L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Charles Vildrac

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 24 novembre 2016

Les couvertures du siècle dernier (LXVIII)

CouvMilotVildrac.jpg




Charles Vildrac Vers le travail, Milot. Livre de lecture courante. - Paris, : Société universitaire d'éditions et de librairie, 1933. 90 compositions originales d'Henri Mirande, 268 pages

vendredi 15 décembre 2006

Charles Vildrac écrit à son éditeur

12, rue de Seine (VIe) Paris 8 mars 1928

Monsieur Albin Michel —
Editeur, Paris.

Cher Monsieur,
Je m’excuse de n’avoir pu vous téléphoner avant la fin de la journée et d’avoir du renoncer, dans l’affairement du départ, à me rendre chez vous cet après-midi.
Mais j’ai eu le loisir, tout de même, de peser votre proposition et je m’empresse de vous faire savoir que j’accepte donc de traiter avec vous pour l’édition de mon livre l’Ile Rose dans les conditions générales que vous m’avez indiquées, à savoir : un droit fixé à 5000 francs pour un premier tirage de 15.000 exemplaires illustrés par Edy Legrand et vendus 12 fr. le volume ; et un droit de 12 % du prix fort sur les éditions suivantes. (Un progression possible dans ce pourcentage ?)
C’est ma confiance dans l’avenir de “l’Ile Rose” et aussi dans vos moyens de lancement et de publicité qui me décident à accepter une somme aussi modique pour une premier tirage aussi important.
Je vous serai obligé de bien vouloir m’adresser le projet de contrat ou le contrat lui-même à cette adresse : La Maison Blanche, Saint Tropez, Var, où je serai dans trois jours.
Puisque vous avez mon adhésion de principe, nous ne sommes pas à quelques jours près pour régulariser cette affaire.
Je vous prie de croire, cher monsieur, à mes sentiments les meilleurs,

Charles Vildrac

P. S. Edy Legrand a omis de vous donner son adresse : Il habite 48 Boulevard des Batignolles.




Note du Préfet maritime
Après son édition princeps chez Tolmer en 1924, L’Île rose, illustrée par Edy Legrand, ne semble pas avoir fait des miracles chez Albin Michel où il ne connut qu’une édition. La confiance en l’avenir de Charles Vildrac était peut-être mal placée. On retrouve néanmoins son texte en 1954, sans les illustrations d’Edy Legrand (1892-1970) remplacées par celles de Jean Terles, chez l’éditeur Bourrelier, dans la collection “Marjolaine”.

En savoir plus sur Charles Vildrac