L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Bohumil Hrabal

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 2 octobre 2016

L'ultime parade Bohumil Hrabal

JosseHrabal2.jpg


Il faut avoir un Hrabal chez soi.
C'est comme les petits pois.
Jacques Josse, son fan numéro 1, nous le rappelle opportunément et régulièrement, joliment aussi.
Cette fois-ci, il relate les derniers jours — ô combien semblables aux précédents — du plus grand poète-zingueur d'Europe.


Jacques Josse L'Ultime Parade de Bohumil Hrabal. - Lille, La Contre-allée, 64 pages, 6 €



lundi 3 mars 2014

Ils sont tous passés à Liscorno

liscorno.jpg



Dans son nouvel opus, Liscorno, Jacques Josse, l'auteur de la belle ''Lettre à Hrabal'' et de ''Cloué au port'' donne l'adresse de la soupente où tout a été consommé. En Bretagne intérieure et non sur la côte, ce descendant de marin a vogué dès l'âge conscient dans une mer de pages, et en particulier de vers, où les écrivains chers à son cœur ont laissé leur empreinte. Ceux de la Beat generation, et Jack London évidemment, et puis le local de l'étape, l'incontournable Tristan Corbière, avec Armand Robin et même Paul Celan, Yves Martin, le marin des cinémas parisiens, et le querelleur Jean Genet.
Ce livre est également le prétexte ou l'occasion d'évoquer ses proches et ces figures plus ou moins hors-barrière qui déroulaient leur vie près de lui, lui qui imaginait la mer à quelques kilomètres de là quand la tempête roulait au-dessus de sa tête.

Froid, mort et solitude tissaient des liens secrets dans ma soupente. Des poètes apparaissaient sous la couverture glacée d'une collection de poche avec leurs visages colorés qui formaient bandeau et galerie de portraits très inspirés. Je les alignais sur une planche. Corbière avait des petits frères à gueule de tanche.


Apologie de la lecture, du voyage et du peuple des vivants, ce livre est tout empathie. Il est aussi apologie de ce don des dieux aux Hommes : les livres.


Jacques Josse Liscorno - Apogée, 96 pages, 12 €

mercredi 15 mai 2013

Entre buveurs de bière...

josse_09.jpg



Au sortir d'une lecture des Palabreurs du Tchèque Hrabal, vaste recueil de neige, de bière et de facéties en tous genres (avec échelles, rivières, grenades, pompiers à la baille, abeilles et jeunes filles blondes), un mince courrier m'apporte La Dernière Pirouette de Bohumil Hrabal signée Jacques Josse. Comme il faut croire aux gestes des morts malicieux, le Préfet maritime s'empresse de vous le signaler, sitôt dégusté.

Il s'agit d'un nouvel hommage à Hrabal de celui qui avait déjà écrit pour Jacques Brémond en 2002 la Lettre à Hrabal. Entre buveurs de bière... C'est plus qu'un hommage d'ailleurs : c'est un vade-mecum qui devrait donner à tous l'envie d'aller voir ce qu'a raconté Hanta, le protagoniste d'Une si bruyante solitude, son chef-d’œuvre humaniste et plein d'humidité.

Et voilà que cela nous donne envie de citer un morceau de Hrabal pris dans un texte traduit par Marianne Canavaggio :

Vous êtes Hrabal, c'est ça ? Et vous aussi, vous avez déjà une moto ?
— Oui, monsieur Fortik.
— Mais vous commencez déjà à grisonner. ça vous est venu si tard, cette idée de moto ?
— Comment faire, monsieur Fortik, j'ai mal aux jambes mais j'aime bien me promener et regarder, alors j'ai pensé à une pétrolette. Pour aller dans les sentiers en rase campagne, dans les bois, le long de l'eau, chez nous elle sent le roseau coupé.
— Hum, pas mal comme tableau. Je vais en fumer une de plus , j'ai froid. Alors vraiment, vous n'avez jamais fait de moto ?
— Mais si... avec mon père ! Depuis que je suis petit, mais toujours derrière, en tandem. Notre première moto, c'était une Laurinka, ces motos qu'il fallait lancer.
Là-dessus, il y avait encore un side-car, dedans mon frangin et ma mère, et combien de fois, quand on avait lancé la Laurinka et qu'elle avait démarré, papa et moi on n'avait même plus la force de sauter en selle. (...)" ("La Leçon de conduite", Les Palabreurs)



Jacques Josse La Dernière Pirouette de Bohumil Hrabal. — Approches, 2013, "Textes nus", 12 pages, 3,50 €


Approches
72B, rue de la Pinterie
35300 Fougères