L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Alvaro Mutis

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 10 juillet 2016

Les métiers d'Abdul

mustiRev.jpg



L'énumération des emplois transitoires et fort divers que connue Bashur à partir de ce moment remplirait de nombreuses pages. Il suffira d'en mentionner quelques-uns, auxquels sa correspondance fait allusion ou qui ont été cités par Maqroll : distributeur de publications et photos pornographiques à Alep, fournisseur de vivres pour navires à Famagouste, entrepreneur en peinture navale à Pola, croupier à Beyrouth, guide pour touristes à Istamboul, faux parier pour attirer les gogos dans une salle de billard à Sfax, pourvoyeur de personnel féminin adolescent pour un bordel de Tanger, nettoyeur de chaudières à Tripoli, démarcheur de change au noir à Port-Saïd, administrateur de cirque à Tarente, proxénète à Cherchell, affûteur de couteaux à Bastia, en même temps que revendeur de haschisch. La liste est loin d'être close, mais elle est déjà suffisante pour mesurer le degré d'infortune et d'apathie atteint par notre ami, l'armateur libanais si fier et si entreprenant que j'avais connu à Uranda. En dépit de sa barbe grisâtre et hirsute, et de ses vêtements maculeés par tnat de métiers divers, tel qu'il m'apparut lors de diverses rencontres au cours de cette descente aux enfers de la pègre, Bashur gardait encore ses gestes aimables des bras et des mains, sans lien avec ses propos, et ce charme bien à lui, fait d'humour bref et caustique, de défi permanent au destin sans prononcer la moindre plainte, et de cette fidélité envers ses amis si particulière et si émouvante. Ce qui, par ailleurs, attire l'attention dans cette étape de l'existence d'Abdul, c'est qu'elle correspond exactement dans le temps avec les expériences les plus sombres et les plus abyssales de son ami de toujours, Magroll el Gavier.




Alvaro Mutis Abdul Baschur, le rêveur de navires. traduit de l'espagnol par François Maspero. - Paris, Grasset, "Les Cahiers rouges", 182 pages, 8,20 €

mercredi 2 septembre 2015

Climat, par le gabier Maqroll

12Mutis.jpg



La température, bien qu'invariable, est traversée de temps à autre par de brèves rafales de brise dont la fraîcheur est tout à fait étrangère à cette fournaise aussi immobile qu'un animal obstiné refusant de poursuivre son chemin. Ces souffles d'air venus d'un autre climat me rappellent les veines du marbre, étrangères à la coloration, à la tonalité et à la texture de la matière principale.




Alvaro Mutis La Neige de l'amiral, traduit de l'espagnol (Colombie) par Annie Morvan — Paris, S. Messinger, 1989.