L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Gabriel de Lautrec

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 19 septembre 2013

Brève histoire du rire

CZeimertTheie_re.jpg La Théière de Chardin (Christian Zeimert)



J'ai beaucoup voyagé, comparant l'une & l'autre les diverses parties du globe. Chaque pays, chaque contrée a ses infirmités. La vôtre, ô Parisiens est le rire. (...) Ah ! que ce théâtre est bien votre théâtre, Français de la décadence ! Riez en glissant, riez en tombant, riez des rois, des peuples et des dieux ; riez de tout, de la grandeur, de la douleur et de l'honneur ! Je vous regarde rire et cela me plait.

Issus de La Fabrique de crimes (P., Dentu, 1898), ces mots de Paul Féval fils paraissent idéaux pour produire ci-dessous ce que nous retenions depuis belle lurette déjà, c'est-à-dire depuis la réédition dans le cadre de ses "Œuvres complètes" initiées par les éditions Mille et une nuits en 2011, du Rire et les Rieurs du Suisse Henri Roorda.
Cette histoire du rire qu'il faudra bien écrire un jour - il se pourrait que certains soient déjà dessus, avis aux parasites qui foisonnent autour des bonnes idées - passera nécessairement par Le Rire, essai sur la signification du comique (1900) d'Henri Bergson, l'incontournable et très sérieux Bergson, qui écrivait dès la page 4 de son opus :

il semble que le comique ne puisse produire son ébranlement qu'à la condition de tomber sur une surface d'âme bien calme, bien unie.

Voilà pourquoi la conception en 1925 de la Fontaine du rire, sise à Boulogne-billancourt (où l'on se marre tant, c'est bien connu...) par Paul Moreau-Vauthier (1871-1936) venait rider la surface étale de la mare. Et question de se marrer, l'inventeur du mètre en caoutchouc Gabriel de Lautrec en connaissait un rayon, lui qui côtoya Alphonse Allais, traduisit Mark Twain, le préfaça à l'aide d'un essai sur le rire, et finit par obtenir le principat des humoristes.
La tradition française remontait loin. Dès 1768, Louis Poinsinet de Sivry avait donné son Traité des causes physiques et morales du rire, relativement à l'art de l'exciter (Amsterdam, Marc-Michel Rey). Il y dévoilait son étonnante première conclusion :

"l'amour-propre flatté est dans tous les cas la source cachée, le ressort constant, en un mot le principe physique et moral du rire."

Son ouvrage qui est "d'un bout à l'autre un écrit raisonné, plein de recherches, de notions, & même de découvertes utiles, & qui n'intéressait pas moins la philosophie que l'art du théâtre", selon l'avis de l'éditeur, est un quelque sorte un des premiers jalons théoriques modernes, quant on dispose, pour la pratique, de tant de sources littéraires depuis l'Antiquité, en passant par Rabelais, Scarron et consorts, sans négliger l'argumentation baudelairienne reprise dans le numéro du Présent (1er septembre 1857), avec des augmentations du grand Charles et sous ce nouveau titre : "De l'essence du rire et du comique dans les arts plastiques".
Mais il y a aussi le critique Adolphe Hatzfeld (1824-1900) dont Jean Royère rapporte en 1920 dans La Renaissance une théorie posthume ("Le rire et l'art")... (à suivre).
% GHum1.jpg

Parce qu'il vous soigne, et comment, l'Alamblog vous avait déjà permis de découvrir dès 2008 et 2009 l'"Étude physiologie sur le rire" de Lemercier de Neuville et le Voyage chez les humoristes français d'Ernest Fornairon (1934), tandis que Le Monde diplomatique diffusait en 2010 cet "Éloge du rire sardonique" de Pierre Rimbert. Désormais, il ne vous manque en somme plus que l’"Éloge du rire", le numéro spécial de la revue Présences de l'alliance culturelle romande où Jean Calvin figurait lui-même en bonne place aux côtés de Roorda, de Cingria et de Töpffer.
Là, vous consaterez qu'il n'set pas un dit un mot du Maddiagramme de Jean Guiri, une curiosité publiée chez Emile-Paul en 1962. Un mets pour amateur, foi de Préfet maritime.

