L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - André Blavier

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 20 septembre 2012

Le fou nouveau est arrivé...

fou.jpg




L'intérêt du fou littéraire, de l'hétéroclite, du dingo papetier (1), c'est qu'il est intemporel, et donc toujours de mode, in, branché. Et plutôt sur le 220 v, comme on s'en doute.

Depuis que son cas à été repéré, disséqué, mis en bocaux, on n'en finit pas de redécouvrir son goût (ses goûts !) et ses aptitudes à la déconnade élaborée, voire savante. La bibliographie n'étant pas une science dure, quoique pure, elle se construit dans le temps grâce à l'obstination des bibliofilous et des collectionneurs. Et là, il faut avouer que, parfois, la disparition de ces derniers favorise nettement la circulation de biens trop longtemps claquemurés pour leur usage strictement personnel, individuel, solitaire. Dégoûtant quoi.

Depuis Charles Nodier, on a donc vu apparaître un iceberg sans cesse grandissant, grossissant, dont les constructeurs principaux se nomment Quérard, Queneau et Blavier. Le dernier tailleur de pierres en date se nomme Olivier Justafré. Il a commis sous le titre de "Graines de folie", un complément fort utile à la somme de Blavier.

Déjà la librairie Malombra et Marc Malfant avaient considérablement nourri la bibliographie des écrits hétéroclites. Preuve qu'il en restait à étiqueter : O. Justafré en propose 284 nouvelles pages qui, il faut le noter, contiennent des notices témoignant d'une lecture approfondie, ce qui n'est pas toujours le cas des produits de librairie contraints par le manque de place. Même si Marc Malfant a prouvé le contraire en élaborant des notices fort longues.

Nous voici donc avec des "nouveautés" dans le domaine, si l'on peut dire, et même certaines problématiques à discuter : peut-on, par exemple, être un fou littéraire par intermittence. La question méritait d'être posée pour distinguer les savants calés en leur partie et tout à fait ineptes dans un savoir étranger à leur domaine.

De même, doit-on s'intéresser à internet désormais ? Dans la mesure où l'un des critères qui servait jusqu'ici de discriminant ne tient plus avec la mise en ligne, je parle de l'auto-édition et du financement par l'auteur lui-même de l'impression de ses coups de génie, on peut se poser la question. Le net est si riche de travaux étonnants. Pour ainsi dire...

Bref, Olivier Justafré ne s'est pas contenté de faire des listes d'ouvrages curieux, il les a lus et il a réfléchi à son "Supplément aux Fous littéraires" au point de développer des problématiques. Pour le classement, il a suivi l'alphabet, se dégageant de la thématisation à la Blavier. Et pourquoi pas ? l'accès aux notices est plus rapide, et c'est tant mieux car l'on glisse de l'une à l'autre, d'un détail biographique à un autre avec un plaisir toujours aussi grand. D'Alain-Abraham Abehsera au vicomte de Z. en passant par Maurice Phusis ou l'empereur Boncors, c'est tout un monde d'évasion qui nous est présenté. Parfois, tel nouveau document éclaire un personnage déjà connu, parfois c'est l'inconnu qui s'illumine, et c'est peu dire, d'un nouveau personnage.

Fou ce que la France compte d'ahuris géniaux, de dieux non reconnus et de voyants spécialisés dans l'avenir de l'humanité. Sans parler des linguistes instinctifs, des soldats de la division Charlemagne spécialisés dans l'histoire des Vikings ou d'hirsutes dépenaillés merveilleusement scientifiques. Le Gaulois ne manque guère d'imagination, non plus que de grandes idées. Négligées, par bonheur. Nous devons faire une réserve néanmoins car cet ensemble formidable, argumenté et fort bien documenté compte à notre avis un intrus : si le Belge Théophile de Giraud a en effet toutes les caractéristiques de l'original, il est manifestement trop malin pour appartenir à la confrérie des hétéroclites. Il est frappant que ses ouvrages tiennent de l'exercice de style, certes forcené, mais de l'exercice de style tout de même, bien plus que du corpus delirium dont nous cause généralement Olivier Justafré. Cette toute petite réserve émise, un seul conseil :

Lisez-moi ça avant d'énoncer la moindre théorie de votre crue. Il est bien possible que l'on vous aie devancé !

Pour lire Graines de folie, il vous faudra vous procurer un exemplaire. Logique. Dans la mesure où le tirage est épuisé, il vous reste l'espoir de trouver chez l'auteur lui-même un fournisseur bienveillant. C'est la rançon du succès, et du travail bien fait.

JustafreI.jpg
Olivier Justafré Graines de folie. Supplément aux fous littéraires. — Anagrammes. 284 pages, 34 € L'ouvrage est épuisé mais il reste quelques exemplaires accessibles chez l'auteur, frais de port compris (Profitez-en pour demander une dédicace) (lesfouslitterairesATorange.fr)


(1) Définition et circonscription de l'acception selon les spécialistes

mardi 19 octobre 2010

Destin de fou (littéraire)

ff.jpg


Paul Verlaine rédigea pour lui un "Soné fonétic" et Jarry lui consacra une étude dans la Revue blanche. Jean Barès l'était bien, barré.
Comme nous l'apprend la presse de 1906, il perdit la vie, lui aussi.
André Blavier lui avait consacré la notice qu'il méritait. Ses continuateurs feront sans aucun doute de même avec ces informations nouvelles.

Jean BARÈS (1843-16 juin 1923). Ce millionnaire s'était acquis, il y a un quart de siècle, une certaine notoriété, par son zèle en faveur de l'union libre et de la réforme de l'orthographe. Il avait fondé le journal Le Réformiste et publié une Grammaire française, où il exposait sa méthode de simplification, exclusivement phonétique. Le 7 avril dernier, il avait, à la suite d'une discussion d'intérêt, tué à coups de fusil un agent de location. Il est mort dans un hôpital de Nice.




Voir aussi l'article de Jacques Brieu dans le Mercure de France (1er février 1906, p. 136) et celui des Partisans (n° 1, 1900).

vendredi 4 mai 2007

bibliographie exhaustive de la revue Bizarre (en cours)


BIZARRE (nouvelle série, n° VII, mars 1957)
Revue périodique nouvelle série

Rédacteur en chef : Michel Laclos
La rédaction reçoit tous les jeudis de 17 à 20 heures, au siège des éditions
Il paraîtra 8 numéros par an (…)
Librairie Jean-Jacques Pauvert, 8, rue de Nesle, Paris VIe
Directeur-gérant : Jean-Jacques Pauvert

2 Le front négatif (René de Solier)
13 Lettres à un éditeur
19 Rôti-cochon (Jean Follain)
23 Malentendu (Marianne Andrau)
27 Le Sacrifice du bourreau, impromptu (René de Obaldia)
39 Bibliographie des fous littéraires, supplément II (André Blavier)
44 Errata-Addenda aux F. L. B. (André Blavier)
45 Naissance d’un oracle (Olivier de Carfort)
52 Centenaire de Paul d’Ivoi (Jacques Siclier)
61 Notes : La Ficelle du four. De l’Ignorance volontaire. Reprise de “Queen Kelly”. Une erreur. Par delà le mur du sommeil. La Vierge du Misissipi. Une femme dans l’arène. Le lis de mer. Et Dieu créa la femme. Vous pouvez lire aussi… (Christian Maurel, Pierre Bailly, André S. Labarthe, Jacques Delpal, Jacques Trézel)
Illustrations : Mayo, Siné, Roger Cornaille, Agnèse
Photographies : Robert David, Pierre Espagne
Documents, Coupures de presse
Cahier publicitaire in fine