L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Jacques Povolozky

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 17 novembre 2013

Jacques Povolozky et la Gazette des Sept Arts

Povgaz.jpg


Des ressources sur le cinéma en ligne ? une adresse : http://www.cineressources.net/recherche_t.php

On y trouve également des périodiques.

jeudi 8 août 2013

Bibliographie fort lacunaire des éditions G. Boaniche

boaniche.jpg


En flânant parmi les livres, le nom de l'imprimeur G. Boaniche nous tomba sous l'oeil. Il nous évoquait quelque chose... Et pour cause...
De fait, la Gazette des sept arts, revue fondée par R. Canudo en 1922 et consacrée au cinéma naissant par la fine fleur de l'art moderne au goût du jour, se trouvait administrée par l'éditeur russe Jacques Povolozky...
rev.Povol.jpg et imprimée par G. Boaniche, installé au 48 de l'avenue de la République ou au 95, rue Oberkampf selon la période%..
gboa1.jpg
Ce dernier imprima beaucoup pour les autres, et fit paraître apparemment sous sa marque quelques titres dans les années 1920.

Imprimerie G. Boaniche

"Vers la Vérité". Revue mensuelle spéciale aux origines et responsabilités de la guerre publiée d'avril 1923 à mars 1924 sous la direction d'Ermenonville. (Avec un index bibliographique, une table générale des matières et une table analytique.). - Paris, impr. G. Boaniche ; Librairie du travail, 96, quai Jemmapes, 1924. (28 juin.) In-8, 146 p. 15 fr.

Paul Dermée Le Volant d'Artimon, poèmes. - Paris, J. Povolozky et Cie, 1922 (Paris, Impr. Boaniche et Cie). np 42 p. Collection "Z". Édition originale ill. de bois en noir et en couleurs de Louis Marcoussis, tirée à 216 ex. numérotés + quelques exemplaires d'auteurs numérotés.

PIerre des Ruynes (i. e. Pierre Renaud) Le Cravacheur de mufles. Préface de Han Ryner. - Paris, la Maison française d'art et d'édition, (1922) (Paris, Imp. Boaniche). - 21p. (Les cahiers de la Maison française).

Louise Bodin Au pays des repopulateurs, une campagne pour l’adoption des enfants assistés. — Paris, Société mutuelle d'édition, 1922, 1922, 220 p. Bibliogr. (Impr. Boaniche (Paris).

G. Dugaston (i. e. Gaston Dugarric) Tous les moyens de faire fortune. - Paris, Albin Michel (impr. G. Boaniche ) 1923, 191 p.


Editions G. Boaniche (liste non exhaustive)

Théodore-Valensi Délires. Nadine Belmont. Préface de Paul Brulat. - Paris, G. Boaniche, éditeur, 48, avenue de la République (impr. F. Bouchy), 1930. (18 décembre) In-16, 160 p. 12 fr.

Henry de Forge La Couronne d'épines, douze souvenirs. Préface de Roland Dorgelès. Ill Félix Del Marle. - Paris, G. Boaniche, s. d. (circa 1925 d'après le texte), "Collection du Diable". in-fol. (32 cm), 28 p., ill., couv. ill.

Sans date
Paris. A book of pictures. John B. Hall and Son. Imprimerie typographique G. Boaniche, 95, rue Oberkampf, 32 images.
Paul Verdier ''La Passion de Naïa
Ramée Yane Hangebong
Pierre Millon La Genèse de la Guerre
Daniel Lasochi Eroneïa
Armand Richier Cincinnatus

dimanche 10 mars 2013

Ouverture du site de l'Imprimerie Union (1910-1995)

IliazdSoiouz.jpg


Voici une grande nouvelle pour l'histoire du (beau) livre du siècle dernier !!
L’Imprimerie Union de Volf Chalit, Dimitri Snegaroff et Louis Barnier (1910-1995) a enfin son site grâce à Antoine Perriol, avec la collaboration de Olivier Bourreau, Guillaume Louet et Charlotte Bayle. Réalisé à l’initiative de Luc Barnier, le fils de Louis Barnier, qui a confié les archives restantes de l’Imprimerie Union et celle de sa famille, afin de les rendre publiques.
A ces quelques 1500 premiers documents, viennent s’en ajouter d’autres issues des fonds Snégaroff, Iliazd, Romoff, Creixams, Lepelletier, Galerie Berès, entre autres. (On se souvient peu-être du billet consacré au travail de l'Iliazd-Club et de la Kooperativnaïa Tipogradia Soïouz ici même.)


