L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jean-Loup Trassard

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 11 juin 2015

Héphaïstos est un rural

urlenclume.jpg


Ceux qui n'auraient pas encore subi le charme de la prose de Jean-Loup Trassard voient se déployer aujourd'hui devant leurs yeux ronds une très belle occasion d'y céder. Un roman nouveau, à la mode Trassard, c'est-à-dire une promenade agreste au coeur de la vie du monde, des objets et des êtres où les matières s'estiment à l'oeil, à la main, et, naturellement cette fois, à l'oreille. Il faut juste un peu de patience, des sens en éveil, ne pas aimer trop le plastique puisque les livres de Trassard en sont généralement dépourvus. En cela aussi il est remarquable.
Avec Neige sur la forge — qui semble un titre des frères Powys —, c'est dans la cagna fuligineuse vouée aux dieux minéraux et enflammés d'un Héphaïstos rural qu'il nous entraîne, remontant un tout petit peu le temps jusqu'à ces âges farouches du siècle dernier que nos aïeux ont connu, où le maniement du métal était une nécessité vitale en terre agricole.

Maintenant le soc : c'est une plaque métallique qui entaille le sol, boulonnée sur l'épaule qui, elle, retourne la terre soulevée. Puisque je garde un brabant sous le toit de mon bûcher, je peux y mesurer les socs, ainsi vous verrez mieux : trente-huit centimètres de long sur onze de large. Entre le soc et l'épaule, passez les doigts à la surface, enfin je le fais pour vous, c'est ajointé sans faille, la terre ainsi passe de l'un sur l'autre sans s'en rendre compte.


Avec son élégance coutumière, Jean-Loup Trassard souffle les braises sur sa passion pour la terre et pour les Hommes d'icelle dédiés à la tâche de sa culture et au vivre là. En décrivant leur activité, leur milieu, leurs gestes rodés par l'expérience, il trace ce qu'il nomme le "poème des éléments", des livres incomparables et doux où l'on se concentre enfin sur des actions nécessaires, où l'on éprouve des sensations à la fois délicieuses et définitives. Qui ne se souvient de ce chef-d'oeuvre qu'est Dormance (Gallimard, 2000) ?
Neige sur la forge est un livre à lire dans la tranquillité, en un lieu où le propre corps du lecteur saura lui aussi en profiter.

On ne saurait trop conseiller un vieux lit craquant aux draps de lin. Si vous voyez de quoi on parle...



Jean-Loup Trassard Neige sur la forge. - Paris, Gallimard, 144 pages, 14 €

dimanche 27 mars 2011

Troisième Secousse

seciyss.jpg



Obsidiane donne des secousses. La troisième depuis juin 2010 vient de paraître en ligne.
Secousse est la revue qui a pris la succession du Mâche-Laurier (1994-2008), vaillante publication de papier éteinte après quatorze ans d'activité.
Sous la direction de François Boddaert et une équipe de rédacteurs où l'on retrouve Pascal Commère, Nimrod, Patrick Maury ou Christian Doumet, Secousse donne désormais de la poésie, des notes critiques, des entretiens, des photographies... Une véritable revue en somme, structurée et, à coup sûr, pleine de littérature "qui vaut la peine". Il est aisé de s'en assurer... avec ses oreilles notamment.
Entretien avec Jean-Loup Trassard, l'auteur du fameux Dormance, poème de François Boddaert, dont nous n'avons jamais eu l'occasion d'écrire souvent ici que nous aimons le noué de la langue et la force du lexique et de l'image...

Et passer Rampillon, à l’assaut des côteaux
(dure terre par cet hiver de gel) : Mauqueue,
Château, Beaulieu, Canonières… Le sarpillon
glacé dans la ceinture, le treillot patiemment affûté.


Franchement, les râleux seraient mal venus.



Au sommaire
Jean-Claude Caër ► En route pour Haida Gwaii
Henri Droguet ► Huit poèmes
Luciano Erba ► Un parcours poèmes traduits de l'italien par Gérard Cartier, révision par Elena Luchetti
Anthony Hubbard ► Petite suite 
Friederike Mayröker ► Poèmes traduits de l'allemand par Christine Bonduelle 
Jean-Théodore Moulin ► La leçon de Ribérac
Franck Venaille ► Trio

Proses
Ella Balaert ► Monsieur Marcel
Jean-Pierre H. Tétart ► La route d'Ephode

Essais
Spyridon Simotas ► Pierre Michon, la question de la filiation

Aux dépens de la Compagnie
André du Bouchet ► L'infini et l'inachevé
Robert Marteau ► Dans l'herbe - Extraits & Note de lecture de Pascal Commère

Carte blanche
François Boddaert ► De feu et de couleur
Paol Keineg ► Sans esprit de retour
Michèle Le Braz ► Le ventre de granit
Jean-Loup Trassard ► Entretien avec Anne Segal et Gérard Cartier

La guillotine
Gérard Noiret ► L'hypothèse d'une poésie sexuée

Zarbos
Gérard Farasse ► Une photo de plus - Sur l'exposition de photos Les grands espaces (Lille)
Fernand Fournier ► Blancheur éclatante - Une visite de l'atelier de Nathalie Delasalle
Catherine Soullard ► C'est très humain, ça - Sur le film La Femme aux 5 éléphants de Vadim Jendreyko

Notes de lecture
Yves Boudier ► Vanités Carré Misère - Note de lecture de Gérard Cartier
Piero Calamandrei ► Inventaire d'une maison de campagne

Luigi Meneghello ► Libera nos a malo - Notes de lecture de Vincent Gracy
André Doms ► L'imparfait de vivre - Note de lecture de Pascal Commère
Jean Rounault ► Mon ami Vassia, souvenirs du Donetz

Herta Müller ► La Bascule du Souffle - Notes de lecture de  François Bordes
Evgueni Zamiatine ► L'inondation - Note de lecture de Josette Granjon