L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Indiana Jones

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 13 avril 2017

Percy Fawcett et la civilisation amazonienne

imageLostCityofZs.jpg


La cité perdue de Z... Elle en a fait couler de l'encre et s'évanouir dans la nature des explorateurs. Le plus célèbre d'entre eux, Percy Harrison Fawcett, a eu droit à plusieurs avatars, tout récemment encore puisque le livre de David Grann (2009) vient de voir sa version cinématographique paraître en France.
L'enquête de l'Américain reparaît en poche dans la foulée.
S'y raconte la vie aventureuse de l'Anglais Percy Fawcett, qui après un voyage topographie en Colombie était tombé raide dingue de la vie en forêt vierge, au point d'y retourner et de s'y perdre, corps et âme, à la recherche d'une civilisation dont il avait eu la démonstration en trouvant des poteries en pleine forêt... Une huitième et dernière expédition le conduisit à sa perte en 1925, et à celle de son fils, qui était parti avec lui. mais elle conforta sa mythologie au point que des expéditions partirent plus tard sur ses traces en espérant le retrouver, tout au moins des témoignages de son passage. Rien n'y fit, on perdit même les expéditions... Le fait que ses restes ne furent jamais découverts, non plus que celui de son fils et de ses partenaires, suscita beaucoup de rumeurs, de racontars et d'espoirs insensés... Avait-il atteint la cité de l'Atlantide qu'il cherchait ? douze expéditions successives se succédèrent en vain...
Cette obstination de la forêt à ne rien montrer et à ne rien rendre contribua naturellement à exciter les esprits. Un peu comme le triangle des Bermudes sans doute, ou l'Atlantide dont il se dit que, peut-être, c'est ce que cherchait au fond Fawcett. Bien entendu, ces "mondes perdus" eurent une influence conséquente sur l'imaginaire de son temps. Et sur le nôtre... Arthur Conan Doyle, qui se trouvait en relation avec Fawcett, se basa sur ses récits pour imaginer son roman Le Monde perdu. En 1911, Fawcett avait publié en effet le compte-rendu de ses premières explorations (la traduction a été rééditée chez Pygmalion). A l'instar du commandant Charcot ou Lawrence d'Arabie, Fawcett avait de quoi inspirer les apprentis rois du coupe-coupe. Il est devenu un élément majeur de la figure de l'aventurier-archéologue Indiana Jones. Et Allan Quatermain ne traîne pas ses bottes très loin.
Il y a quelques années, l'écrivain lyonnais Malek Abbou avait proposé une version de la fascination qu'un tel destin est de nature à exercer. Son livre s'intitulait Vies de Percy Harrison Fawcett, il était superbement sous-titré Du chien-tigre à double truffe aux lianes de l'illimité solaire. Malek Abbou concluait son livre en publiant une brèves de l'AFP... que vous découvrirez vous-mêmes. Nous n'allons pas gâcher le suspens.

Le curieux de toute cette magnifique histoire reste la découverte au début des années 2010, "grâce" aux effets dévastateurs de la déforestation amazonienne de plus de deux cents couloirs de circulation et canaux d'irrigation , ainsi que de poteries, justement...


David Grann La Cité perdue de Z. Une expédition légendaire au coeur de l'Amazonie. Traduit de l'américain par Marie-Hélène Sabard. - Paris, "Points", 432 pages, 7,95 €


Malek Abbou Vies de Percy Harrison Fawcett. Du chien-tigre à double truffe aux lianes de l'illimité solaire. - Perrières (Calvados), Impeccables, 2011, 40 pages, 12,50 €

MalekAbbou.jpg