Bref rappel historique présent sur le site :

Les année russes
L’Imprimerie Union est fondée en 1910 par deux émigrés russes, Volf Chalit et Dimitri Snégaroff. Ils travaillent essentiellement dans les années dix pour la communauté russe parisienne.
D’Apollinaire à Aimé Maeght
En parallèle, la carrière de l’imprimerie dans les milieux d’ art et littéraire débute en 1913 avec l’impression de la revue Les Soirées de Paris d’Apollinaire, Serge Férat et la baronne d’Oettingen. L’Imprimerie Union compte ensuite parmi ses fidèles clients, Paul Guillaume, Christian Zervos, les Surréalistes, Albert Skira et Pierre Seghers.
L’Imprimerie Union, d’une typographie d’art au tirage offset de luxe
Le changement de génération intervient en 1951 avec l’arrivée de Louis Barnier dans l’entreprise qui en prend la direction en 1957. Le travail typographique de l’imprimerie se poursuit et s’exprime tant au travers des catalogues des galeries Berggruen et Stadler, que dans les livres de luxe et les revues de poésie. Louis Barnier se retire en 1989. L’Imprimerie Union cesse d’exister en 1995.


L'irruption de ce site est vraiment un événement assez extraordinaire : toutes archives sont désormais en ligne : correspondances, photographies, carnets comptables, maquettes, livres d’art, revues, correction d’épreuve, peintures, gravures, bibliothèque, affiches, cartes postales, catalogues d’exposition...
Et c'est une histoire inédite de la principale imprimerie du XXe en matière d’imprimés d’art qui va s'écrire enfin puisqu'on y découvre des traces des éditions de Jacques Schiffrin, Jacques Povolozky, Gertrude Stein, Galerie Drouin, Collège de Pataphysique, La Délirante, Le Collet De Buffle, Maurice Estève, Oudar, Ilarie Voronca, Dimitri Snégaroff, Tchérez, Jacques Olivier Fourcade, Claude Givaudan, Lucien Scheler, Vicente Huidobro, Fernand Mourlot, Arts et Métiers Graphiques, Au Vent d'Arles, Iliazd, Tristan Tzara, Pierre Vorms, Rodolphe Stadler, Louis Barnier, Louis Broder, Vieira Da Silva, Plaquettes de Voeux, Bibliothèque Nationale, Emmanuel Peillet, José Corti, Florent Fels, Berggruen, Revue XXe Siècle, Charles Rappoport, San Lazzaro, Surréalistes, Serge Romoff, Le Point Cardinal, Jean de Bosschère, La Pléiade, Maeght, Lénine, Serge Férat, Zervos, Dali, Cercle D'art, René Char, Hercule Joannidès, André Du Bouchet, Comte Ignatieff, Clivages, Le Corbusier, Helmutt Newton, Jean Hugues, Benn, Yvan Goll, Jeanine Aeply, André Breton, Apollinaire, Léonce Rosenberg, Paul Guillaume, Musée Du Louvre, Lazare Rodstein, Max Jacob, Jeanine Crémieux, Georges Hugnet, Sylvain Goudemare, Pedro Creixams, Jean Fautrier, Hajime Kato, Lacourière, Derrière Le Miroir, Pascal Quignard, Hazan, Paris Audiovisuel, Choumoff, Eugène Schueller, Bourtzeff, Pierre Hamp, Olénine D'alheim, Bouroff, Les Editions du Désastre, Pierre Bettencourt, Frank Kupka, Art Brut, Jean Dubuffet, L'Oréal, Maximilien Gauthier, Votre Beauté, Les Soirées De Paris, Joseph Dumoulin, Skira, Gnome Et Rhone, Emmanuel Hocquard, Art De France, Paul Eluard, Artcurial, Pierre Seghers, Pierre Berès, Kooperativnaïa Typografia Soïouz, Pierre André Benoît, René Laporte et Les Cahiers Libres, Club Français Du Livre, Ozenfant, Le Voyage En Grèce, Huguette Berès, Critique...


De quoi surfer, rêveurs, des journées entières ! Et pour sa part, le Préfet maritime va commence par les pages Povolozky, Voronca, Goudemare, etc.

lundi 10 décembre 2012

Les couvertures du siècle dernier (XX)

ViedesLettres1920.jpg



La Vie des lettres, couverture illustrée par Albert Gleizes
Paris, Jacques Povolozky & Cie, 1920.
Broché, 240 pages, format 285 x 195 mm.
Textes de Nicolas Beauduin, Canudo, Jean Cassou, Chapka-Bonnière, Jean Paulhan, William Speth, Maurice de Faramond, Pierre Jaudon, Albert Gleizes, Marcel Millet, Waldemar Georges, Philippe Soupault, Hans Pipp, Gaston Sauvebois, Georges Polti.
Nombreux bois gravés, en noir, de Albert Gleizes.

vendredi 9 septembre 2011

Les premiers haïkaï français

haikailozano.jpg



En 2003 paraissait la première réédition d'Au fil de l'eau, une ultra-rarissime plaquette du trio Paul-Louis Couchoud, André Faure et Albert Poncin imprimée en 1905 à une dizaine d'exemplaires.
Elle contenait les premiers haïkaï français imprimés en volume, par trois jeunes gens férus de Japon et d'Art.

Le 14 septembre prochain paraîtra la nouvelle édition augmentée de ce livre. On y a ajouté une autre rareté : les Haïkaïs du Mexicain Rafael Lozano, dont on a pu découvrir le nom dans la Petite Bibliographie lacunaire des éditions Jacques Povolozky.

Comme l'édition originale d'Au fil de l'eau, dont nous ne connaissons l'existence que par un seul exemplaire (que nous n'avons jamais vu d'ailleurs), l'originale des Haïkaïs de Rafael Lozano semble ne pas exister sur le sol européen. C'est des États-Unis que nous est parvenue une copie... Serait-on confrontés à une malédiction du haïkaï ? Il faut espérer que cette réédition fera surgir des exemplaires sagement rangés dans des bibliothèques bien nourries pour l'heure. Et nous nous en réjouissons d'avance.

Cette réédition présente une autre caractéristique que sa rareté : accompagné du récit de l'introduction de cette forme délicieuse et délicate en France, ainsi que d'une fiche technique à la manière de Mode et Décoration intitulée "Faites vos haïkaï vous-mêmes", le recueil rendu aux lecteurs vaudra probablement un infarctus de la page blanche au contrôleur de gestion de la maison Hachette. En effet, les petits poèmes de Rafael Lozano sont reproduits tel que publiés initialement chez Jacques Povolozky, c'est-à-dire à la japonaise, en commençant par la fin du livre, et verticalement. Autant dire qu'il s'agit d'une curiosité.
Vous nous en donnerez des nouvelles.


Paul-Louis Couchoud, André Faure, Albert Poncin et Rafael Lozano Au fil de l'eau, suivi de Haïkaïs. Les premiers haïkus français, 1907-1922. Nouvelle édition proposée, établie et postfacée par le Préfet maritime. - Paris, Mille et une nuits, 14 septembre 2011, 120 pages, 4 €

samedi 13 août 2011

Un complément à la bibliographie lacunairee des éditions Jacques Povolzky

Marignane.povo.jpg




M. Marignane Le Maître de la Piéta de Villeneuve de l'Annonciation d'Aix révélé. Enguerrand Charonton. — Paris, Editions Jacques Povolozky, 1938. Un volume in 8° broché, 114 pages illustrées de reproductions en noir et blanc. Tirage limité à 1000 exemplaires.
Etude sur Enguerrand Charonton et essais d'attribution par la radiesthésie.

