L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Charles Guérin

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 26 janvier 2007

Une lettre de Charles-Louis Philippe à sa mère (1904)


Paris, 15 juillet 1904

Chère maman,
Je viens du 20 de la rue Cler où la concierge
m’a dit de vous rassurer pleinement. D’ailleurs,
elle a dû vous écrire et sa lettre s’est croisée avec
celle que vous m’écriviez. Ainsi donc, ne
craigniez rien, votre fils est au Tréport.
Je ne sais pas si vous allez recevoir cette
lettre à temps. En tous cas, j’irai demain à
Bigny, mais je ne sais pas encore à quelle
heure. Peut-être prendrai-je le train qui arrive
à 12 h 26 à Vernon. Dans ce cas, ne vous dérangez
pas. Je déjeûnerais à Vernon et j’irais ensuite
à Bizy. Mais je n’en suis pas absolument sûr.
Je trouverai bien seul le chemin de Bizy
A demain. Mes amitiés à M. Carassale,
Votre fils
Philippe

P. S. Si je n’arrivais pas à 12 h 26, j’arriverai à 7 h (?)
Mais je vous le répète, ne vous dérangez pas pour 12 h 26

Cachet : 15 juillet 1904, Paris, rue Amélie
Adresse d’expédition : Madame Suzanne Carassale, Hôtel de l’Ardèche, à Bizy, par Vernon (Eure).

Cette lettre n’apparaît pas dans Charles Louis PHILIPPE (1874-1909) Lettres à sa mère. — Editions de la Nouvelle Revue Française, 1928, collection “Une œuvre, un portrait”. In-12 broché, avec un portrait de l’auteur par Charles Guérin en frontispice, gravé sur bois par G. Aubert. 26 exemplaires sur japon, 120 hors commerce n° sur vélin simili cuve, 860 exemplaires sur vélin simili cuve de Navarre.

Fonds Charles-Louis Philippe (Vichy)