L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Alain Weill

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 9 mars 2016

Alain Weill sort ses bouteilles

WeillCadavresexquis.jpg




Spécialiste de l'affiche et de pas mal d'autres choses, Alain Weill, le complice de feu François Caradec, donne dans un orbis pictus tout récent, un aperçu de sa collection de bouteilles. Vous avez bien lu.
C'est l'occasion d'une plongée en terres gastronomique, viticole et spiritueuse, graphique, artistique et littéraire.
Accompagnant chaque photographie, un commentaire malicieux et/ou savant donne sur un ton tout à fait libre une foule d'information sur l'histoire de ces objets et sur les engouements de l'auteur qui se dévoile et nous raconte des anecdotes qui serviront à établir le récit de son existence. Car le point commun de toutes ces bouteilles... c'est Alain Weill lui-même.
La variété des flacons est immense, on se régale (en esprit) : cacao-chouva des établissements Jouve, très vieux kirsch du grand-père Nicolas, Grande Chartreuse de Taragone, crus Mistinguett ou Echenoz ou bien encore ce Pape noir qui ne manque pas de contraste, bières (La Poulpeuse, par exemple), sodas, vins, dont des champagnes, jusqu'à une belle étiquette de Saul Sternberg sur un Mouton de Rothschild 1983...

Si Steinberg est un artiste qui me ravit, j'aime par-dessus tout chez lui sa manière de jouer avec les objets du quotidien : ces bouteilles sont un bijou de poésie décalée ; on y trouve sa jouissance à inventer des alphabets illisibles, à concevoir des cachets. (...)


A lire à la régalade.



Alain Weill Cadavres exquis. — Paris, Editions du Sandre, 12 € (à paraître en mars 2016).

mercredi 25 novembre 2015

Du bon, du très bon, du très très bon

WeillCadavresexquis.jpg




Spécialiste de l'affiche et de pas mal d'autres choses, Alain Weill, le complice de feu François Caradec, donne dans un orbis pictus tout récent, un aperçu de sa collection de bouteilles. Vous avez bien lu.
C'est l'occasion d'une plongée en terres gastronomique, viticole et spiritueuse, graphique, artistique et littéraire.
Accompagnant chaque photographie, un commentaire malicieux et/ou savant donne sur un ton tout à fait libre une foule d'information sur l'histoire de ces objets et sur les engouements de l'auteur qui se dévoile et nous raconte des anecdotes qui serviront à établir le récit de son existence. Car le point commun de toutes ces bouteilles... c'est Alain Weill lui-même.
La variété des flacons est immense, on se régale (en esprit) : cacao-chouva des établissements Jouve, très vieux kirsch du grand-père Nicolas, Grande Chartreuse de Taragone, crus Mistinguett ou Echenoz ou bien encore ce Pape noir qui ne manque pas de contraste, bières (La Poulpeuse, par exemple), sodas, vins, dont des champagnes, jusqu'à une belle étiquette de Saul Sternberg sur un Mouton de Rothschild 1983...

Si Steinberg est un artiste qui me ravit, j'aime par-dessus tout chez lui sa manière de jouer avec les objets du quotidien : ces bouteilles sont un bijou de poésie décalée ; on y trouve sa jouissance à inventer des alphabets illisibles, à concevoir des cachets. (...)


A lire à la régalade.



Alain Weill Cadavres exquis. — Paris, Editions du Sandre, 12 € (à paraître).

mardi 23 mars 2010

Actualités

affiche100.jpg



C’est le printemps, annonces de parutions et volumes pleuvent. Une joyeuse floraison.


Alain Weill
Spécialiste de l’affiche et l’auteur avec François Caradec du fameux Café-concert, 1848-1914 (Fayard, 412 pages, 45 euros), ouvrage épuisé et ré-épuisé, vient de produire chez l’éditeur d’art Gourcuff Gradenigo, un recueil d’images curieuses qui, quoique historiques, restent dignes d’illustrer avec humour notre monde (échantillon bientôt, ici même, si vous êtes sages) :

Affiches impertinentes, improbables, incorrectes, insolites. - Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 96 pages, 19 euros


Christian Garcin annonce pour sa part deux volumes à paraître en avril :

Circé, ou une agonie d’insecte (Cadex, 52 pages, 10 euros)

Carnet japonais (L’Escampette, 128 pages, 15 euros)



Michel Arrivé, enfin, est l’auteur d’

Un bel immeuble, roman qui vient de paraître aux éditions Champ vallon.
et de
Verbes sages et verbes fous (Belin), recueil consacré à deux-cent cinquante verbes tels que boboïser, bossnapper, candidater, se casser, génocider, marrainer, paparazzer, sankariser, sarkozyser, sécuriser…



Et l’on aura garde d’oublier Didier Blonde dont nous allons parler très bientôt.