L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante| La bibliothèque numérique Lekti.net

Mot-clé - Du Lérot

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 3 juillet 2009

Une nouvelle couverture pour Henri Simon Faure

HSFCouv.jpg



Les nuits de Luberon sont fraîches en été. Henri Simon Faure avait besoin d’une nouvelle couverture pour y serrer les trois grands poèmes d’Oppède dont nous parlions mercredi.

Nous ne sommes pas chien, voici encore une information : le livre sera mis en vente en septembre. Evidemment, c’est celui qui obtiendra tous les prix.

Peuvent trembler, les apparatchiks de la pouësie…

mardi 24 juillet 2007

L'Alamblog fait relâche


Oui da, l'Alamblog fait relâche.
Il en a plein les bottes, plein les rotules, plus un neurone en état de fonctionner.
Un désastre.
Désireux d'échapper à notre Mazas contemporaine — l'originale, la prison des "politiques" n'existe plus —, le Préfet maritime n'ira tout de même pas jusqu'à Jérusalem. Il s'arrêtera du côté de l'Isère, mais oui, et de l'Indre, mais oui, deux départements ousque ça ne frime décidément pas (mais les siestes y sont profitables et longues).
Repos, il sera de retour le 6 août, à peu près en forme, avec en son havresac plein de surprises pour les nautes... Un avant-goût ?

De Mazas à Jérusalem, ou Le Grand Trimard, luxueuse réédition du grand livre de l'anarchiste Zo d'Axa, par Edmond Thomas, en la somptueuse collection "Type-Type" de ses éditions Plein Chant (16120 Bassac). Le livre d'un Homme vrai doté d'une plume forte, le bouquin que l'on pourrait voir sur toutes les plages (arrière ou sableuse), sur toutes les terrasses, entre toutes les bouteilles d'anisette près de la fontaine, à l'ombre.
Directeur de l'Endehors, de libertaire tendance, Alphonse Gallaud (1864-1930) fut pris dans le vaste coup de filet de 1892, et, après un temps passé à Mazas — tandis que Félix Fénéon prenait la direction du journal —, le "provocateur" (dixit Philippe Oriol) choisit l'exil anglais puis la route au bout de laquelle, trimardeur accidentel, il toucha Jérusalem après avoir passé par l'Allemagne et autres contrées. Mais en Palestine il fut repris et confié aux prisons de France qu'il put quitter enfin en 1894. Il lança alors La Feuille, qu'il rédigea seul, confiant les illustrations à Steinlein, Willette, C. Léandre, Hermann-Paul, Couturier, Anquetin et Luce, et entreprit la mise en mot de ses aventures qui parurent en 1895 sous le titre de Mazas à Jérusalem (Chamuel), avec moult autres dessins de Pissarro, Steinlein et Vallotton.
Depuis la réédition de quelques numéros de l'Endehors (Champ Libre, 1974) et le reprint intégral de La Feuille (25 livraisons du 6 octobre 1897 au 28 mars 1899, voir le détail plus bas) par le Vent du ch'min puis par Jean Paul Louis en 2001 (Tusson, Du Lérot), c'est aujourd'hui son périple qui nous vaut un livre magnifique dont la réédition était annoncée depuis l'an dernier dans le dossier Zo d'Axa de la revue Plein Chant (n° 81-82, 2006) où Jan dau Melhau mettait à bon escient son grain de science. On est désormais équipé, et joliment.


Vous voyez que le Préfet maritime est soucieux de votre confort mental. Et malgré son déplorable avachissement de l'heure, il ne vous laissera pas sans quelques jovialités croustillantes.

Tout d'abord, le grand jeu-concours proposé par Michel Ohl est toujours en vigueur !
Nul gagnant pour l'instant, nulle victoire écrasante...
Il s'agit toujours de découvrir l'auteur et la source de cette citation :

Il se trouve aussi que j'ai des dons de narrateur. Après la dernière lecture que je me suis faite à haute voix, je n'ai pu me cacher mon enthousiasme. C'était si bien que je croyais entendre parler un autre. On imagine mal quelles ressources on porte en soi et on trouve, la plume en main, des réflexions insoupçonnées comme on en lit dans les livres.


Le lot est toujours Onessa, brillant petit livre de Michel Ohl dont la diffusion discrète a réservé la connaissance aux plus bibliofilous d'entre nous (jusqu'à présent).
Ensuite, M. Toussaint-Louverture lance une souscription à mystère.
Enfin, on a découvert un document passionnant qui démontre, une fois encore, à quel point les bouleversements technologiques heurtent les hommes au cerveau fainéant. Tout est toujours la même chose, et c'est à peu près tout le temps pareil — on se demande quand même quelles scènes auraient pu nous valoir l'invention de la fourchette : Introduction au livre
Et puis, Venise sur le poteau, cette louable initiative de Guy Darol :

Amis, Je vous invite dès aujourd'hui à découvrir un feuilleton assez peu balnéaire, celui de mes années 1970. Saga des jours brutaux, ceux où faire une revue était un petit attentat. Nous avions le schproum au coeur et des idées plein la ruche pour dézinguer le Capital patibulaire. C'était le temps de la sédition permanente. Celui d'un certain espoir. Tout en effet était possible.
Tout était politique.
Bonne lecture et merci de commenter à vos secondes perdues.
Guy D.
L'aventure commence ici. 13 épisodes sont à suivre. Un nouvel épisode tous les 3-4 jours.


Alors, soyez sages ou pas, profitez, lisez plein.
Et au 6 août, ou date circonvoisine

Le Préfet maritime vous salue bien


Zo d'AXA De Mazas à Jérusalem, ou Le Grand Trimard. — Bassac, Plein Chant, 2007, coll. "Type-Type", 160 p., 16 €

Zo d'AXA La Feuille. — Tusson, Du Lérot, 2001. Détail : 1, Le terme franco-russe ; 2, Dix assasinats (sic) pour un sou ; 3, Association de malfaiteurs ; 4, Réhabilitation civile et exécution militaire ; 5, A propos de bottes ; 6, Arguments frappants ; 7, Les moutons de Boisdeffre ; 8, Mort-aux-vaches ; 9, La candidat de "la feuille" ; 10, Perle des Antilles ; 11, Aux électeurs ; 12, Il est élu ; 13, Le papa de M. Judet ; 14, Rochefort se meurt! Rochefort est mort! ; 15, Le gendre et la veuve ; 16, Les tuyaux de la patrie ; 17, En joue... Faux! ; 18, En grève ; 19, Drumont et Vacher ; 20, Enfant martyr ; 21, Au biribi des gosses ; 22, On détrousse au coin des lois ; 23, Saluons-les! ; 24, L'honnête ouvrier ; 25, Désarmement


PS Ne négligez pas de vous reposer car la rentrée littéraire promet d'être désopilante : gare aux crampes !
D'abord le certain Philippe SolSol va nous bazarder ses Mémoires (mais si, sans blague, chez Plon, le 16 octobre), ensuite un incertain Gaston de Cortranze va tenter de nous fourguer son SolSol, mythes et réalités, ou vérites et légendes, peu importe, c'est du pareil au même. On verra vite lequel des deux parle le mieux, et le plus honnêtement, des rapports du poussah avec... tous les lascars lessivés tels quels par le messile terre-terre. Du nanan poileux ou je ne m'y connais plus. Ce sont, vous l'aurez compris, deux fermes incitations au retour...