L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Chevalier de Mouhy

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 30 octobre 2010

Mouhy, le chevalier mystère

Mouhy.jpg



En 1857, Charles Monselet repêchait dans Les Oubliés et les Dédaignés (Bassac, Plein Chant, 1993) un mystérieux écrivain du siècle précédent, le chevalier de Mouhy (1702-1784). Celui-ci avait été largement moqué par ses contemporains. Petit, laid et peu fortuné, il avait entamé sa carrière en lançant les premiers chapitres de cinq romans différents, dont La Mouche, et l'avait poursuivie en écrivant et en écrivant encore, parfois pour Voltaire et parfois des textes qui sont arrivés jusqu'à nous. Lamekis, par exemple, ou cette Mouche qui reparaît aujourd'hui, en même temps que sortent les actes d'un colloque à lui consacré.
Personnage un peu énigmatique, suiviste ou malicieux, ami de La Morlière, il a laissé une épaisse brume d'interrogations qui fait les choux gras des chercheurs d'aujourd'hui, qui enquêtent notamment sur ses glissements, ses intertextualités, ses paradoxes et ses ambiguités. On en jugera par le sommaire de ces actes présenté ci-dessous.
Pour l'heure, il est loisible et même conseillé de plonger le nez dans La Mouche, ou les aventures de M. Bigand, vaste roman à la fois picaresque et fantastique, amoureux et conjugal, rebondissant comme savent rebondir les romans du XVIIIe siècle.
Un régal qu'on ne lâche jamais.
Vous voilà informés.


Charles de Fieux, chevalier de Mouhy La Mouche ou les aventures de M. Bigand. Édition de René Démoris et Florence Magnot-Ogilvy - Paris, Classique Garnier, 664 pages, 26 €



Illustration : portrait de Mouhy en faux-titre par Latinville, Les Mille et une faveurs, contes de cour, tirez de l'ancien galois par la Reine de Navarre et publiez par le Chevalier de Mouhy (Londres, Aux dépens de la Compagnie, 1740)

Lire la suite...