L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Henri Simon Faure

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 25 janvier 2015

le cahier du bougre #2

CahierBougre2.jpg



le cahier du bougre (le cadran lunaire, saint-étienne)

N° 2 (août 1985) où le point de rencontre des deux branches de la croix
"55 p + 1 coul ss couv. printed mn : 20 ex. l'1 ... 56,84 F"


qui ne bande plus
ne risque pas
de tomber raide mort




jeudi 22 janvier 2015

le cahier du bougre #1 (Henri Simon Faure)

cahierbougrelog004.jpg



Nous avions proposé des informations, et notamment des images, relatives à Henri Simon Faure. Elles seront dispensées ici au fil de l'eau, en commençant par le détail des cahiers du bougre.


le cahier du bougre (le cadran lunaire, saint-étienne)

N° 1 (juin 1985) le boustrache sourd de la moustache du bougre
"74 p ss couv. printed mn : 20 ex. l'1 ... 74,48 F"
Illustrations Daniel Simon Faure

Sommaire
sourcier d'un même sang
les moustaches journalières aux frères Goncourt
les moustaches de bonne volonté chez Jules Romains
en se retournant sur le siècle depuis le quartier latin 1946 la/les moustache/s
erratographie

dimanche 18 janvier 2015

Crâne du crâne HSF

crane_hsf0010.jpg



aphorismes béats

un homme nu est broyé par ses gestes
et s'ils se compliquent en un dimanche
il ne sait plus tendre le cou
(dresser la tête
pour dépasser sa propre image leste

ce n'est jamais dans les livres de prix
que s'apprennent les ultimes caresses
qui forcent les femmes à gémir encore

alors s'interposer le superflu poète
à l'heure où le ventre creux flanche
et s'étale en borborygmes morts

aussitôt que son regard trouble se baisse
vers la mer en équilibre de silence
ses poèmes éclatent durs
(trop gratuits
et il les dompte à coups vifs de somnolence




Henri Simon Faure 5/4 d'arc-en-ciel mon unité de temps, poèmes. — du corps de garde/4, 1969.




NB la parenthèse, qui ne figure pas dans le poème d'HSF, signale ici que les mots sont à placer en bout de ligne, aussitôt après le bord droit de la ligne précédente. Dispositif qu'internet ne rend pas aisé à mettre en oeuvre élégamment. Comme quoi, le papier...

samedi 17 janvier 2015

Nouvelles d'Henri Simon Faure

HSFLELLBE.jpg


Tandis que les cendres d'Henri Simon Faure ont été rapatriées à Oppède-le-Vieux aux côtés de sa femme et de son fils, tandis que se relisent les pages qu'il a publiées, tandis que se préparent les hommages, l'heure d'Henri Simon Faure est donc venue. Même Livres-Hebdo a évoqué sa disparition, c'est dire. L'interprofession va finir par entendre, nul ne pourra plus faire mine d'ignorer.

Ses amis de toujours, ses lecteurs, ses concitoyens de Loire et d'ailleurs reprennent le crachoir et entonnent justement les louanges de son œuvre. Son éditeur Jean Paul Louis annonce pour le mois prochain la suite de ses éditions avec la reprise en un volume de trois recueils importants : tombeau de marine valentin/ gamin pour de bon/ à la mine, le poète.

Pour sa part, L'Alamblog vous proposera dans les temps qui viennent des billets bibliographiques HSF ainsi que des photographies communiquées bienveillamment par Jean Paul Louis.

Alors, puisque nous pensons à lui, à Michel Ohl et à Christian Bachelin tout juste envolés, nous espérons que cette année 2015 sera celle de l'éclosion de nombreux talents, parce qu'il faudra bien nous consoler de ces pertes colossales, et même intolérables.

Ce sont les vœux que nous forgeons, ici, sur notre île.

