L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Gerson Legman

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 8 février 2018

Limerick à la main

BarbautAliceZanzibar.jpg


Comptine nonsensique en rimes ne crachant pas sur la gaudriole, l'alcoolisme et la vulgarité, le limerick est une trouvaille anglosaxonne qui n'a jamais vraiment passé la Manche.
Plus le limerick est cochon, meilleur il est. Comme le bourgeois. Mais sa petite musique de comptine à provocations fonctionne assez mal en français, même s'il lui reste le charme terrible des produits d'importation aux senteurs fortement exotiques.
Une société des amateurs de limericks avait failli voir le jour au début des années 2000 (2002 peut-être) dans l'entourage de Valérie Rouzeau et de Christian Bachelin qui avait donné lieu à quelques exercices partagés. Le projet avait fait pschitt, malheureusement. On aurait pu lire des vers de Gillies Orlieb et de quelques autres qui ne manquaient pas d'allure. Mais y'a pas, le limerick, c'est exactement comme le rock'n'roll et autres trucs en "ck", ça n'est pas franchement franchouillard. (La preuve avec la grande majorité de nos rockeux françoués). Certains disent que, comme les fraises et en l'absence d'ale, le limerick voyage mal et la tentative de Jacques Barbaut n'en est que plus méritoire.
Dans une tradition qu'illustrèrent Lewis Carroll, Edward Lear et Gerson Legman, il nous propose deux cent trente-huit limericks en version bilingue, suivi de leur recette (à l'instar du volume sur les haïkus de Mille et une nuits : Au fil de l'eau qui fournissait le même service pour le petit poème japonais, ceux deux livres sont donc frères), le tout agrémenté d'une postface et d'un index. Après tout, qui dit gaudrioles variées dit index, c'est parfaitement légitime. Si le haïku a trois vers, le limerick en a cinq et il s'orne de deux rimes. Si le haïku impose la présence d'un mot de saison et l'absence de mot de racine chinoise (easy en français), le limerick nomme un personnage et raconte une absurdité aussi grosse que possible contenant des détails obscènes. Henri Parisot, qui traduisit le Book of nonsense de Lear donna de tout ça une idée particulièrement précise en conférant au petit poème typé l'exact espace situé entre la berceuse et la fatrasie. Quelques vers pour la route ?

Dès que cette serveuse de chez Lipp
Lui ôta incongrûment le slip
Il songea à René Magritte
(Cette oeuvre l'habite)
Sa copie conforme d'une pipe.


Cette lexicographe de chez Larousse
Qui pratique l'acte en douce
T'attire jusque dans les bureaux
Du secteur Mots Nouveaux
Teinte en flamboyante rousse.





Jacques Barbaut Alice à Zanzibar. - Aethalidès, 93 pages, 12 €