L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Espionnage

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 26 février 2017

Rose de Sibérie

PorterMammouth.jpg



Il y a bien longtemps qu'on ne s'était autorisé un week-end en compagnie d'un roman d'espionnage. C'est cette histoire de mammouth congelé qui nous a intrigué. Plus que le nom du héros, Johnny Porter, qui se nomme en réalité Jean-Baptiste Porteur, universitaire talentueux d'origine amérindienne, doué pour les langues dites primitives et capable, comme un véritable James Bond, de faire des prouesses avec une voiture russe qu'il a fabriqué lui-même. Si.
Le tout commence en Occident, se poursuit au Japon et se déroule finalement en Sibérie dans des conditions plutôt hivernales. De plus, les lieux sont secrets, les villes n'apparaissent pas sur les cartes (au bord de la Kolyma elles ont longtemps servi de goulag ou de centres de recherche secrets), les camions disposent de vingt vitesses — ils roulent d'ailleurs sur la glace avec des pneus dégonflés à demi - et on mange du poisson (1).
Ultime roman du Britannique Lionel Davidson (1922-2009), dont Graham Greene avait salué la Rose of Thibet (toujours pas traduit apparemment), ce Johnny Porter et son mammouth congelé composent un déicieux passe-temps bourré de suspens.
Un vrai roman d'aventure dont on aimerait beaucoup voir aussi la version cinématographique.



Lionel Davidson Johnny Porter et le secret du mammouth congelé. Traduit de l'anglais par Vélrie Bourgeois. Préface de Philip Pullmann. — Paris, Belgond, "Vintage noir", 676 pages, 18 €


(1) On notera au passage que si la couverture remplit son office en indiquant au lecteur qu'il s'agit bien ici d'un roman d'espionnage, les vêtements qu'elle propose au héros ne lui offrirait que quelques minutes de survie — préciser au graphiste que Tcherny Vodi (Eaux Noires) n'est pas Prague, en hiver tout spécialement : viser plutôt la vêture des peuples du Nord avec chapeau à oreilles fourrées.