y va là de son courageux et térébrant éloge du livre contre la "nuit électronique"). Voilà qui donne envie de consommer leur doublette.... à grand frein.

Un bon conseil, si vous vous trouvez d'aventure en situation de devoir choisir entre l'abbesse et le court-de-bras, n'hésitez point : lisez La Grande Vie de Jean-Pierre Martinet. C'est autrement plus fort, et autrement plus poilant. Et puis comme d'habitude l'Alamblog rembourse les mécontents.



Jean-Pierre Martinet La Grande Vie. — Talence, L'Arbre vengeur, 9,20 €

jeudi 22 août 2013

Denis Lavant lutte contre la mélancolie sur France Inter

Denis_Lavant_et_le_mantra.jpg



C'était le lundi 19 dernier, à partir de 21 heures : Denis Lavant participait à l'émission estivale de France Inter animée par Eva Bester.


"On a voulu faire pour le mieux, et on a fait comme d'habitude"



Attribuée à l’homme politique russe Viktor Stepanovitch Tchernomyrdine (1938-2010), elle mérite de rejoindre le principe de Peter, et autres histoires de tartine.
On trouve aussi cette version :

« Quand on a été élus, on a fait de notre mieux mais malheureusement tout s’est passé comme d’habitude »




Pour réécouter l'émission (où il est question de Fernand Combet - que Denis Lavant qualifie finement de "Kafka forain" - et de Jean-Pierre Martinet, de Beckett, Topor, etc.) : c'est ici pendant quelques jours encore.


N'omettons pas de signaler que Denis Lavant est à l'affiche du film d'Arnaud des Pallières, Michael Kohlhaas, d'après le roman classique de Kleist.

Heinrich von Kleist Michael Kohlhaas. - Paris, Mille et une nuits, 2013, 208 p., 4,50 €

MiKol.jpg

lundi 29 avril 2013

Jérôme se danse !

jeromodanse.jpg




Il nous aura tout fait !

Jérôme, le récit fabuleux de Jean-Pierre Martinet va être dansé au théâtre Confluences par cinq danseurs qui interprètent à tour de rôle Jérôme, Mamane Bauche et monsieur Cloret. Avec la participation du sémillant Alfred Eibel, ami et éditeur de l'auteur.

Mais on a du mal à croire que cela donne "une pièce normale pour cinq personnes ordinaires"... Même "librement inspiré du roman de Martinet, même chorégraphié par Mélanie Mesager. A voir donc.


Compagnie Jérôme 11 et 12 mai à 20 h 30
Théâtre Confluences
190, boulevard de Charonne
75020 Paris

jeudi 18 avril 2013

Soirée Jean-Pierre Martinet à Caen (Imec, Festival Passage de témoin)

Costume_Adolphe_Marlaud.jpg


C'est ce soir, ne ratez pas la soirée Jean-Pierre Martinet si vous fréquentez le festival Passage de Témoin à Caen.

L'abbaye d'Ardenne (IMEC) accueillera Jérôme Bauche avec ou sans le manteau d'Adolphe Marlaud en la personne de Denis Lavant, lauréat du Silver Hugo du Meilleur acteur, qui lira Jérôme ou La Grande Vie.

Un débat animé par Rémi David regroupera Alfred Eibel, Thierry Boizet, Julia Curiel et Éric Dussert, ainsi que Denis Lavant, artiste interprète et fameux "Silver Hugo du Meilleur acteur". Le tout en partenariat avec la librairie Eureka Street.



Jean-Pierre Martinet La Grande Vie. Préface du Préfet maritime. — Talence, L'Arbre vengeur, 64 p., 9 euros
CouvMartinet.jpg



Illustration du Billet : "Le Manteau d'Adolphe Marlaud selon Denis Lavant", Copyright Draco Semlich 2011.

- page 1 de 3