L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Alphabet

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 31 mars 2014

Dans l'Anthologie japonaise (1871)

anjaIIII.jpg



Dans un merveilleux exemplaire de l'Anthologie japonaise établie par Léon de Rosny (1837-1914) illustré par le peintre japonais Go-Sei-Da - et l'adjectif merveilleux peine à rendre l'éblouissement de cette consultation -, on trouve le curieux poème intitulé "La Chanson de l'alphabet".

anja.jpg
Elle peut se traduire ainsi :

Plaisir et volupté, tout ici bas s'efface !
Est-il rien d'éternel en ce monde chétif ?
Au gouffre de la vie, hélas ! chaque jour passe,
Et ce n'est même pas un songe fugitif.


Certes, un Oulipien n'y retrouvera pas ses insignifiants petits, mais le traducteur essaye de donner une idée de l'exercice d'ensemble ainsi :
anjaIII.jpg

Léon de Rosny (1837-1914) Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes des insulaires du Nippon, traduites en Français et publiées avec le texte original par Léon de Rosny,... avec une préface par Edouard Laboulaye (Paris, Maisonneuve, 1871)

mercredi 2 juin 2010

La fin du monde selon André de Richaud

André de Richaud et Gaston Baissette (1939-1940).




(...) D'abord, les cristaux commenceront à fondre sans tambour ni trompette. Le diamant noir qui trône sur le front de la marquise de Z..., en fusion, s'enfoncera lentement dans sa tignasse mordorée. Quel spectacle !... Elle est cramoisie, elle buffle, ses yeux se liquéfient, ses seins bombardent, ses cuisses se rengorgent. C'en est fait d'elle... Le même sort est réservé à tout ce qui porte pierre sur crâne, rubis sur l'ongle, corail aux lèvres, cristal en voix, verre en pied, ambre en finesse...
Deux minutes après ce léger incident qui enlèvera un bon peu de ce qui volaille sur la surface du globe terraqué, se produira un événement ayant trait à la vie littéraire. Les lettres de l'alphabet, ordinairement si au courant de l'ordre de marche, se patineront et celles du nom de M. Clément Vautel, refusant de se placer dans l'ordre arbitraire auquel elles sont contraintes depuis si longtemps, se mettront dans leur suite logique : Cul et lavement. (Prenez votre crayon, amie chérie, il n'en manque pas une.) (...)

André de Richaud




La Bête noire, n° 8, février 1936, p. 8.