L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Christian Bachelin

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 septembre 2014

Un nouveau domicile pour Ténébros

TombeauBachelin.jpg

Depuis vendredi, l'adresse de Christian Bachelin est : Cimetière de Cachan, carré J.
Fait peu commun, sa nouvelle demeure portait son nom, gravé dans le marbre, depuis la disparition de son épouse en 1991.
Des inédits de ce grand poète et prosateur devraient paraître d'ici quelque temps.
Les plus patients patienteront, et ils auront raison.
A suivre.



Bibliographie
Stances à la neige, 1953. Prix Marie-Bonheur.
Neige exterminatrice. - Paris, Guy Chambelland, 64 p. coll. « Prends garde aux yeux bleus », 1967, 64 p.
Le Phénix par la lucarne. - Paris, Guy Chambelland, 1971, 59 p.
Ballade transmentale. - Paris, Guy Chambelland, 1974, 60 p. Prix de poésie Charles-Vildrac 1975.
Médiéval in blues. Préface de Guy Chambelland. - Paris, Guy Chambelland, 1981, 39.
Fatrasies en revenant d’aujourd'hui. — Charlieu, La Bartavelle, 72 p., coll. « Parler bas », 1988.
Complainte cimmérienne. — Paris, Éditions de La Différence, 89 p., coll. « Littérature », 1989.
Cantilène engloutie. — Charlieu, La Bartavelle, 1991, 56 p.
Soir de la mémoire. — Paris, Méréal, 1998, 142 p.
Atavismes & nostalgies. — Aizy-Jouy, L’Arbre, 1999, 34 p.
Buttoirs rouillés de la mémoire. — Charlieu, La Bartavelle, 1999, 128 p. (NB les éditions produites par La Bartavelle dans ces années sont typographiquement très contestables.)
Y seul, roman. — Paris, Éditions Zulma, 2001, 274 p.
Neige exterminatrice. Poèmes, 1967-2003. Préface de Valérie Rouzeau. Bibliographie du Préfet maritime. — Cognac, Le Temps qu’il fait, 2004, 247 p.
Le Démon d’antichambre, dessins d’Evelyn Ortlieb. — Paris, Rehauts, 2007, 99 p.
Mémoires du mauve. — Rennes, Apogée, coll. « Piqué d’étoiles », 2007, 60 p.


dimanche 31 août 2014

† Christian Bachelin (1933-2014)






Cette nuit un grand silence règne sur toute la terre...



Le poète et romancier Christian Bachelin s'est éteint vendredi soir, à la veille de son anniversaire, au Kremlin-Bicêtre, à 18h52.
C'est une très grande perte. Ceux qui ne l'ont pas encore lu s'en apercevront bientôt.
Il était né le 1er septembre 1933 à Compiègne.

Ses obsèques auront lieu demain, vendredi 5 septembre, à 15 h 15, au cimetière de Cachan.


Dernier cri

J’écris ce poème avec de la fumée
Avec du sable avec de l’ombre
Mes mains s’enfoncent dans la neige
Sans jamais rencontrer la terre
Mais tout à coup le vent disperse la poussière
La poussière du poème
Tout à coup un cheval couronne de sa mort
Le royaume ébloui que me prête l’hiver
Tout à coup un rose éclate les ténèbres
Tout à coup un poisson ruisselle sur la table
Tout à coup un oiseau traverse la fenêtre
Et la maison s’effondre en gerbe de cristal

Il reste le cri nu de la réalité
Le cri pulvérisé de l’œuf en train d’éclore
Le cri rouge du rat encerclé par le feu
La nudité de l’os quand retombe la cendre
L’évidence du roc de la dent arrachée
Ce qui vibre immobile et se tord de fureur
La clarté sans issue où gravite la mer
La terreur du granit que le gel assassine
Les objets à pétrir comme un pain de famine
Le présent à saisir dans son flagrant délit

Christian Bachelin



En 1999, année de la double parution d'Atavismes & Nostalgies (fruit merveilleux des presses de Jean Le Mauve) et de Buttoirs rouillés de la mémoire (très beau texte massacré par les photocopieuses — militaires, ce qui convient parfaitement à l'enfant de troupe qu'était Christian Bachelin, pas du tout au poète et à ses lecteurs — du triste éditeur de La Bartavelle), le Préfet maritime consacrait ces petites lignes à Ténébros :

Christian Bachelin ouvre l'une de ses boîtes à souvenirs. Il l'a intitulée Atavismes et nostalgies parce que ce poème est une évocation de son histoire personnelle (nostalgie) et des figures familiales de son père noyé (atavisme), de sa mère et de sa femme disparues. Sa partition est douloureuse mais il la décline en "bonheur nostalgique", "fermentation des impressions" pour soulever d'"imperméables amnésiques" et aboutir dans les Butoirs rouillés de la mémoire, titre d'un autre recueil. On devine quel poète il est dès ses premiers mots. Pudique emballeur, il fait le coup de poing avec des images puissantes mêlées parfois de fatrasies complices, des images franches qui se gravent vite dans l'esprit : "Le cambouis se méfie des marteaux", l'oublierait-on?

