L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Claude Terrasse

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 17 avril 2016

Bibliographie lacunaire de la revue Au Balcon

AuBaconGolberg.jpg


Au Balcon, Revue mensuelle de littérature, d’art & d’expressions diverses. 1871-1914.
Paris, 1995 (Éditions du Fourneau), in-12, nombreuses illustrations, environ 224 pages en tout.
Du n°1 au n°7 (janvier juillet 1995), 32 p. par fascicule. Chaque livraison de 32 pages comportait un Lexique Rimbaud et un Dictionnaire des noms propres imprimés sur papier rouge et des textes critiques ou des présentations de Cathé, Chaléat, Coquio, Dommartin, Giocanti, M. & S. Laurent, Le Couëdic, Lefrère, Philippe Oriol et Christian Soulignac.
Ce dernier a doté d'une mise en pages singulière les sept brochures agrafées sous couverture crème imprimée et illustrée en noir, in-8, 21x14,5 cm, double feuillet central imprimé sur papier rouge.
Les numéros 4 et 5 d'avril et mai 1995 sont sortis fin octobre 1995, et le dernier numéro de Juillet 1995 est sorti fin février 1996.

Autour du directeur de la rédaction Stéphane Le Couëdic s’étaient regroupés des collaborateurs d’horizons très divers, tant politique que culturels mais dont le but commun était l’étude de cette période charnière entre le XIXe et le XXe siècle, 1871-1914.
La revue, initialement, ne devait pas s’intituler ainsi mais Au Balcon de l’Avant-Siècle, titre beaucoup plus explicite. La maquette du numéro 1 fut entièrement réalisée avec ce titre et quelques exemplaires spécimen imprimés pour faire connaître la revue.
Mais un éditeur parisien ayant transformé l’expression Avant-Siècle en marque commerciale, décision fut prise de faire tomber cette dernière du titre (afin d’éviter toute assignation) et il ne resta plus aux collaborateurs que le balcon pour s’accouder et regarder passer les gens.
L’organisation du contenu de chaque revue fut immuable pour tous les numéros : une première partie publiant des textes ou des documents d’époque et une seconde partie consacrée aux études. Au centre, pour les séparer, les pages rouges contenant le lexique Rimbaud et le dictionnaire des noms propres. La mise en page, furieusement « fin-de-siècle », offrait un contrepoint voulu au contenu. (C.L.S.).


n° 1, janvier 1995
Éditorial, Stéphane Le Couëdic.
Quatre lettre de P. Verlaine à M. Barrès, Christian Soulignac et Stéphane Le Couëdic.
Le quartier Latin, Maurice Barrès.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : G. Samazeuilh, Stéphane Giocanti.
Lettre de P. Gauguin à H. Nocq, Stéphane Laurent.
Villiers de l’Isle-Adam musicien, Stéphane Le Couëdic.
L’Avenir littéraire : les Hommes d’aujourd’hui - Léon Vanier, Georges Brandimbourg, note de Philippe Oriol.
Bibliographie des revues : Les Taches d’encre, Christian Soulignac.
Vie associative, Stéphane Giocanti, Stéphane Le Couëdic.
Actualités, Stéphane Giocanti, Stéphane Le Couëdic.

n° 2, février 1995
Éditorial, la Rédaction.
Lettre de Mécislas Golberg à Karl Boès, Catherine Coquio.
Feuilles volantes sur le symbolisme, M. Golberg, Catherine Coquio.
Le fantôme de l’Art nouveau, Stéphane Laurent.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : M. Golberg, Catherine Coquio.
Villiers de l’Isle-Adam musicien II, Stéphane Le Couëdic.
Pensées sur l’art, M. N. Whistler, traduction de S. Mallarmé, note de Stéphane Le Couëdic.
Bibliographie des revues : Cahiers Mécislas Golberg, Catherine Coquio.
Vie associative, Stéphane Laurent.
Actualités, Christophe Chaléat.

n° 3, mars 1995
Éditorial, la Rédaction.
Villiers de l’Isle-Adam musicien III - partitions, Stéphane Le Couëdic.
Je m’accuse par Jean Charles-Brun, Maurice Laurent, note de Stéphane Giocanti.
Lettre de Léon Bloy à Jean Charles-Brun, Stéphane Giocanti.
Variétés (divertissement), note de Christian Soulignac
. Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : Christian Beck, Berthe de Courrière, Christian Soulignac.
Léon Bloy et Alfred Jarry devant les cochons, Christophe Chaléat.
Enterrements, Jehan Rictus, note de Philippe Oriol.
Bibliographie des revues : Perhindérion, Christian Soulignac.
Vie associative, Stéphane Laurent, Stéphane Giocanti, Stéphane Le Couëdic.
Actualités, Christophe Chaléat, Stéphane Le Couëdic.

