L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Douleur

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 juillet 2016

L'Esthétique de la laideur (1920)

emmalespi.jpg



Émile Malespine (1892-1952), médecin de formation, fut un personnage de l'avant-garde lyonnaise, notamment en dirigeant la revue Manomètre. Il eut aussi le temps de créer le Théâtre radiophonique de Lyon-PTT, le Théâtre ciné-club du Donjon et de réaliser plusieurs films d'avant-garde dont un sur le "Palais idéal" du Facteur cheval.

L'Esthétique de la laideur

Je parle sérieusement. Ne criez pas au paradoxe, avant de m'avoir entendu. L'esthétique de la laideur : ce n'est point une boutade. Je veux vous le démontrer par a+b.
Pour savoir ce que c'est que le Beau, inutile de demander l'avis des philosophes. "Ils ne vous répondront que par du galimatias" disait VOltaire. Je craindrais de faire de même en essayant de donner une définition du io kalon.
Est beau ce qui plait, ou plait ce qui est beau. Dilemme dont il est difficile de sortir. Je vous laisse résoudre le problème ; je neveux pas comme l'âne, rester perplexe entre le foin et l'avoine. Aussi je me hâter d'entrer dans le vif de mon sujet.
Est beau tout ce qui produit en moi une émotion esthétique. Je n'ai rien défini ; je l'accorde, mais, tout le monde m'a compris. Il suffit pour cela d'avoir au moins une fois éprouvé une émotion esthétique, et, c'est le cas de la plupart des gens, une chose vous a plu ; elle est belle ; peu importe le reste.
Quelle est la cause et la nature de cette émotion ? C'est là un autre point du problème.
Eh bien ! N'avez-vous jamais éprouvé d'émotion esthétique en présence de choses laides ?
La beauté est-elle inséparable de l'harmonie ? J'en doute.
Je ne crois pas qu'on puisse sur ce point se contenter du canon de la statuaire antique. Tout ce qui ne répondrait pas à certaines formes et à certaines proportions définies données par les anciens, serait laid. Voyez la Vénus de Milo ou l'Apollon du Belvédère, comparez. Point de beauté en dehors de cela.
L'expérience nous prouve le contraire. C'est là l'essentiel : l'inharmonique plaît.
Mais alors, dira-t-on, où placez-vous le critérium de l Beauté ? Vous admettez que le goût dépend du tempérament, de l'éducation, du milieu - le goût, c'est-à-dire la conception que nous avons de la Beauté. D'accord, mais si le beau est subjectif, ce qui est beau pour l'un ne l'est pas pour l'autre. Alors pourquoi disputer sur la Beauté ou la laideur : une chose est belle ou laide, il n'y a pas de milieu. SI ce qui est beau chez les Papous est laid chez nous, peu m'importe ; point n'est besoin d'user d'une antithèse. Vous trouvez beau ce que les autres trouvent laid, voilà tout.
Ce n'est pas de cette relativité de la beauté que je veux parler. Il ne s'agit pas non plus de l'impression qu'on peut avoir de trouver belle une chose que l'on sait que la majorité des gens trouveront laide. Non. Je veux parler d'une chose que l'on trouve belle, parce qu'il y a en elle un élément de laideur.
Me comprenez-vous ? S'agit-il d'une plastique féminine : on sent qu'elle est laide et pourtant un je ne sais quoi de bizarre, d'inharmonique, vous plaît en elle. Vous la trouvez belle et laide à la fois.
Distinguons, vont dire quelques-uns, il s'agit là d'attirance physique de désir sexuel, et no d'émotion esthétique. Sur ce point, je leur répondrai plus loin. A l'appui de mes dires, je trouve dans l'histoire de l'Art, des époques entières qui se sont inspirées de cet élément de laideur dans l'art. Et d'abord, le style grotesque en est une preuve évidente. Voyez les gargouilles de nos vieilles cathédrales gothiques. Admirez ces animaux apocalyptiques, ces têtes diaboliques. Vous les trouvez beau. Je sais bien que Voltaire disait que pour le diable, le beau est une paire de cornes, quatre griffes et une queue". Beaucoup de gens alors ressemblent à Satan.
