L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Mot-clé - Adolphe Retté

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 8 janvier 2007

L'OEil bleu

C’est dans la grande tradition des revues savantes mais généreuses, érudites mais agréables, voire excitantes, que s’inscrit L’Œil bleu.
Elle rejoint des rangs déjà peuplés qui, pour la seule période fin-de-siècle, la plus faste sans doute, compter déjà quelques éminentes publications, composées par des amateurs qui, non contents de se pourlécher de textes rares et de publications oubliées, s’empressent de les offrir à la multitude, enrichis en outre d’études d’histoire littéraire et de fragments prometteurs. Des gars et des filles sympas.
D’abord, on peut — on doit ! — signaler qu’avaient paru A rebours et Le Balcon auxquelles se sont adjointes plus récemment, dans des registres variés, Le Rocambole (bigrement fouillé), (feu ?) Le Visage vert, mais aussi Le Codex Atlanticus dont nous allons parler prochainement, Le Boudoir des Gorgones et bien d’autres. Il se pourrait même qu’une nouvelle entrante se signale très prochainement.

Mais, pour l’heure, c’est L’Oeil bleu qui paraît.

Il est né il y a un semestre et compte déjà deux livraisons.
Nicolas Leroux, le maître d’œuvre au nom qui fleure l’utopie, nous régale ainsi de sommaires où se croisent G.-Albert Aurier, Marius Boisson, A. Retté, Hugues Rebell et Vincent Muselli (une lettre sur Simenon), et où Henri Bordillon poursuit sa « promenade abécédaire » en dessinant les liens de Gustave Le Rouge et Blaise Cendrars, plus riches qu’on l’avait imaginé.
Surtout, on découvre le bohême F.-B. de Bucé (1852-1914) et sa Revue d’un Passant à propos duquel Marius Boisson, qui fut un temps le secrétaire de Rebell, avait laissé un précieux témoignage dans « Piquette (nouvelle parisienne) ».
De quoi relire Marius Boisson qui faisait déjà les bons jours d‘A rebours… C’est le bon vieux phénomène du rebond, moteur le plus efficace sans doute des recherches de l’histoire littéraire indépendante, domaine où Nicolas Leroux semble annoncer des étincelles à venir.
Dire que nous sommes curieux de la suite est un brin euphémistique.

L’Œil bleu
associationoeilbleu@yahoo.fr
59, rue de la Chine, 75020 Paris
64 pages, 12,50 € (pas de procédure d’abonnement pour l’heure).