L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Gerald Durrell

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 16 juillet 2017

Sur le petit écran ce soir

TrilCorfouSer.jpg


Ne ratez pas les aventures drolatiques de la famille Durell à Corfou ce soir à la tévé.
C'est la mise en images mobiles de la délicieuse Trilogie de Corfou de Gerald, l'ami des animaux dont on vous a parlé il y a peu.
Plutôt que de vous fader encore une fois la sempiternelle partie de boules/balade du soir autour du camping, jetez un oeil, ça devrait être plaisant. (C'est British et ça compte six épisodes).
Et pour ceux qui en voudront plus ensuite, c'est à la Table ronde en trois volumes.



Gerald Durrell Ma famille et autres animaux. Traduction de Léo Lack revue. — Paris, La Table ronde, 400 pages, 14 €
Oiseaux, bêtes et grandes personnes. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 352 pages, 14 €
Le Jardin des dieux. Traduit par Cécile Arnaud. — Paris, la Table ronde, 304 pages, 14 €

samedi 10 décembre 2016

Rencontre avec Alain Berset des éditions Héros-Limite

15350450_379177212415361_4145108800373321894_n.jpg



Mercredi prochain, le Préfet maritime, qui a quitté un peu son île pour un périple hexagonal, aura le plaisir de présenter le travail des éditions Héros-limite au cours d'une discussion avec Alain Berset, leur fondateur, dans les locaux de la librairie de la BnF (Paris XIIIe).
Particulièrement soucieuse des qualités littéraires, intellectuelles, typographiques et graphiques de sa production, la maison a constitué sous l'égide de Ghérasim Luca et en très peu de temps un catalogue particulièrement appétissant.
S'y mêlent récits de géographes et poésie contemporaine, écrits prolétariens et romans traduits, chroniques et pavé révolutionnaire, revue mignonne et forte tout ensemble, audaces graphiques et élégance, papiers de bonne main et discrétion, une sorte de rêve pour le lecteur qui n'a qu'à se laisser aller...



Mercredi 14 décembre 18 h 30
Librairie de la BnF/Tschann 13
Bibliothèque nationale de France
Quai François Mauriac (à côté du MK2)
75013 Paris
Mo Quai de la Gare ou Bib. Fr. Mitterand


vendredi 22 août 2014

Piqûre de rappel : lisez Durrell !

DurrellFamilleAnimaux.jpg



C'est le succès de l'été, le livre qui ravit tout le monde, depuis les bébés jusqu'aux vieillards. Et il est servi avec une couverture de Loustal. Bref, c'est LA lecture qui enchante. Foi de Préfet maritime qui s'en pourlèche en buvant un spritz.
A votre santé, bien sûr, et en guise d'apéritif, ce fragment en hommage à sa mère...

Tel un Noé plein de douceur, enthousiaste et compréhensif, elle a su gouverner son navire rempli d'une étrange progéniture à travers les orages de la vie avec une grande habileté, sous la constante menace d'une mutinerie, et au milieu de dangereux écueils (découverts vertigineux et extravagances diverses), sans être jamais certaine que sa conduite serait approuvée par l'équipage, mais convaincue qu'on lui reprocherait tout ce qui tournerait mal. Il est miraculeux qu'elle ait survécu au voyage, mais elle s'en est tirée et, qui plus est, avec sa raison plus ou moins intacte. Comme mon frère Larry me le fait à juste titre observer, nous pouvons être fiers de la façon dont nous l'avons élevée : elle nous fait honneur. Elle a atteint cet heureux nirvana où plus rien n'effraie ni ne scandalise. Ainsi, au cours d'un récent week-end, alors qu'elle était seule à la maison, elle eut le plaisir de voir arriver soudain un lot de caisses à claire-voie contenant deux pélicans, un ibis écarlate, un vautour et huit singes.Tout autre mortel se serait évanoui. Elle, non. Le lundi matin, je la trouvai dans le garage, harcelée par un pélican furibard qui tournait autour d'elle tandis qu'elle essayait de lui faire manger des sardines, à l'huile.
— Je suis contente de te voir, mon chéri, dit-elle, haletante. Ce pélican n'est pas très commode. (...)





Gerald Durrell Ma famille et autres animaux. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 400 pages, 14 € — Oiseaux, bêtes et grandes personnes. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 352 pages, 14 € — Le Jardin des dieux. Traduit par Cécile Arnaud. — Paris, la Table ronde, 304 pages, 14 €

samedi 16 août 2014

Lire en vacances (IX) : Lire à Corfou

DurrellFamilleAnimaux.jpg



C'est le succès de l'été, le livre qui ravit tout le monde, depuis les bébés jusqu'aux vieillards. Et il est servi avec une couverture de Loustal. Bref, c'est LA lecture qui enchante. Foi de Préfet maritime qui s'en pourlèche en buvant un spritz.
A votre santé, bien sûr, et en guise d'apéritif, ce fragment en hommage à sa mère...

