L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Anonymat

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 4 mai 2017

De quoi l'anonymat est le nom

IncognitoGrasset.jpg



A propos d'anonymat, un livre vient de paraître chez Grasset : Incognito.
Son auteur a choisi de ne pas utiliser de pseudonyme. C'est son choix. Il aurait pu.
On sait que Grasset n'est pas l'éditeur des essayistes et l'on se trouve ici confronté à un essaillon plutôt qu'à un véritable travail charpenté. Le sous-titre du livre l'indique assez : Anonymat. Histoires de contre-cultures. On voit le genre. C'est le titre qui nous signifie exactement : je vous parle d'un sujet, mais pas complètement, par touches. Et comme je le déclare dès la page de titre, vous ne pouvez pas vous plaindre.
Et bien si, on va se plaindre et pas plus tard que maintenant.
Paniquez pas, ça va être rapide.
Ce livre rédigé avec beaucoup de bonne volonté et quelques petites recherches (sur internet), ressemble beaucoup à un mémoire de maîtrise — avec les contre-sens d'usage — qui aurait permis de dresser un livre chapitre par chapitre sur une idée-clef, autour d'un auteur, etc. Pas de vue panoramique ou approfondie.
C'est à croire que l'auteur a de la famille chez Grasset. Mais soyons comme l'éditeur, sympathiques, et empruntons ce livre en bibliothèque - n'allez pas vous mettre la honte chez votre libraire qui sait pertinemment que c'est bel et bien vous qui l'achetez... - pour constater ce qui suit :
Non, l'histoire des idées ne débute pas avec Debord et Deleuze.
Non, un coup d'oeil à Rabelais ne suffit pas pour faire historique (en deux pages).
Non, la contre-culture n'est pas la réponse à toutes les questions.
Et non, Daft Punk n'appartient pas à la contre-culture.
Etc. On ne va pas faire le boulot de Grasset ici, mais on peut tout de même indiquer deux ou trois pistes à son auteur et à son éditeur bien léger :
- Ne jamais citer les Inrockuptibles, et surtout pas Nelly Kapriélan, si l'on souhaite être un tout petit peu crédible auprès des gens cultivés mais aussi auprès des gens ignares qui en savent toujours plus qu'on le croit. En particulier sur les cuistres.
- Chercher du côté de Brunet et de son Dictionnaire des oeuvres anonymes. Je ne donne pas les références, on les trouve sur internet.
- Eviter de saloper un beau sujet. Il y a des rancuniers parmi les lecteurs. Sur notre île, on en sait quelque chose...



Yann Perreau Incognito. Anonymat, histoires d’une contre-culture. — Paris, Grasset, 306 pages, 19,90 €



lundi 6 juin 2011

D'anonymes clichés

Catphotos.jpg



Depuis 2007, la Galerie Lumière des roses s'est spécialisée dans les photographies anonymes des XIXe et XXe siècles. Elle est conduite par Marion Pranal et Philippe Jacquier.

Son blog fourmille d'images étonnantes, étonnamment belles, tout à fait assimilables aux oeuvres des plus grands photographes.

Difficile de dire ce que ce que l'anonymat procure à ces clichés. ce que la démarche démontre en revanche, c'est que l'image parfois se suffit à elle-même.

Un catalogue a paru il y a peu.



Galerie Lumière des roses
12-14, rue J.-J. Rousseau
93100 Montreuil
01 48 70 02 02
omnibus.jpg