Croyez-vous les magots de Chine dénués de tout élément esthétique. Ils sont beau dans leur laideur et la plupart des œuvres artistiques de la Chine et du Japon sont dans le même cas. N'allez pas me dire que c'est parce que nos goûts diffèrent de ceux des Mongoliques, que ce qui est beau à Pékin ne l'est pas à Paris.
Pourquoi notre art s'est-il donc japonisé depuis quelques années ? Ces choses bizarres, inharmoniques, extraordinaires, extravagantes (employez le mot que vous voudrez) nous ont charmé : elles sont belles dans leur laideur.
Et puis, je parlais tantôt d'un élément sexuel dans l'art. C'est chose indéniable. Il n'y a que les critiques d'art pour ignorer cet important facteur. La vie sexuelle joue en nous un rôle considérable. Une foule d'émotions sexuelles s'agitent dans notre subconscient. Sans que nous nous en rendions bien compte nous agissons ou plutôt comme dirait Malebranche, "nous sommes agis" par ces éléments sexuels. Les éléments esthétiques ne sont le plus souvent qu'une idéalisation, une "sublimation" de nos tendances sexuelles. Un concours organisé naguère par un quotidien fournit une preuve de ce que j'avance. Il s'agissait d'esthétique ; ou du moins c'était la prétention du concours. Quelle est la plus belle femme de France ? Eh bien ! la plupart des candidates avaient eu soin consciemment ou inconsciemment de mettre le plus possible ans leur jeu cet atout sexuel. Elles avaient posé en décolleté, en demi-déshabillé, et même dans des postures les plus lascives.
Donc, puisque cet élément sexuel dans l'émotion esthétique est une chose non douteuse, demandez à un Baudelaire quel élément esthétique trouvait-il dans ses courtisanes fanées et vieillies ? Pourquoi un Lamartine qui chantait Elvire et le Lac ne dédaignait-il pas les servantes d'auberge ? Je me rappelle qu'un de mes amis récemment, me contait l'impression profonde que faisait sur lui le matin, des bonnes de café, qui, les paupières encore bouffies, la tignasse ébouriffée, le corsage sale et chiffonné, rôdaient autour de lui, encore saoûles de sommeil.
Remarquez que dans tous les cas, c'est quelque chose d'inharmonique, d'inaccoutumé qui attire.
Je sais bien que des gens vont crier, au nom de la saine tradition. Trouver de la beauté dans la laideur, est pathologique, vont dire les savants en robe.
Pathologique, je ne vous entends point. Tracez-moi des limites entre le normal et l'anormal. Moi, je ne vois pas de hiatus entre le beau et le laid. Il ne s'ensuit pas pour autant que toute laideur est esthétique.
Pour mieux me faire comprendre, je comparerais l'esthétique de la laideur, au plaisir de la douleur. Qui n'a pas dégagé cet élément de la lecture des Fleurs du Mal, n'a pas compris un mot à l’œuvre de Baudelaire. Anomalie, sadisme, soit, le moi ne suffit point pour gens habitués à ne pas prendre "la paille des mots pour le grain des choses". Ou ne trouve-t-on pas un brin de sadisme ? depuis le plaisir qu'a la coquette à torturer les cœurs jusqu'à l'esthétique délirante d'un Néron ? Plaisir de faire souffrir, plaisir à souffrir aussi : "'Connais-tu comme moi la douleur savoureuse
Et de toi fais-tu dire, oh ! l'homme singulier ?"
La douleur fut pour Baudelaire une volupté, et, s'il n'a pas parlé de l'esthétique de la laideur d'une façon expresse, cet état d'esprit se devine dans son œuvre.
Il a cherché l'inconnu et cet inconnu fût-il inharmonique devient une des formes de la beauté.
Dans notre subconscient, se forme quelque archétype de la Beauté répondant à tel ou tel objet et ce modèle se modifie sans cesse comme notre être tout entier. Quand ce rêve de l'imagination trouve sa réalisation des sensations subconscientes se réveillent en nous et nous font éprouver l'émotion esthétique. C'est l'imagination et la réalité qui se rejoignent un instant. Et, celà est si vrai, qu'une œuvre d'art peut à la longue vous laisser indifférent.
A force de voir la reproduction de la Joconde tirée à cent mille exemplaires, chez les boutiquiers et le dos des boîtes d'allumettes, lorsque je l'ai contemplée au Louvre, je suis resté indifférent.