Tel un Noé plein de douceur, enthousiaste et compréhensif, elle a su gouverner son navire rempli d'une étrange progéniture à travers les orages de la vie avec une grande habileté, sous la constante menace d'une mutinerie, et au milieu de dangereux écueils (découverts vertigineux et extravagances diverses), sans être jamais certaine que sa conduite serait approuvée par l'équipage, mais convaincue qu'on lui reprocherait tout ce qui tournerait mal. Il est miraculeux qu'elle ait survécu au voyage, mais elle s'en est tirée et, qui plus est, avec sa raison plus ou moins intacte. Comme mon frère Larry me le fait à juste titre observer, nous pouvons être fiers de la façon dont nous l'avons élevée : elle nous fait honneur. Elle a atteint cet heureux nirvana où plus rien n'effraie ni ne scandalise. Ainsi, au cours d'un récent week-end, alors qu'elle était seule à la maison, elle eut le plaisir de voir arriver soudain un lot de caisses à claire-voie contenant deux pélicans, un ibis écarlate, un vautour et huit singes.Tout autre mortel se serait évanoui. Elle, non. Le lundi matin, je la trouvai dans le garage, harcelée par un pélican furibard qui tournait autour d'elle tandis qu'elle essayait de lui faire manger des sardines, à l'huile.
— Je suis contente de te voir, mon chéri, dit-elle, haletante. Ce pélican n'est pas très commode. (...)





Gerald Durrell Ma famille et autres animaux. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 400 pages, 14 € — Oiseaux, bêtes et grandes personnes. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 352 pages, 14 € — Le Jardin des dieux. Traduit par Cécile Arnaud. — Paris, la Table ronde, 304 pages, 14 €

samedi 24 mai 2014

Durrell au paradis

durrelljardin.jpg



Grâce à Loustal, la "Trilogie de Corfou" de Gerald Durrell (1925-1995) devient particulièrement appétissante, si elle ne l'était déjà...
Bleues de mer, le triptyque de ses couvertures donne des envies de vacances et de plongée au cœur des pages qu'elles protègent. Même si Ma famille et autres animaux, et Oiseaux, bêtes et grandes personnes, les deux premiers volumes n'ont guère besoin de pousse-au-crime : ce sont des merveilles de grâce que leurs lecteurs ne peuvent s'empêcher de conseiller à qui veut bien les entendre, les comparant sans coup férir à L'Âge d'or et à Jours de rêve de Kenneth Grahame.
Longtemps isolés, ces premiers volumes viennent d'être rejoints par Le Jardin des dieux qui clôt cet ensemble ionien du frère cadet de Lawrence Durrell. Devenu naturaliste fameux, autant écrivain que son frère, et formidable conteur de son enfance (déjà largement tournée vers la zoologie, on l'aura compris), il connut du reste un succès mérité en 1956 avec Ma famille et autres animaux.
La trilogie débute par un "plaidoyer pro domo" qui donne le ton :

Ce livre est le récit d'un séjour de cinq années que j'ai fait avec ma famille dans l'île de Corfou. Je le voyais, à l'origine, comme un exposé légèrement nostalgique sur l'histoire naturelle de l'île, mais je commis la grave erreur d'y introduire les membres de ma famille dès les premières pages. Une fois sur le papier, ils s'y installèrent et invitèrent divers amis à partager avec eux les chapitres suivants. C'est avec la plus grande difficulté et grâce à beaucoup d'astuce que j'ai réussi à leur arracher quelques pages et à les consacrer aux animaux.

Il y avait là Larry (23 ans), Leslie (19), Margo (18) et Gerald (10), ainsi que leur mère, veuve, et Gerry parvint à condenser cinq années de vie, de plaisirs, d'incidents et d'observations "en quelque chose d'un peu moins long que l'Encyclopaedia Britannica". De beaucoup plus plaisant aussi, cette évocation enchantée de l'archipel enchanté et de sa faune de tout poil.

— Oui... bon... assez parlé des animaux, dit Mère, très vite. Le déjeuner doit être prêt. Si nous passions à table ?




Gerald Durrell Ma famille et autres animaux. Traduction de Léo Lack revue. — Paris, La Table ronde, 400 pages, 14 €
Oiseaux, bêtes et grandes personnes. Traduction de Léo Lack. — Paris, La Table ronde, 352 pages, 14 €
Le Jardin des dieux. Traduit par Cécile Arnaud. — Paris, la Table ronde, 304 pages, 14 €