L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

mardi 21 mars 2017

Jean-Pierre Martinet et Edmond Lévy (1974)

MartinetENvoiLevy.jpg


Quelques nouvelles de Jean-Pierre Martinet...

Tout d'abord L'Arbre vengeur a le privilège de produire très prochainement une nouvelle édition de La Grande Vie enrichie d'une préface de Denis Lavant.
On savait le comédien particulièrement attaché à ce texte grandiose, il le prouve.
Le livre intègrera la collection "L'Alambic" avec une toute nouvelle couverture conçue par Nicolas Etienne.


Ensuite, grâce à Stéphan Lévy-Kuentz, ressurgit un moment de la vie professionnelle de Jean-Pierre Martinet.
Le document n'est pas commun : en effet, dans les archives d'Edmond Lévy, réalisateur issu de l'IDHEC, comme Martinet lui-même, sommeillait le dossier de réalisation d'un opéra filmé Roméo et Juliette durant laquelle l'auteur de Jérôme servit d'assistant.

MartinetDossier_RomeoetJuliette1974.jpg

En 1974, nous apprend encore Stéphan Lévy-Kuentz, Edmond Lévy (disparu en 1995) venait de passer de dix ans en tant que collaborateur artistique de Max-Pol Fouchet, qui venait d'être viré par Giscard à cause de son engagement communiste, au moment de la transformation de l'ORTF en SFP.

Pour Martinet, qu'il rencontre au début de la décennie 1970, c'est aussi le moment de la parution de La Somnolence dans "L'Accès", la collection de Pauvert.

C'est apparemment pour sortir Jean-Pierre Martinet d'un état dépressif chronique que Lévy l'appela sur diverses émissions télévisées. Mais les deux hommes échangent aussi littérature — Edmond Lévy a publié chez Gallimard en 1956, La Fin du premier jour. Une amitié se tisse et en 1978 Martinet propose à Lévy d'adapter Jérôme. Le projet n'aboutit pas.
Edmond_Levy_portrait.jpg