A la mine, le poète !



henri simon faure tombeau de marine valentin/ gamin pour de bon/ à la mine, le poète. Illustration de couverture par Lell Boehm ("Les crassiers de Saint-Étienne"). — Tusson, Du Lérot, 25 €

Du Lérot, éditeur
Les Usines réunies
16140 Tusson
96 pages, 25 €

samedi 10 janvier 2015

† Henri Simon Faure (1923-2015)

(© Eric Dussert 2006).




Très mauvaise nouvelle ce matin apportée par son éditeur, Du Lérot : Henri Simon Faure est décédé cette nuit.

Ses lecteurs savent quelle immense perte nous faisons là.

Né le 1er octobre 1923, il est l'éternel auteur du Mouton pourrissant dans les ruines d'Oppède et d'autres magnifiques poèmes.

Un hommage lui sera rendu prochainement.

Ses obsèques auront lieu au crématorium de Cote Chaude à Saint-Etienne jeudi 15 janvier à 9 heures puis il rejoindra Lell Boehm et leur fils Daniel au Cimetière d'Oppède le Vieux où l'urne sera déposée à 15 h 30.

En attendant l'hommage annoncé, voici toujours une page de l'Alamblog qui lui était consacrée.



Requiem.


vendredi 15 novembre 2013

Le Préfet maritime chez Henri Simon Faure, feus Jean Duperray et Marc Stéphane

Promo_Saint_Etienne.jpg



Le Préfet maritime sera ce soir à la librairie Lune et l'Autre‏, à Saint-Étienne, à 19 heures pour une discussion et dédicace de son dernier ouvrage Une forêt cachée paru aux éditions de la Table ronde.

La soirée sera l'occasion d'évoquer trois écrivains stéphanois qui restent mal pas connus, même dans leur ville natale :

Marc Stéphane (1870-1944) auteur témoignage magnifique sur la guerre de 14-18 Ma dernière Relève au Bois des Caures, de La Cité des fous et d'un roman gouailleur Ceux du trimard.

Jean Duperray (1910-1993) : instituteur à la Talaudière et militant syndicaliste Grand prix de l'humour noir en 1955 pour Harengs frits au sang, et auteur d'un témoignage sur Simone Weil (Mille et une nuits).

Henri Simon Faure, poète né en 1923 a fêté en octobre dernier son 90e anniversaire. Sa poésie est empreinte de référence à sa ville natale, au Panassa, à la mine, au Velay - Mézigue ou le métèque du Panassa et A la mine, le poète ! sont de magnifiques recueils.


Librairie Lune et l'Autre
19 rue Pierre Bérard
Saint-Etienne.

mardi 29 septembre 2009

Le Dictionnaire imaginaire de quelques poètes réels (1975)

tourdefeu126.jpg


En juin 1975 paraissait le “Dictionnaire imaginaire de quelques poètes réels”, de Raymond Marquès, dans la Tour de Feu de Pierre Boujut, dont il constituait la 126e livraison.
Farfelu en diable, on y trouvait des notices plus ou moins tordues qui ne manquent toujours pas d’air, non plus que de mordant.
A titre d’exemple, celle qui consacrait Henri Simon Faure bouillant parmi les bouillants. Marquès s’y montrait essentiellement déférent, c’est dire.

« Enfant de l’assistance a écumé très jeune son Clermont. Chef de bande redoutable connu sous le nom de Sigismond le Fol. Sauvé par de Gaulle à la bataille de Montcornet, fait dix ans à Cayenne cinq à Clairvaux et sept à la Santé. Depuis toujours en cavale. Eructe des poèmes et sent de la hure. Famille très nombreuse qui remonterait jusqu’au XIIe siècle. Ne sait plus lui-même. Correspondant de journaux de mode féminine, pose pour manger dans des académies de nu (tarif sur demande). »




