L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jean Dayros

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 14 septembre 2011

Taratantara, par Alain Chevrier

ChevrierTaratataAlain.jpg


Alain Chevrier, qui adore nous surprendre, vient de nous informer du fruit de ses nouvelles recherches métriques.

Elles concernent le taratantara.

Mais oui.

Et il précise :

« Le décasyllabe / à césur(e) médiane » :
sous ce titre vient de sortir un livre
d’Alain Chevrier, qui est publié
par les Éditions Classiques Garnier
en août 2011 : 406 pages,
49 € (oui, mais ça les vaut ;-),
et 0, 660 kg.
Cette anthologie à base métrique
sur un vers nommé « taratantara »
(qui est en latin le bruit du clairon)
va du plus ancien jusqu’au plus nouveau.
Bien sûr l’Oulipo n’est pas oublié :
Mentions de Queneau, Queval, Bens, Roubaud.
Ceci n’est pas un'… pub, mais une info.

Bref, c'est l’histoire d’un vers singulier, le décasyllabe à césure médiane, appelé taratantara, retracée depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours.
Son éditeur renchérit :

Selon les époques, il a informé de nombreux genres: chansons, vers mesurés, romances, poèmes descriptifs ou lyriques. Les poèmes anciens, souvent peu accessibles, sont donnés dans leur intégralité. Les analyses métriques et les commentaires historiques mettent en évidence les liens d’intermétricité entre ces textes et montrent comment une forme peut prendre sens.

Et Alain Chevrier d'ajouter :

"Jarry peut s'y lire, et même Dayros.
"Oui, Dayros enfin est chez les Classiques !"

Depuis, en travaux pratiques, il aurait selon ce mètre
réécrit d'un maître certain "Le Cimetière marin"...



Alain Chevrier Le Décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara. - Paris, Classiques Garnier, 406 pages, 49 €

mercredi 1 juin 2011

Quelques bonnes raisons de se réjouir

Gambini.jpg



Les livres de Pavupapri découverts au marché de la popoésie, c'est-à-dire la production joliment miniature de l'illustratrice Cécile Gambini qui tient blog et affiche son catalogue ici et de Stéphanie Ferrat.

Un article de Christian Laucou détaillant le cas d'Un autre exemplaire de ''Mes états d'âme ou les Sept Chrysalides de l'extase'', fameux sujet d'interrogations.

L'annonce de la parution chez Dupuis d'un collectif qui promet d'être passionnant, Comment je me suis fait plaquer..., et de l'exposition-vente des planches originales à la Galerie des Arts Graphiques (vernissage le vendredi 3 Juin à partir de 18h30, exposition jusqu'au 11 juin), 4 rue Dante, Paris Ve.

La correspondance Roger Gilbert-Lecomte/Léon Pierre-Quint aux éditions Ypsilon

La double publication annoncée d'oeuvres de Céline Minard en août chez Denoël et Cambourakis.

Le week-end prolongé qui s'annonce ensoleillé.

De belles rencontres lors du décrochage d'une exposition d'artistes japonais...


La vie est très belle, n'est-ce pas ?




CGambini1.jpg

mardi 7 décembre 2010

L'Oeil bleu # 12

PalsCranes.jpg



le numéro 12 de L'Oeil bleu, revue de littérature des XIXe et XXe siècles, vient de paraître et voici son sommaire :


Mikaël Lugan Michel Féline, un oublié du Symbolisme
Michel Féline Pièces diverses
Gabriel-Tristan Franconi "Je suis encore vivant": lettres à Émile Cohl
Julien Schuh Alfred Jarry : des images et rien de plus (II)
Henri Bordillon "Bouillon de sculpture": Jean Dayros et Alfred Jarry en tenue de soirée
Jarry écrit au Cri de Paris
Gérard de Lacaze-Duthiers Une nouvelle école poétique: les "Visionnaires" et "Artistocrates"
Bibliographie des revues Les Actes des poètes (1909-1910)


Pour commander ce numéro, vous pouvez adresser un chèque de 12 euros à
L'Oeil bleu
59, rue de la Chine
75020 Paris

mardi 29 décembre 2009

Ils sont trop ! (Jean Dayros)

Morgue.jpg



Découverte grâce à Gallica et signalée par Elo Quill (?), cette chronique du fameux Jean Dayros reprise de La Presse, où le dit homme de plume signa quelques papiers aux alentours de 1897-1898 dans la rubrique “Le Boulevard”.
Le présent apport est une perle d’humour noir. Il a été recopié, sur Gallica donc, de la livraison du 24 octobre 1897 (p. 3) et nous permet d’annoncer, entre deux pixels, la prochaine parution d’un Dictionnaire de la mort à l’enseigne des établissements Larousse. Au printemps, apparemment.

Nous n’oublions pas, évidemment, de renvoyer à La véritable identité de Jean Dayros (par Patrick Ramseyer) et aux notables travaux d’Henri Bordillon à l’enseigne de l’Oeil Bleu.

Joyeuses fêtes à tous !


Le Préfet maritime




Lire la suite...

mardi 8 janvier 2008

La véritable identité de Jean Dayros, par Patrick Ramseyer

Extase.jpg

Depuis 2002 et la publication de l’anonyme Mes Etats d’âme, ou les Sept Chrysalides de l’extase, fantasque ouvrage réédité après enquête par Christian Laucou et Stéphane Le Couëdic aux éditions Fornax, une double polémique enfla : d’abord à propos de l’attribution du dit opus (Fornax V collège de ‘patatras) ; ensuite au sujet de l’identité du désormais fameux Jean Dayros.
Eminent spécialiste de l’enquête biobibliographique, fouineur dont les talents ont servi et servent souvent à des nombreux spécialistes de l’histoire littéraire, Patrick Ramseyer, échauffé un peu - par une entorse à la saine méthodologie peut-être - donne ici le fin mot de cette histoire en livrant les pièces définitives du dossier Jean Dayros.
Les Sept Chrysalides cèdent donc le pas devant le Saint Suaire : elles ont livrées leur secret et les lecteurs de l’Alamblog ont la primeur de la révélation…

Lire la suite...

lundi 15 octobre 2007

Réjouissons-nous : la 4e livraison de L'Oeil bleu est sous presse


saphirII.jpg

Oui, réjouissons-nous, et trois ou quatre fois plutôt qu’une : le numéro 4 de L’Oeil bleu, fameuse revue des littératures de nos XIXe et XXe siècles paraîtra le 17 octobre prochain.
On ne vous allèchera jamais autant qu’en vous signalant qu’y apparaîtront Jean Dayros - le très notoire Dayros qui fit parler de lui il y a peu à l’occasion de la publication par la maison Fornax des Sept Chrysalides… - ici en l’exercice d’une “Petite Anthologie portative”, Verlaine, Auguste Linert dont nous découvrirons à cette occasion les souvenirs et, toujours, Gustave le Rouge.


Sommaire complet :
De quand à quand : Verlaine à Caen ? (Henri Bordillon)
A propos de quelques vers “inédits” de Paul Verlaine (Noël Herbin)
Iconographie verlainienne
Bibliographie des revues : Le Coup de feu (1885-1889)
Tragique histoire (Gustave Le Rouge)
Tombeau pour Jean Dayros (Henri Bordillon)
Petite Anthologie portative (Jean Dayros)
Souvenirs des temps d’anarchisme (1885-1895, première partie (Auguste Linert)


12 euros
L’Oeil bleu, 59, rue de la Chine, 75020 Paris

L’œil bleu sera présent au 17e Salon de la revue, à Paris (19-21 octobre)
Espace d’animation des Blancs-Manteaux, 48, rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris