L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jean Lépine

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 9 avril 2016

Wagons à bestiaux

jeanLepine40H8C.jpg


Une équipe de quatre jeunes et joyeux éditeurs a lancé une maison au nom révolutionnairement primesautier, Prairial, il y a peu (1). Contre toute raison économique, elle s'attache à déployer depuis sa base posée en pleins vents tourbillonnants de l'actualité éditoriale un éventail d'ouvrages de bon aloi, et leur qualité se remarque. On ne va donc pas les laisser attendre la pratique comme l'officier Drogo attendait le barbare, n'est-ce pas ?
Dans leur catalogue prêt à l'emploi des lecteurs les moins empotés, on trouve du roman par l'image (Ronge-Maille vainqueur des Luciens Descaves et Lafargue, par exemple), bien retroussé et grave comme il faut, du Crevel, du Gilbert-Lecomte, du Darien et même, tout récemment, Les Couilles engagés de Benjamin Péret qui trouve enfin son titre. Là encore du livre vif, avec tendance à taper sur l'air du temps et le bourgeois assoupi. En somme, une maison comme ça, c'est exactement ce qu'il nous faut. Chaque jour. Pour nous éveiller l'esprit.
Jamais à l'air d'une audace que les financiers qualifieraient de suicidaire, l'équipe de Prairial publie un classique de la Grande Guerre oublié, signé Jean Lépine, Hommes 40 Chevaux (en long) 8. Publié en feuilleton en 1931, il parut en volume en 1933, mais il est très vite éclipsé par certain roman à succès sur le même sujet, ou presque, d'un certain Céline qui a opté, lui, pour un titre plus cinglant.
Pour autant, il ne sera pas nécessaire d'en faire des tonnes après vous avoir donné à lire le fragment suivant. Vous serez convaincus de l'intérêt de la vision de Jean Lépine, engagé volontaire en 1915, observateur très fin, peintre de scènes plus fin encore :

Des formes d'hommes, invraisemblables sous leur équipement hétéroclite, toutes pareilles et toutes différentes, des jeunes et des vieux, des grands et des petits, des maigres et des gras, tous les échantillons d'une humanité pitoyable sont rassemblés là. Un régiment décimé puis reformé s'embarque pour le front. Cela s'appelle des troupes fraîches.



Jean Lépine Hommes 40 Chevaux (en long) 8. — Paris, Prairial, 232 pages, 13 €


(1) Et comme le disait l'Almanach du Père Peinard en 1894, “Prairial foutra à tous des fourmis dans les pattes." Et, plus loin : "Dans le siphon des plus bouchés, il collera une idée de révolte”.
LepineEo.jpg