En attendant de plus amples informées... notamment sur Gilbert Keith Chesterton et le Cours préparatoire d'esthétique (1804) de Jean-Paul Richter souligné par Master Cornevin (en août 2014), des détails sur ce



riretjsrire.jpg


Henri Roorda Le Rire et les rieurs, suivi de Mon suicide. — Paris, Mille et une nuits, 112 pages, 3,50 €

RoordaCouvRire.jpg

mardi 22 novembre 2011

Petite bibliographie lacunaire de la collection "Manuels pour adultes"

Randexpl.jpg



Manuels pour adultes

« * Instruire en amusant, railler en les caricaturant les défauts et les ridicules de ce temps, c’est en somme ce qu’on souhaité les éditions du Siècle en créant cette collection dont la série complète constituera un véritable tableau des mœurs actuelles. Les œuvres qui la composent sont dues à des écrivains dont le talent est reconnu d’un chacun. On y voudra voir un gage de la haute tenue littéraire de nos « Manuels », en même temps qu’une justification de leur ton. La hardiesse dans la critique, la vivacité dans la raillerie, de vrais écrivains se le peuvent permettre quand ils pratiquent ce genre que le XVIIe appelait la satire.
« ** Nous avons l’assurance que, élégamment présentées, et à bon marché, spirituelles, courageuses et documentées, ces études de mœurs ou de caractères feront la joie et l’édification du grand public à qui elles s’adressent.
« *** Les ouvrages de cette collection paraîtront à raison d’un par mois et au prix de 3 francs le volume. On peut souscrire dès maintenant pour six volumes, au prix de faveur de 15 francs (franco). Les souscripteurs recevront l’édition originale. (Chèque postal : 606-03 Paris).

Aux alentours de 1924, la maison Baudinière ("Littérature et art français") reprend la collection "Manuels pour adultes" créée par les Éditions du siècle en 1923 (le troisième titre est imprimé le 15 novembre 1923 pour la maison sise au 16 de la rue l'Abbé-de-l'Épée). Et c'est sous l'intitulé de "Galerie du rire" que la série se poursuit jusqu'aux alentours de 1927, soit approximativement dans le même temps que l'autre collection fameuse de la maison : "Les Maîtres de la plume" (1923-1932). La librairie Baudinière sera dès 1924 à l'adresse du 23 rue du Caire.

Imprimés par A. et F. Debeauve, au format 12/19 cm, certains volumes auront droit à un tirage de tête à 200 exemplaires sur papier pur lin Outhenin Chalandre, paraphés par l'auteur, auxquels viennent s'ajouter 30 exemplaires hors commerce.

La maquette de la couverture de la collection est d'abord pour les "éditions du Siècle la même que celle de la collection des "Pamphlets du Siècle" (les bandeaux verts des "Pamphlets" sont ici rouges). Lors du passage chez Baudinière, les couvertures sont enrichies d'une illustration en couleurs sur papier couché dans le goût de Joseph Hémard...

Bibliographie très lacunaire de la collection "Manuels pour adultes/Galerie du rire"

Georges-Armand Masson Soliveau ou le parfait parlementaire. — Paris, Éditions du Siècle, 1924, 126 p. "Galerie du rire" (n° 1).

Georges de la Fourchardière Petit Guide du parfait parieur aux courses. — Paris, Éditions du SIècle, 1923, 126 p. "Galerie du rire" (n° 2).

Chopard.jpg Wilfred Chopard Manuels pour adultes. La Gloire en cinq sec. — Paris, Éditions du SIècle, 1923 (a. i. 15 novembre 1923), 91 p. "Galerie du rire" (n° 1).

Maurice Dekobra Tu seras courtisane. Précis d'amour vénal, à l'usage des petites Dames aux Camélias ; suivi de Vingt et une histoires de femme. — Paris, Éditions du SIècle, s. d., 286 p. "Galerie du rire" (n° 4). (repris en 1927 par La Baudinière)

Gaston Picard & Jean Braud Lecrevé ou le Parfait Rond-de-Cuir. — Paris, Éditions du Siècle, 1924, 94 p. "Galerie du rire" (n° 5).

Robert Randau Le Parfait explorateur (colonial). — Paris, Baudinière, 1924, 123 p. "Galerie du rire" (n° 6).