n° 4, avril 1995
Éditorial, la Rédaction.
Correspondance Bernard Lazare - Francis Vielé-Griffin, Philippe Oriol.
La création de l’école Romane, Jean Moréas, note de Stéphane Giocanti.
Barbares et Romans, Charles Maurras, note de Stéphane Giocanti.
La renaissance Romane, Pierre Quillard, note de Christophe Chaléat.
Dictionnaire : Marius André, Catherine Coquio ; Minerve casquée, Stéphane Le Couëdic.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Autour de l’école Romane, Stéphane Giocanti.
L’Avenir littéraire : Entretiens politiques et littéraires - Bernard Lazare, Georges Brandimbourg, texte établi par Philippe Oriol.
Bibliographie des revues : Minerva, Stéphane Le Couëdic.
Vie associative, Stéphane Laurent.
Actualités, Stéphane Le Couëdic.

n° 5, mai 1995
Éditorial, la Rédaction.
L’enfant qui revient, nouvelle, Élémir Bourges, texte établi et présenté par Stéphane Le Couëdic.
Deux lettres d’Élémir Bourges à Émile Bernard, notes de Stéphane Le Couëdic.
Iconographie bourgienne, Stéphane Le Couëdic.
Printemps, poème, Élémir Bourges, texte établi par Stéphane Le Couëdic.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : Élémir Bourges, Stéphane Le Couëdic.
André Suarès critique, Henry Dommartin.
A propos de Pelléas et Mélisande, Vincent d’Indy, notes de Stéphane Giocanti.
Le centenaire oublié : Berthe Morizot, Stéphane Le Couëdic.
Bibliographie des revues : Le Symboliste, Christian Soulignac.
Vie associative, Stéphane Laurent.
Actualités, Stéphane Le Couëdic.

n° 6, juin 1995
Éditorial, Philippe Oriol et Christian Soulignac.
Couverture du n° 1 du Mercure de France, note de Philippe Oriol et Christian Soulignac.
L’Avenir littéraire : Les Hommes d’aujourd’hui - Alfred Vallette, Georges Brandimbourg, texte établi par Philippe Oriol.
Le Symbolisme, Remy de Gourmont, note de Christian Soulignac.
Lettre de Rachilde à Pierre Quillard et A.-F. Herold, notes de Christian Soulignac.
Carte de visites d’Ephraïm Mikhaël à Alfred Vallette, note de Philippe Oriol.
Quasi, Remy de Gourmont, notes de Philippe Oriol et Christian Soulignac.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : Louis-Pilate de Brinn’gaubast, Philippe Oriol ; Rodolphe Darzens, Jean-Jacques Lefrère.
Claude Terrasse et le Mercure de France, Philippe Cathé.
La fondation du Mercure de France, Philippe Oriol.
Bibliographie des revues : La Pléiade, Christophe Chaléat.
Vie associative, Stéphane Laurent.
Actualités, Christian Soulignac.

n° 7, juillet 1995
Éditorial, Stéphane Laurent.
Hugues Rebell et son maître Stéphane Mallarmé, documents sur leurs relations littéraires (1886-1892), Stéphane Le Couëdic.
Lexique Rimbaud, Stéphane Le Couëdic.
Dictionnaire : Hugues Rebell, Stéphane Le Couëdic.
Le corps de la peinture, Françoise Lucbert.
Le Grenier des Goncourt, Stéphane Laurent.
Bibliographie des revues : La Décadence, Christian Soulignac.
Pierre Saunier, marsien de l’Avant-siècle, Christian Soulignac.
Vie associative, Françoise Lucbert.
Actualités, Stéphane Laurent.

mercredi 15 juillet 2015

On a retrouvé les Pantins !

thPancrit.jpg



Le regretté Bruno Leclercq y avait consacré un billet : à l'occasion de l'ouverture du "Théâtre des Pantins", La Critique du 5 janvier 1898 (n° 69) avait donné, outre la fameuse annonce illustrée reproduite ici un articulet à sa rubrique Théâtre :

Théâtre des Pantins (1)
Une très jolie manifestation artistique.
Le guignol des grands enfants « tombe » les grands théâtres.ùùù Ferdinand Hérold et Franc-Nohain déchaînent le fou rire avec Paphnutius et les Chansons de la Charcutière, en attendant une nouvelle mise à la scène du désopilant Ubu et un programme mirifique.
La salle est décorée par les maîtres : P. Bonnard, Ed. Vuillard, K. X. Roussel, P. Ranson.
Du neuf ! Nous y consacrerons un long article la prochaine fois.
(1) Ouverture, 6, rue Ballu, près la rue Blanche.



