L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Attila József

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 10 décembre 2010

Attila József

AttilaJO.jpg


Après avoir été lacérée en anthologies variées, dispersée en revues diverses, l'oeuvre du poète hongrois Attila József méritait de paraître tel que son auteur avait souhaité la publier. Imaginerait-on Joyce servi exclusivement découpé ? produit en petites coupures ? tripatouillé ? Non, bien sûr.

Foin, donc, des traduction revues et corrigées par des mains interprétantes, pleines ou non de bonne volonté, et des morceaux choisis. La traduction homogène d'un recueil indépendant était un plaisir attendu et ce sont les éditions Sillage qui nous l'offrent : merci !

Ceux qui ont déjà lu la poésie d'Attila Jozsef savent quelles douceurs tristes ils vont y retrouver, les autres devraient ajouter ce petit livre à leur liste de Noël.
C'est un vif conseil du Préfet maritime.


Áron József m’engendra

Áron József m’engendra,
maître savonnier qui déjà
sur le Grand Océan
fauche les blés odorants.

Borcsa Pöcze m’a enfanté
que, féroces, ont dévorée
aux entrailles et au ventre,
les brosses aux mille pattes lavantes.

J’étais amoureux de Luca,
Luca ne l’était pas de moi.
Mes meubles : des ombres.
Mes amis : zéro, leur nombre.

Je ne peux plus avoir d’ennui,
Mon âme les a tous absorbés –
Et à tout jamais, je vis
À l’abandon, hébété.



jozsefAtt.jpg


Attila József Ni père ni mère (1929). Présenté et traduit de l'hongrois par Guillaume Métayer - Paris, Sillage, 75 pages, 7.50 €



En 1926, Attila J. vécut à Paris, au 4 de la rue du Vieux-Colombier (6e arrondissement). Une plaque marque l'immeuble, levez le nez à l'occasion.
PlaqueAttilaJ.jpg