Robert Dieudonné Le Manuel du parfait sportif. — Paris, libr. Baudinière, 1924 (a. i. 11 novembre 1925.) In-16, 111 p. 3 fr. 96 110 p. : ill., couv. ill. "Galerie du rire" (n° 7)

Paul Poulgy Tu seras joueur. Suivi d'un expose sur les tricheries pratiquees dans les maisons de jeux par H. X. Directeur de Casino. — Paris, Baudinière, s.d., 127 p. "Galerie du rire" (n° 8).

Rodolphe Bringer Bréviaire du Nouveau Riche. — Paris, Baudinière, s.d., 95 p. "Galerie du rire" (n° 9).

Gabriel de Lautrec Manuel du parfait concierge. — Paris, Baudinière, 1925, 127 p. "Galerie du rire" (n° 10)

Marcel Rouff Pussyfoot ou le Parfait Ivrogne. — Paris, Baudinière, "Galerie du rire" (n° 11).

Curnonsky Précis de la Galanterie française. — Paris, Baudinière, "Galerie du rire" (n° 12).

René Maran Le Parfait Fonctionnaire colonial. — Paris, Baudinière, "Galerie du rire" (n° 13).

Georges Oltramare Manuel du Parfait Don Juan. — Paris, Baudinière, "Galerie du rire" (n° 14).

Willy Les Messieurs de ces dames. Petit manuel d'ichtyologie passionnelle. — Paris, Baudinière, 1924, 91 p., "Galerie du rire" (n° ?).

vendredi 27 août 2010

Les Couilles de Dieu

big-pourquie.jpg



On vous l'avait annnoncé, Les Couilles de Dieu ont été retrouvées !
Ca n'a pas été une affaire simple simple. Il a fallu perdre un apprenti, paumer son travail de reprographe, s'éloigner de la Mère Joris, embarquer sur un rafiot qui fait des bulles, et j'en passe. Soit un sacré roman d'aventures étranges qui n'est pas sans rapport avec Le Serpent de mer de Gabriel de Lautrec, Le Passe-Muraille de Marcel Aymé, les marins de Fernand Fleuret et les fantaisies acrobatiques de Cami.
Oui, tout cela à la fois. Et on ne vous dit pas tout...

Pour se réjouir que la rentrée arrive, une seule solution : dites-vous que ce livre exotique, drôle et pour tout dire charmant n'avait pas paru avant !



Le Préfet maritime a essayé pour vous
Aux mordus de la nouveauté, aux matuvus et aux dragueurs, ce conseil : pour être remarqués, munissez-vous de ce livre. Sur la foi de son titre interloquant, les curieux viendront à vous.



Didier Pourquié Les Couilles de Dieu. Couverture illustrée par Armande Urruty. — Talence, L'Arbre vengeur, 271 pages, 15 €

jeudi 28 décembre 2006

Bibliographie exhaustive de la collection L'ALAMBIC


L'Alamblog a une histoire dont vous n'avez, chers nautes, peut-être pas connaissance.

Afin de ne rien cacher, et pour éviter les malentendus, vous trouverez ci-dessous un résumé de l'action et le catalogue intégral de la collection, ainsi que du périodique (peu courant) dont un satané scanner refuse de rendre le beau vert.
En attendant ces données très roboratives, le Préfet maritime peut dévoiler d'où provient ce nom d'Alambic...

Lire la suite...

dimanche 24 décembre 2006

La littérature est mauvaise fille (Joyeux Noël aussi !)


(Michel NEDJAR, crayons noirs divers sur enveloppe, 16 septembre 2001, coll. part.)

Soyez chics avec votre Vous, votre Moi, votre Ça et votre Sur-Ça (sans parler de votre Monte-là-dessus)

Offrez-vous LA LITTERATURE EST MAUVAISE FILLE !

14 nouvelles increvables

Des présentations poilantes

Des bibliographies béton

Une couverture doublée d’un frontispice de Michel NEDJAR ! (ça c’est pas rien !!!)

Bref, pour ne rien vous cacher :

UN LIVRE DE PRESTIGE

équipé d’un sommaire de prestige

(que même l’ambassadeur qui frime avec ses Ferrero en aluminium doré y peut pas se le payer !)


Eric DUSSERT La Littérature est mauvaise fille. Illustration de Michel Nedjar. — Villelongue d’Aude, L’Atelier du Gué, 198 p., 19 €

Pour se le procurer :
Lekti-ecriture.com
Les éditions L’Atelier du Gué

Pour découvrir la table des matières, cliquez sur “Lire la suite”.

Lire la suite...