Emile Malespine

21 août 1920.


Les Tablettes, septembre 1920.




Pour aller plus loin : Francis de Miomandre, Éloge de la laideur, Hachette, 1925.

mardi 6 octobre 2015

Des chevets au front

DuhamVdesMart.jpg


Il y avait bien longtemps qu'on n'avait pas lu une ligne de Georges Duhamel (1884-1966). On n'en ressentait guère le besoin il faut dire. Depuis qu'il avait occupé l'espace littéraire de ses grandes machines, succès par milles qui s'accumulent désormais dans les vide-greniers (en grands papiers s'il vous plaît), et de sa posture de bon bourgeois qui a réussi, n'était guère excitant c't'oiseau-là. Et cependant Laurence Campa, la biographe d'Apollinaire, présentant sa réédition de Vie des martyrs, premier ouvrage conséquent de Duhamel paru en pleine guerre au Mercure de France, parvient à redorer son blason en rendant tout son intérêt à la fois littéraire et humain à ce qui constitue la première marche du parcours de cet écrivain qui a marqué son temps.
Parmi ceux qui ont témoigné de la Grande Boucherie (liste partielle ici), Georges Duhamel fait partie des 20.000 médecins qui ont fréquenté "l'envers de l'enfer", ses tables d'opération improbables, sa chirurgie à l'arrachée, ses "autochir" (pour automobile chirurgicale), les hôpitaux de l'arrière ou les cahutes du front. Très tôt, en 1917, il donnait son récit au même moment que Derrière la bataille (Payot, 1917) d'un autre médecin, Léopold Chauveau, qui utilisait la même modalité de témoignage sous forme d'anecdotes et de récits courts. Naturellement, l'observateur des Témoins, Jean Norton Cru y mit son nez et préféra Chauveau, plus direct selon lui, moins paternaliste, larmoyant et "littéraire", mais il est fort probable que nous ne croirons pas sur parole un Cru qui n'a jamais été critique littéraire, tant que nous n'aurons pas lu Chauveau. Bienveillant et consolateur, Duhamel en tout cas marqua considérablement les esprits en insistant sur ce que la douleur pouvait représenter concrètement pour ces "martyrs" pilonnés, écrasés, troués, déchirés par les balles et les fragments d'obus, ou les coups de pied de cheval. La façon dont il présentait à de maintes reprises la "cérémonie" du pansement, en particulier, renvoyant à des images très nettes, déchirantes pour le coup, terribles et terriblement répétitives.
Il est clair que ces générations (Pergaud, Apollinaire, Fargue, Philippe, Miomandre, etc.) découvraient le témoignage et son usage, à la suite sans doute des chroniqueurs façon Caliban (Emile Bergerat) et des naturalistes, comme les reporters naissant. L'horreur des hôpitaux militaires ne prêtait d'ailleurs pas à l'Art pour l'Art... Les drames humains qui s'y jouaient chaque jour et sans répit ne pouvaient qu'émouvoir ceux qui se devaient d'intervenir et d'ajouter aux souffrances pour sauver. Au fond, si Gabriel Chevallier a dit La Peur, on peut considérer que Duhamel a écrit en quelque sorte son pendant : La Douleur.



Georges Duhamel Vie des martyrs. Précédé de "Inter arma poesis" de Laurence Campa. - Paris, Payot & Rivages, 2015, "Petit Bibliothèque Payot. Classiques", 205 pages, 8,10 €