Après neuf volumes de vers et une première prose, l'admirable Soir de la mémoire (Méréal, 1998), il fait de désastreux constats et s'assure de "ne plus être en tout que le moindre fait divers". De tels mots d'échec attirent le soupçon sur une existence terrible et sa corollaire, la solitude. Aujourd'hui fantomatique, Christian Bachelin est né en 1933 à Compiègne. Il fut enfant de troupe avant d'occuper de petits boulots jusqu'au début des années 1990. Après c'est la déroute, il est "englouti dans un tourbillon immobile" dit son ami Yves Martin qui le comparait à Strindberg. Retiré du monde, il n'écrit plus et publie quand il le peut ses poèmes dont la forte charpente, la portée lyrique ou musicale, l'éclat d'évidence lui offrent d'équitables opportunités. Celle, notamment, d'entrer au catalogue de l'éditeur-typographe Jean Le Mauve qui a fait d'Atavismes et nostalgies une authentique merveille. On n'en dira pas autant de Butoirs rouillés de la mémoire littéralement saboté par un éditeur indélicat. Fort heureusement, la poésie de Bachelin ne se dissout pas dans les coquilles. Elle mérite néanmoins beaucoup d'attention. Le message vaut aussi pour les lecteurs.

E.D.

Un précédent billet sur Christian Bachelin.
Pour entendre l'Emission Clair de nuit (France Culture, 2000) qui lui était consacré.

dimanche 31 janvier 2010

La 18e Lune

danslalune.jpg


Superbe 18e livraison de Dans la Lune, la revue de Valérie Rouzeau et du Centre culturel de Tinqueux : un sommaire délectable, un graphisme épatant.
Avec beaucoup d'à-propos, Fanette Mellier s'est chargée de décliner sur papier noir la lune en formes et en couleurs, tandis que tiennent la plume Christian "Ténébros" Bachelin, e. e. cummimngs, Jacques Demarcq, Jean-Pierre Georges, Pascal Commère et Marc Monchois, nouvelle arrivant listeur.

Au clair de la lune, et au milieu d'une nuée de zozios, La chandelle de cette revue est assurément bien entretenue.

Pour vous, alamblogonautes, cet incipit dont vous devinerez, ô gourmets, l'auteur :

Le ventre de l'ogre était une immense forêt noire autour d'un caillou blanc.




Dans la lune

jeudi 4 octobre 2007

La rentrée littéraire du vieil inconsolable (Christian Bachelin passera-t-il à la télévision ?)




Christian Bachelin a publié son premier livre il y a quarante ans. Voilà qui se fête. Et pour marquer le coup, il publie grâce à d’habiles et vertueux éditeurs et passe-textes plusieurs ouvrages dont le premier, Le Démon d’antichambre, manuscrit esseulé mais persistant d’autrefois, a jailli il y a quelques semaines.
Pour ne pas nous lancer dans la notice biographique ordinaire ou dans l’histoire littéraire déprimante, disons tout de go que plus tard, bien plus tard, on regrettera de n’avoir pas lu l’oeuvre de Christian Bachelin. On regrettera de méconnaître Y seul, ou de ne pas posséder Atavismes & Nostalgies publié par feu l’exquis Jean Le Mauve. Mais il sera bien tard pour culpabiliser : on n’aura pas été là pour soutenir le vieux poète ou pour faire partager à nos contemporains le plaisir de sa lecture.
Reste une chance : se procurer ce nouveau recueil de poèmes en prose : c’est lui qui entonne le chant de la rentrée littéraire du vieil inconsolable. Des opus suivent, paraît-il. On vous en informera mais notez d’ores et déjà ce titre, Mémoire du mauve, cette marque, Apogée, et cette date, 2 novembre 2007. Avec ça, vous êtes armés.

Christian Bachelin est là, qu’on se le dise.

Lui et puis tous ses doubles…

“Chacun son autre, chacun son frère mandragore”



Petite Bibliographie pour ne pas prendre encore du retard

Neige exterminatrice (Paris, G. Chambelland, 1967)
Le Phénix par la lucarne (Goudargues, G. Chambelland, 1971)
Fatrasies en revenant d’aujourd’hui (Gap, La Bartavelle, 1988)
Complainte cimérienne ( Paris, La Différence, 1989)
Soir de la mémoire (Paris, Méréal, 1998)
Atavismes & Nostalgies (Aizy-Jouy, L’Arbre, 1999)
Cantilène engloutie (Charlieu, La Bartavelle, 1991)
Y seul (Paris, Zulma, 2001)
Neige exterminatrice, poésies 1967-2003 (Cognac, Le Temps qu’il fait, 2004).


Christian BACHELIN Le Démon d’antichambre. Postface de Jacques Lèbre ; avec douze dessins d’Evelyn Ortlieb. - Paris, Rehauts, 2007, 99 p.
bachelinde_mon.jpg
Photo du Préfet maritime