L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante| La bibliothèque numérique Lekti.net

Mot-clé - Fantômas

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 septembre 2012

Les couvertures du siècle dernier (XVIII)

dupefantop.jpg



La Tour de feu, décembre 1965

vendredi 16 mars 2012

Exposition de la correspondance Marcel Allain-Jean Duperray

Duperraylinard.jpg


Sous le titre de Fantômas ! des écrits démasqués, les archives municipales de Saint-Etienne exposent la formidable correspondance inédite échangée entre Marcel Allain et la correspondance inédite inchangée entre Marcel Allain et Jean Duperray, écrivain, instituteur et militant bien connu des Alamblogonautes depuis la double édition de son Harengs frits au sang (L'Arbre vengeur) et de son Quand Simone Weil passa chez nous (Mille et une nuits)

Depuis le 19 février jusqu'au 31 août 2012, sont donc présentées des lettres (près de cinq cent composent le fonds) des affiches, des couvertures de livres et des photographies de films. La création d'un roman policier, sujet abordé dans l'échange épistolaire des deux amis, n'était pas pour indifférer : Jean Duperray en a commis qui parurent en feuilleton...

A suivre, sans doute.


mardi 28 septembre 2010

Du Muet les fantômes sèment l'amour...

suzannegrandais.jpg



Didier Blonde n'est plus un inconnu pour les Alamblogonautes, et le Préfet maritime s'en congratule, mais il est temps de faire le point sur son œuvre alors qu'il publie dans les jours qui viennent une paire d'opus aussi intéressants que possible.

On se souvient sans doute de la réception de son précédent livre, Un amour sans paroles, publié une fois encore dans la collection de Pontalis, "L'un et l'autre". Un beau succès que ce livre qui enchanta nos contemporains, tout à coup séduits par Les fantômes du muet, titre du précédent livre de Didier Blonde, et tout particulièrement par la figure de la très belle Suzanne Grandais, dont la grâce surplombe ce billet ému...

Cette jeune comédienne fit sa carrière avant l'irruption du parlant et devint la toute première star française. Disparue dans un accident de voiture à l'âge de vingt-sept ans, on l'avait oublié depuis. Que le coeur de la foule est volage, oublieux, négligent...
C'est contre l'oubli, ou bien aimanté par la mélancolie du destin de celle qu'on avait comparé à Mary Pickford que Didier Blonde a mis les ressources de son temps pour se lancer dans une longue quête nimbée de tendresse - on la retrouve dans chacun de ses livres, où toujours la Femme disparue justifie la quête - et toutes les grâces d'une écriture sans fard.

(...) à cette époque, le cinéma ouvrait des yeux émerveillés sur le monde et semblait n'avoir été inventé que pour célébrer la beauté des femmes dans la poésie de la lumière et du vent"

Bientôt viendrait "la petite apocalypse" du parlant et, des générations plus tard, la grande cacophonie de la musique perpétuelle, omniprésente...
Tête broyée par le marchepied d'une voiture le samedi 28 août 1920, Suzanne Grandais avait une foule d'amoureux anonymes et c'est l'un d'eux qui offrit involontairement sa trame à Didier Blonde qui déclare la source de sa passion pour les vampires du noir et blanc.

(...) la mort de mes parents a fait de moi un spécialiste du muet. C'est là que je crois les reconnaître encore, dans ces passants qui leur ressemblent, et que je peux les faire parler à mots couverts.


Ne comptez pas sur nous pour vous en dire plus. Essayez plutôt de voir "Le Mystère des roche de Kador" où brille la belle Suzanne. Et si vous si parvenez, chapeau, car ça n'est pas une mince affaire que de se procurer ce genre de plaisir...

Nous allons parler à nouveau très bientôt de Didier Blonde, qui publie le 7 octobre prochain un nouveau livre, Carnet d'adresses, et, chez ce subtil bibliopole qu'est La Pionnière, le Répertoire afférant.

A suivre donc.
Oui, vous pouvez vous lécher les babines...



Didier Blonde Un amour sans paroles. - P., Gallimard, 2009, 154 p. 19,50 €



Mais aussi
Le Lieu du crime. - Paris, La Pionnière, 2009, 26 p., 35 €
Les Fantômes du muet. - P., Gallimard, 2007, coll. L'un et l'autre, 161 p., 17,90 €
Baudelaire en passant. - P., Gallimard, 2003, coll. L'un et l'autre, 175 p. 16,50 €
Faire le mort. - P., Gallimard, 2001, 127 p. 11,89 €
Les Voleurs de visages. Sur quelques cas troublants de changements d'identité : Rocambole, Arsène Lupin, Fantômas et Cie. - P., Métailié, 1992, 126 p., 12,10 €
Le Nom de l'inconnu. - P., R. Deforges, 1988, 152 p. Epuisé.
Gaz à tous les étages. - P. Orban, 1985, 184 p. Epuisé.