samedi 12 février 2011

Bref complément à la Bibliographie lacunaire des éditions Povolozky

NajiPovo.jpg



ИВ. НАЖИВИНЪ
ОСЕНИ ПОЗДНЕЙ
ЦВЕТЫ
ЗАПОЗДАЛЫЕ

I. Nazhivin Oseni pozdnei... Paris, Povolozky & Co., 1921, 63 pp.

lundi 28 juin 2010

Iliazd et l'Imprimerie Union

IliazdClub.jpg



Superbe et roborative 7e livraison de l'Iliazd-Club, la revue des amis d'Iliazd, éditée par Clémence Hiver, et dont la collection complète vaudra un jour une somme rondelette. Au sommaire de ce numéro, une enquête épatante d'un jeune chercheur, Antoine Perriol, sur les rapports de l'Imprimerie Union et du poète-artiste, un article sur Iliazd et l'émigration russe en France, par Régis Gayraud et, du même, la traduction de la conférence de 1922, L'Iliazde, où Ilja Zdanevitch (1894-1975) revêtit son pseudonyme.
Autant vous dire tout de suite que le travail d'Antoine Perriol n'a pas peu fait pour la cause des lettres : outre qu'il a permis d'identifier une réalisation oubliée d'Iliazd, Argentina (1956) consacrée à la danseuse La Argentina, il offre un vrai large panorama sur l'activité de cette entreprise, fondée en 1909 par deux typographes de l'entourage de Lénine en exil, sous le nom de Kooperativnaïa tipogradia soïouz, marque francisée en Imprimerie Union, qui allaient travailler pour Jacques Povolozky, Marcel Duchamp, Apollinaire et Les Soirées de Paris.
C'est à partir de 1913 que l'imprimerie diversifia son activité sous l'influence de Roch Grey et de Serge Férat, ainsi que d'Apollinaire qui y fit imprimer ses premiers calligrammes. Un peu plus tard ce sont les revues et les éditeurs les plus intéressants qui confient leurs travaux : Les Arts à Paris, Action, Oudar, Le Bulletin de l'Effort moderne, Les Cahiers d'art, La Révolution surréaliste, Minotaure, et plus récemment L'Art Brut ou Argile, le Cercle d'art, Skira, Maeght, le Club français du livre, etc.
Les rapports d'Iliazd et de l'imprimerie Union entre 1921 et 1975 composent naturellement le gros morceau du numéro. Avant que ce jeune chercheur se lance dans l'exploration des archives de cette imprimerie très liée, jusqu'à la seconde guerre mondiale, avec l'émigration russe et durant cinquante-deux ans avec l'artiste et poète qui composa moult affiches, placard, catalogues d'exposition, bons de souscription, carton de vernissages, etc. - quelques-uns de ces documents sont reproduits ici en couleur.
La prime au lecteur débute page 57 : il s'agit de la correspondance en vers d'Iliazd avec Dimitri Snégaroff, l'un des patrons historiques de la maison Union. Un échantillon ?

Élève des muses, je te salue, Dimitri,
Depuis ce trou perdu
Où l'automne dans sa mitre féconde
Apporte ses présents mûris,
Dans ses filets des pêches miraculeuses,
Et du vent libre. Les pêcheurs,
Conversant sur la berge,
Préparent les bons appâts,
Courent sur les plages de bon matin
Et se noient dans la mer en passant.
Je leur fais mes adieux. J'attends le retour
Du peuple pêcheur exalté par les vagues.
Les forêts, lasses de leur dorure
Envoient dans le dos des pêcheurs
Des brouillards Infatigables.
Et tombe la quatre-centième
Pages de mon roman.
(...)




Iliazd Club (n° 7)
24, rue de Vintimille, 75009 Paris)
224 pages et 28 pages quadri.
iliazd-club@orange.fr

lundi 17 mai 2010

Les artistes russes et le livre français

LeDentuLePhare.jpg



Sous la superbe couverture imaginée par Naoum Granovski pour Ledentu le phare d'Iliazd (Paris, le Degré 41, 1923) (1), ce petit billet pour signaler qu'en cette année France-Russie, ô combien agréable, une exposition conjointement organisée à Moscou et Paris par le bibliophile russe Mikhaïl Seslavinski, vous offre de contempler jusqu'au 5 juin prochain le travail des artistes russes pour le livre français du siècle dernier.

Michel Larionov, Natalia Gontcharova, Valentin Parnakh, Alexandre Grinevsky, Alexandre Alexeïeff, Alexandra Exter illustraient Blok, Roubakine ou Iliazd pour des éditeurs tels que Ferenczi & fils ou La Cible de Jacques Povolozky. Il en reste des trésors de papier de tous genres, d'esthétiques variées, à destination de clientèles bien différentes.
Ce goût pour le livre illustré bellement d'abord inoculé par des personnages comme Ambroise Vollard, marchand d'art, éditeur et grand jarrien devant Ubu (faut-il rappeler l'excellente biographie que Jean-Paul Morel lui a consacré chez Fayard ? Oui ? Eh bien, nous le ferons) fut exploité par les éditeurs "commerciaux" qui avaient sauté dans le train en marche. Ils avaient compris, passée la Grande Guerre, les ors qu'ils pouvaient en tirer. Dans les années 1920, le livre pour enfants connut à son tour une expansion phénoménale, relayée par les bibliothèques de L'Heure joyeuse où les gamins pouvaient faire leurs choix eux-mêmes... N'y figuraient certes pas les productions érotiques d'Annenkov ou de Rojankovksy...

On regrette beaucoup de n'avoir pas l'occasion de filer derechef à Moscou pour contempler aussi des livres russes admirables...


Rendez-vous : les artistes russes dans le livre français
Bibiothèque Sainte-Geneviève
10, place du Panthéon
75005 Paris



(1) Nous évoquerons sous peu la forte 7e livraison de l'Iliazd Club

jeudi 2 juillet 2009

La devanture des éditions J. Povolozky & Cie

Povolozky_devanture.jpg



Une image glanée le 17 mai dernier sur le blog Au temps de l’Oeil cacodylate.

- page 1 de 2