L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Bouvard et Pécuchet

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 20 août 2011

Lui, Pierre Rivière

riviere.caumont.jpg



En 1983 et récemment encore, Jacques Caumont a entrepris de retrouver une maison située dans la commune de Cinglais, celle-là même où Flaubert fit séjourner Bouvard et Pécuchet alors normandisants.

A défaut de trouver l'exacte demeure, malgré l'aide d'Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Caumont a mis le doigt sur un fait-divers bien connu du pays d'Harcourt, les assassinats de Pierre Rivière, cette figure qui retint l'attention de Michel Foucault comme on sait, et que l'on retrouve au cœur de l'œuvre de Flaubert.

S'ensuit un opus échevelé où l'on relit les propos de Louis-Ferdinand Céline plaidant pour les trente-cinq heures dans Bagatelles pour un massacre, le récit des recherches proprement dites, la démonstration du parallèle Rivière/Touache, le forçat évoqué par Flaubert, et même un guide pédagogique à la sauce 'pataphysique.

Une curiosité imprimée par Edmond Thomas, à Bassac, un "livret conforme aux préceptes enseignés par Bouvard et Pécuchet", est-il bien précisé.


Jacques Caumont Moi, Pierre Rivière, j'ai inspiré Gustave Flaubert. — Faune étique, "Histoire", 80 pages, 14 €

dimanche 6 septembre 2009

Bouvard et Pécuchet en Afrique

ConradProgres.jpg



On a passé l'été chez Joseph Conrad et l'on se demande bien ce qui va nous pousser à sortir de son oeuvre... Au coeur des ténèbres, Lord Jim, Typhon, Nostromo, Des souvenirs, rendus par les vaillantes éditions Sillage - elles ont également republié Le Miroir de la mer et tutti quanti. On ne s'en plaint pas : voilà qui guérit d'une éventuelle velléité de se tenir informé de la vie du globe. Une épidémie, où ça ?

Ce qui serait parfait, c'est que la parution de ce billet provoque une pandémie conradienne (rêvons un peu) et il me semble que le virus double en existe déjà : c'est Au cœur des ténèbres lié à la nouvelle traduction d'Un avant-poste du progrès, sa préfiguration, son annonce inverse où l'on découvre Bouvard et Pécuchet aux prises avec les "brutes", avec les ténèbres et la sauvagerie.

C'est un texte éclairant, mais aussi éblouissant, où sont déjà installés tous les thèmes, éléments, mobiles qui exploseront Au coeur des ténèbres.

Une lecture passionnante, fort bien amenée par le traducteur. Bravo.



Joseph Conrad Un avant-poste du progrès. Traduit et présenté par Maël Renouard. - Paris, Rivages, 93 pages, 5 euros.