L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Castors

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 24 juillet 2012

Huîtres, perles et castors du Rhône

castor.jpg



(...) Il est difficile d'imaginer une plus intéressante partie que cette promenade de Viviers au Bourg par St-Montan, en laissant la grand'route du domaine de St-Pierre et en la reprenant à la Croix Blanche du Pont de la Justice : ce dernier nom sent le brigand à plein nez, et nos yeux ont cherché instinctivement la potence qui a dû jadis en assombrir le paysage.
Une lettre de Flaubergues de 1788 (1), parle d'un banc d'huîtres dans le Rhône près de St-Montan où l'on trouvait des perles dans ces mollusques. Encore aujourd'hui les huîtres ne sont pas rares dans la vase de toutes les îles où l'eau est stagnante. Ce sont de grosses huîtres noires qui ne valent pas celles d'Ostende, mais qüe ne dédaignent pas les enfants et les chasseurs qui ont bon estomac.
Une des îles de cette région s'appelle l'île des Castors. Il résulte d'une note lue à l'Académie des sciences en 1767 qu'on trouvait ces animaux non seulement sur ce point, mais encore sur le Gardon et la Viste, où ils portaient le nom de bièvres ou biure, et l'on ajoute que les habitants les chassaient pour les porter aux Chartreux de Valbonne à titre de gibier maigre.
L'Annuaire de l'an XI constate qu'on a vu des castor à Beauchastel, au commencement du siècle. Bien des gens les croient entièrement disparus de nos îles du Rhône, surtout depuis les inondations de 1840 et de 1856, qui ont on quelque peu détruit l'état séculaire de ces îles. On nous affirme néanmoins qu'il y en a encore quelques-uns. Par une interversion assez singulière, on, les appelle vibré au lieu de bièvre. Le dernier grand chasseur lie castors est mort au Bourg, il y a quelqttes années, à l'âge de 97 ans, et l'on assure qu'il a guetté son gibier favori jusqu'à son dernier jour. C'était le descendant de l'ancienne famille de Moncocuq de Montilion. On l'appelait lui, le père Bondïlion. Il avait son jardin près de la fontaine de Tourne.
La chasse au castor n'est pas chose facile. Cet animal est très défiant et pour cause son œil aperçoit les traces humaines imperceptibles pour tout autre animal, et il faut souvent, pour pouvoir l'approcher, stationner des heures entières dans l'eau. Si le père Bondilion, au lieu de passer sa vie à poursuivre cet inoffensif et intelligent animal, avait pris de lui des leçons d'architecture, d'ordre et d'économie domestique, il aurait certainement vécu plus tranquille, serait mort plus riche. et aurait une meilleure place en paradis.
Nous lisions, il n'y a pas bien longtemps, dans les Bulletins de l'Académie des sciences, une note du docteur Prunières constatant qu'il avait trouvé dans le lac de St-Andéol (Lozère) des restes d'importants travaux de pilotis exécutés autrefois par les castors.
Les castors du Canada sont célèbres par leur industrie ils bâtissent des digues énormes et vivent en société au nombre de deux ou trois cents individus, sans se chamailler, ce qui n'est certainement jamais arrivé dans un groupe do deux ou trois cents électeurs. Si on laissait la paix à nos pauvres castors du Rhône, ils bâtiraient aussi des digues et nous offriraient des modèles de république aquatique où nos républiques terrestres trouveraient beaucoup à apprendre... Si elles en sont capables.

Dr Francus



(1) Collection du Languedoc, t. 163, fol. 277.


Albin Mazon (alias Dr Francus, 1828-1908) Voyage au pays Helvien. - Privas, Impr. du Patriote, 1885.

Né le 24 octobre 1828 à Largentière, en Ardèche, Albin Mazon fut journaliste avant de devenir historien local. Sa carrière débute à L'Avenir de Nice et aboutit au poste de responsable des services télégraphiques de l'Agence Havas à Paris. Il a écrit de nombreux ouvrages et force chroniques sur le Vivarais, le Rhône, etc.


Quant au castor dont la carrière est plus... confuse, on en apprendra plus... Sur le castor d'Amérique, par Louis Jaccolliot, dans Les Animaux sauvages (Librairie illustrée, 1884) ; Sur la figure "morale" du castor, Eugène Mouton (dit Mérinos) dans sa Zoologie morale t. 2 (Charpentier, 1882); Sur la figure "passionnelle" (et dramatique) du castor, Alphonse Toussenel et sa Zoologie passionnelle.