L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Bandes dessinées

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 15 mars 2015

Il est Charlie

filesvotezpourmoi.jpg



Le nouveau catalogue à prix marqués de la librairie Léon Aichelbaum comporte trois rubriques formidables : de la bande dessinée, des judaïca et de l'humour qui, de

1. AVRIL et BERBERIAN. Sauve qui peut ! Lyon. Carton éditions, 1985. Cartonnage éditeur illustré 10x24 cm. dos toilé. Dessins d’Avril, scénario de Berberian . E.O. Complet de la sérigraphie originale signée par Avril. 60 €

conduit à

353 ZAHL (Peter-Paul) L’avocat de la terreur et autres signes de vie. Ed. Seghers/Laffont, 1980. In-12 br. Coll. « Change », série Rouge. Postface de Rudi Dutschke . Préface de J.-P. Faye. Dessins de Francis Bernard. Traduit par S. Cornille, P. Démerin et N. Gabriel . E.O. Poète, imprimeur, militant d’extrême gauche et activiste de la contre-culture P.-P. Zahl a été emprisonné dans les années 70 environ 10 ans pour diverses activités. 20 €


Comme un pied de nez aux fascistes de tout derme et à leurs faux frères mal-finis de la tête.



Librairie Les Autodidactes
53, rue du Cardinal-Lemoine
% 75005 Paris
01 43 26 95 18

lundi 8 mars 2010

Tante Chinoise à Gonfaron (Var)

TanteChinoise.jpg



Marguerite Bonnevay avait douze ans lorsqu’elle a établi, en 1894, la chronique en images d’un village du Var, Gonfaron, où elle passait ses vacances avec sa famille. Les éditions La Table Ronde ont édité il y a peu l’album de ses dessins doublé d’un DVD du film qu’en tira David Perlov en 1956, avec un préambule de Jacques Prévert, et le soutien de Jeanne Moreau, Veira da Silva ou Raymond Calder.

De Madeleine, Jacques Prévert avait écrit ceci : “Elle aurait pu s’appeler Fragile, Cocasse, Maladive ou Malice. Mais elle s’appelait tout bonnement Marguerite et n’avait pour toute baguette magique qu’un crayon à changer les gens.” De fait, Marguerite s’éteindra en 1903 à l’âge de vingt et un ans en laissant un cahier exceptionnel. Cahier qui fait d’elle, gardons-nous de l’oublier, un précurseur de la bande dessinée. Avait-elle eu seulement connaissance des œuvres de Christophe ?

Au long des vingt-sept pages de son cahier de dessin, la jeune fille, qui s’ennuyait sans doute un peu, s’était consacrée à l’observation du petit monde de Gonfaron et avait établi des figures du village une caricature follement légère et incisive.
La vie du petit bourg, son armée du Salut, ses cancanières, ses processions, ses couples radins et ses vieilles filles se voyaient portraiturés à la manière caustique sous les noms de “mère Tripotatibus”, “Reniflette”, “Toupinette”, “la reine des culottes” et vivaient de drôles d’aventures à base d’envols en ballons, de courses de cochons, d’accidents, de leçons de natations par le professeur Homard et de mariages.

Un livre délicieux qui rejoint derechef la bibliographie des oeuvres des enfants en démontrant que les petites personnes sont des individus moins candides qu’on veut bien le croire.

On devrait même s’en méfier, tiens, après avoir lu ce livre qui tintinnabule comme un grand chapelet d’éclats de rire%%


Marguerite Bonnevay Tante Chinoise et les autres. Edition établie par Nathalie Jungerman. Film de David Perlov.— Paris, La Table ronde, 80 pages et le DVD du film, 28 €