Ce théâtre prestigieux, quoique de passager usage, a naturellement laissé un grand souvenir dans les mémoires. Mais...
Mais il restait quelque flou à son sujet, et Remy Bellenger, Hexaèdre éditeur lui-même, s'est attaqué au flou pour le durcir et le sculpter. Résultat, il n'est plus flou, il est dur.
On sait désormais tout ce qu'il faut savoir sur ce Théâtre des Pantins, et en particulier qu'il n'avait pas la forme d'une petite cabane...
C'est sans doute l'aspect le plus drôle de cette enquête : en se rendant au cadastre, les enquêteurs précédents avaient confondu le dessin topographique des lieux vus du ciel avec une cabane car le contour de la cour centrale donnait en effet, vue de haut, la forme d'une maisonnette... Comme si les métreurs dessinaient des cabanes à plat lorsqu'ils en voyaient une ! Imaginez un peu ce que donnerait le cadastre du château de Versailles dans ces conditions...
Bref, la légende est tombée et le Récit d'une enquête de Remy Bellenger, brillant travail, donne désormais tous les résultats que l'on pouvait attendre sur le sujet. Avec des illustrations et de la documentation que s'en est un plaisir.
On sait désormais qui, où, combien de fois, avec qui, etc. Et on retrouve Pierre Bonnard peignant le rideau du théâtre et un bout de la scène, des photos en couleurs ou en noir et blanc. C'est tout un monde qui renaît.
La connaissance des Pantins vient donc de faire un pas de géant et ce volume prend une place définitive dans les actes de la recherches sur Ubu. Bravo !


Toc, toc, dit Martine
Qui là ? répondit le Père Ubu



Remy Bellenger Le Théâtre des Pantins. Récit d'une enquête. — Paris, L'Hexaèdre, éditeur, "Bibliothèque pataphysique", 88 pages, 14 €

mardi 24 mars 2015

Couleurs de Bonnard, notes de Terrasse

PBOnnardjaune.jpg



L'exposition Pierre Bonnard qui vient de démarrer au musée d'Orsay se complète opportunément d'une publication et d'une vente colossale, en tout cas historique, celle de la collection du petit-fils de son beau-frère Claude Terrasse (lequel avait épousé sa soeur Andrée), fils de l'historien d'art Charles Terrasse qui fut de ses neveux tant aimés.

Dispersée le 29 mars prochain à Fontainebleau, cette collection proprement stupéfiante nous provient en droite ligne de ce temps enfui où Bonnard côtoyait la Revue blanche et le Grand-Lemps, Alfred Jarry et les îles de Lérins, sous forme de toiles, parfois inachevées, de portraits familiaux, de croquis, d'albums, de photographiques fruits de Kodak, de manuscrits et de livres, en particulier L'Ubu roi en édition originale annotée par Claude Terrasse en vue de la préparation de sa musique et comportant un portrait d'Ubu en poire par Alfred Jarry lui-même, le Petit solfège illustré de Claude Terrasse qui est l'un des premiers livres illustrés par Bonnard en 1893 (on trouve aussi ses travaux pour Léopold Chauveau ou Claude Anet), des éditions d'Ambroise Vollard, etc.

Passée cette pléthorique avalanche de pièces, restent la déjà ancienne édition en fac-similé des carnets de Bonnard par Ides et Calendes (2006) en deux coffrets de trois livres, et ces notes sur la peinture réunies en volume selon le manuscrit que Bonnard avait laissé mis au net. On y lit ses interrogations et ses doutes, son souci de la lumière dans les couleurs, ses pensées sur son art :

J'espère que ma peinture tiendra, sans craquelures. Je voudrais arriver devant les jeunes peintres de l'an 2000 avec des ailes de papillon.


C'est chose faite. Un truc dont ne pourra pas se vanter Mondrian...

Claude_Terrasse.jpg

Pierre Bonnard Observations sur la peinture. Préface d'Alain Lévêque. Introduction d'Antoine Terrasse. — Strasbourg, L'Atelier contemporain-François-Marie Deyrolle éditeur, 69 pages, 15 €

Catalogue de la vente de la collection Antoine Terrasse. Experts Michel Maket et Raphaël Maket, Alain Nicolas, Anne Lamort. - Fontainebleau, Osenat, dimanche 29 mars 2015.