L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Elie Faure

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 avril 2011

Elie Faure : un coup pour rien !

RoordaIllustrationBLOG.jpg


Spécialiste d'Elie Faure, Jean-Paul Morel nous informe que la "nouvelle" édition de sa légendaire et indispensable Histoire de l'art est.. un coup d'épée dans l'eau.
Bien utile à compère Malraux, qui y puisa beaucoup de sa science, cette monumentale Histoire de l'art, première entreprise universelle dans le domaine, ne cesse de subir les avanies de l'inattention et de l'irrespect. Une nouvelle "réédition" en fait la démonstration, ainsi que l'expliquera en détail Jean-Paul Morel, biographe de Faure, dans un prochain numéro d'Histoires littéraires.
Disparu le 29 octobre 1937, Élie Faure est tombé dans le domaine public le 1er janvier 2008, ce qui laisse supposer que le droit moral attaché à son oeuvre n'est plus qu'une vague idée. Or, il y a tout lieu de s'en inquiéter puisqu'on ne peut guère éditer aujourd'hui cette somme dans l'état où les éditions antérieures l'ont laissée. En effet, de nombreux travaux ont permis d'éclairer le cheminement de la pensée de ce neveu d'Elisée Reclus, qui n'avait cessé d'enrichir son travail à la suite de ses deux premières éditions Floury (1909) et Crès entre 1919 et 1921, ensemble désormais incomplets donc. A l'iniative de son fils Jean-Pierre Faure, Yves Lévy avait proposé chez Pauvert une imposante édition en trois volumes de ses Oeuvres complètes en 1967 puis une édition scientifique avait parue chez Denoël (1976-1977, 5 vol.), reprise en poche (Folio Essais)... Et il se trouve que la "nouvelle" édition donnée comme "intégrale" par la maison Bartillat ces jours part du texte des années 1920 auxquelles sont seulement adjointes les préfaces de l'édition Pauvert...
Manquent donc des pièces capitales, comme les « Réflexions sur l’art mexicain », la campagne pour la défense de Cézanne ou de Renoir, ses interventions en faveur de Picasso, Matisse, Van Dongen ou Soutine, et surtout, surtout les chapitres consacrés aux « deux arts du XXe siècle », à savoir le cinéma et l’architecture...
Bref, une occasion ratée, et dans les grandes largeurs. Pour se consoler, on ira plutôt lire ElieFaure.jpg