Les autres “poètes réels” arrangés sont les suivants : Maurice Fombeure, Joyce Mansour, Marcel Béalu, Andrée Appercelle, Ezra Pound, Pierre Gabriel, Louis Aragon, André Breton, René Char, Christian Da Silva, Alain Bosquet, Pierre Boujut, Adrian Miatlev, Guy Chambelland, Yves Martin, Yves Bonnefoy, Hervé Bazin, Paul Claudel, Serge Brindeau, Pierre Albert Birot, François Mauriac, Marc Alyn, Guillaume Apollinaire, Marguerite Grépon, Charles Autrand, Jean Rousselot, Isidore Isou, René Lacôte, Lanza del Vasto, Léo Ferré, Joé Bousquet, Franck Venaille, Basto Tavarès, Saint-Pol Roux, Boris Vian, Tristan Tzara, Paul Valéry, André Pieyre de Mandiargues, Raymond Queneau, Claude Roy, Jean-Claude Valin, Louis Guillaume, Pierre Béarn, Gaston Puel, Edmond Humeau, Jean Follain, Pierre Chabert, Roland Bacri, Francis Jammes, Paul Géraldy, Alfred Jarry, Drominique Tron, René Nelli, Eugène Eluard, Jean Cayrol, Robert Brasillach, Armand Lanoux, Eugène Guillevic, Jean Orizet, Michel Dansel, José Millas-Martin, Maurice Lemaître, Jean Genet, Bernard Delvaille, Henri Michaux, Bruno Durocher, Jean Breton, Paul Cinvensini, Denis Roche, Serge Wellens, Jean Lebrau, André Marissel, Jacques Izoard, Daniel Biga, Jean-Luc Steinmetz, Michel Cosem, Minou Drouet, Pablo Picasso, Marcellin Pleynet, Max-Pol Fouchet, Guy Thomas, Salvador Dali, Pierre Dhainaut, Fernando Arrabal, Léon-Gabriel Gros, Geneviève Mallarmé, Jean-Pierre Rosnay, Jean Malrieu, Georges Fourest, Raymond Marquès.

In cauda venenum
Le numéro s’achève (naturellement) sur ces mots :

« (…) Nous avons commencé par statufier les pires. Que les meilleurs se consolent ! Nous ne les oublierons pas ! »



jeudi 3 septembre 2009

Henri Simon Faure ...oppède...

HSFCouv.jpg



Comme annoncé au mois de juillet, …oppède… d’Henri Simon Faure a paru : recueil collectif contenant au mouton pourrissant dans les ruines d’oppède, oppède ruelle du portalet et tournance sur un vieil escalier d’oppède, trois très grands textes d’HSF, des poèmes magnifiques taillés dans un bois qui résistera au temps. Une charpente !

Très longtemps attendu, le présent tirage de deux cents exemplaires vient à peine combler les frustrations. Notre conseil sera des plus simple : courez avant qu’il ne s’épuise… “dans un geste de cyprès”.


henri simon faure …oppède… — Tusson, Du Lérot (16140 Tusson), 25 euros.

vendredi 3 juillet 2009

Une nouvelle couverture pour Henri Simon Faure

HSFCouv.jpg



Les nuits de Luberon sont fraîches en été. Henri Simon Faure avait besoin d’une nouvelle couverture pour y serrer les trois grands poèmes d’Oppède dont nous parlions mercredi.

Nous ne sommes pas chien, voici encore une information : le livre sera mis en vente en septembre. Evidemment, c’est celui qui obtiendra tous les prix.

Peuvent trembler, les apparatchiks de la pouësie…

mercredi 1 juillet 2009

L'été sera bon (Henri Simon Faure reparaît au Lérot)

HSF.jpg



L’été sera bon, bien sûr, puisque Le Lérot réédite d’Henri Simon Faure les poèmes d’Oppède-le-vieux, savoir au mouton pourrissant dans les ruines d’oppède, ruelle du portalet et tournance d’un vieil escalier d’oppède.

Nous vous en dirons plus dès que possible.

Pour l’instant, voici la nouvelle décoration des locaux du Lérot : c’est bel et bien HSF qu’on y a peint !

Et ne venez pas prétendre un jour que vous n’avez pas été prévenus ! Vous le savez bien, l’Alamblog est le premier à vous communiquer les informations capitales.

- page 2 de 3 -