L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Couleurs

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 24 juin 2015

La mort quotidienne d'Alexandre Bonnier

AlexBonnier.jpg


Alexandre Bonnier (1932-1992), artiste, ami d'André Pieyre de Mandiargues et professeur aux Beaux-arts de Moulins a tourné souventes fois autour de la mort, et notamment dans deux courts-métrages, Ma mort ou celle d'une autre (1972) ou de La mort quotidienne (1984). Sur le thème de la décrépitude, le peintre de Madame Rouille a donné un très beau recueil sous ce même titre où il auscultait les signes avant-coureurs de l'arrivée de la Faucheuse sans vergogne, en action chaque jour, elle-même peintre et sculpteuse de son corps à lui...
Voici un déroulé qui évoque sans coup férir "Le Boeuf écorché" de Rembrandt, cette terrible vanité.

En termes de couleurs
Bleuasse, violine, violacée. Bleuie, verdâtre, verdissant, "verdassou", noirâtre, blanchâtre, grisâtre, griseux. Teintée de cire, rosâtre, de teint saumâtre, maussade, blanc, blanchâtre, grisailleux, bleuis. Blanchoyer. Grisaille, laitance, de suif repu; grisard, grisonne et pâle, et fade, et fadasse, et beige, et beiges, et blanc cassé, blanc repu, blanc enflé, blanc sale et teint graisseux, teinte de bobèche, beurre, couleurs malsaines. Pour ainsi dire toutes couleurs réapparaissant de dessous ou en état de passage, toutes couleurs en état de virage, tel le rose muguet ou le blanc en saillie : celles sournoises ou de faisanderie.




Alexandre Bonnier La Mort quotidienne. — Marseille, Chemin de ronde, 1985, n. p.


lundi 9 mars 2015

Couleurs

couleur12.jpg



Un peu de soleil et hop... Coloral colore tout. C'est la fête.



vendredi 4 avril 2014

Couleurs sur Paris

CharlesHenryChrom015.jpg



Une semaine avant l'ouverture du Salon du Livre ancien au Grand Palais, Pierre Saunier publie une nouveau catalogue à prix marqué. Thématique, il aborde les rives du cercle chromatique et, plus généralement, de l'art.
Largement illustré, comme on nous y a habitué, ce nouveau recueil de notices solidement établies réclame lecture. S'y découvrent en effet les particularités d'un Victor Joze jaquetté par Bonnard, celles de différents exemplaires de la plaquette de Fénéon sur les Impressionnistes, du Cercle Chromatique de Charles Henry (C. Verdin, 1889), d'une photographie de la jeune et belle Suzanne Valadon, de l'affiche de la VIIIe et dernière exposition impressionniste (1886), de la Théorie scientifique des couleurs d'O. N. Rood (1881), d'une photographie d’Émile Bernard en pharaon, des planches macabres de Maurice Dumont (La Dame inexorable), et l'on en passe, notamment une foule de Gauguineries superbes. Sans parler des pièces illustrées à la main, aquarellées, etc.
Bref, on en sort étoudi et plein de curiosités nouvelles. Ce catalogue est un musée.


Bazar à treize, catalogue de la Librairie Pierre Saunier
22, rue de Savoie
75006 Paris
144 pages.


jeudi 5 avril 2012

Le Sommeil, de Caraccioli

carac.jpg



Curieux oiseau que ce Caraccioli (1719-1803), natif du Mans : philosophe, précepteur, protecteur des arts, ami du futur pape Ganganelli (Clément XIV), il est connu des typographes pour avoir été un polygraphe des plus imaginatifs : auteur du Livre à la mode, il se débrouilla pour l'imprimer en vert (première édition), puis en rouge (deuxième édition) et, partant, par faire imprimer son Livre de quatre couleurs en... quatre couleurs. Mais il ne s'arrête pas là et lança Lucidor, son Candide à lui, dans un Voyage de la raison en Europe, intégré à la fameuse collection utopique des "Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusans, comiques et critiques" (1788), et ce parmi tant d'autres écrits, comme ce fragment Sommeil qui n'est pas sans anticiper un peu certaine doctrine viennoise de la fin du siècle XIXe...



Louis-Antoine de Caraccioli Le Sommeil. — Paris-Bannes, Le Fourneau, 32 pages, 65/148 mm, imprimé en couleur, 8 €.

mercredi 31 août 2011

Des couleurs par Chevreul

chevreul.jpg



Pour fêter dignement le 225e anniversaire de la naissance, à Angers, d'Eugène Chevreul, le 31 août 1786, voici quelques liens vers ses livres les plus fameux.
Directeur des teintureries à la Manufacture des Gobelins, il y développa la loi du contraste simultané des couleurs et la constitution du cercle chromatique.
Bien avant Pierre Soulages, il s'était aperçu en effet que les ateliers de la Manufacture étaient incapables d'obtenir de beaux noirs. Il en conçut, brillamment, que l’interaction des coloris n’était pas un problème de chimie, mais bien un problème d’optique...

Nous vous recommandons tout particulièrement les planches en couleur du premier de ces volumes (vous disposez, sur Gallica d'un mode d'affichage "mosaïque" qui vous permettra de les attendra aisément).


De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés considérés d'après cette loi dans ses rapports avec la peinture, les tapisseries... - Paris, Pitois-Levrault, 1839. ici, le volume de texte.

Mémoire sur l'influence que deux couleurs peuvent avoir l'une sur l'autre quand on les voit simultanément : lu à l'Académie des sciences, le 7 avril 1828.

Et puis aussi :

Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale. - Paris, Levrault, 1823.

D'une erreur de raisonnement très fréquente dans les sciences du ressort de la philosophie naturelle qui concernent le concret expliquée par les derniers écrits de E. Chevreul... - Paris, F. Didot frères, 1871.

De l'abstraction considérée relativement aux beaux-arts et à la littérature : quatrième partie d'un ouvrage intitulé "De l'abstraction considérée comme élément des connaissances humaines dans la recherche de la vérité absolue. - Dijon, J.-E. Rabutot, 1864

Histoire des connaissances chimiques. - Paris, L. Guérin-T. Morgand, 1866.

Distractions d'un membre de l'Académie des sciences de l'Institut de France, directeur du Muséum d'histoire naturelle, lorsque le roi de Prusse assiégeait. - Paris. Paris, Gauthier-Villars, 1871.