L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Le Fantôme de Tabucchi

63164.jpg


Rapport de présence, exercice d'admiration, souvenirs partagés, le Vénitien Roberto Ferrucci fait revivre Antonio Tabucchi dans un court récit habité. On est à Lisbonne, la plupart du temps, et flâne ce qui pourrait être un fantôme.
Entre le dlinn dlinn des tramways lisboètes et les pavés noirs et blancs, des histoires "arrivent" à Roberto Ferrucci et elles sont toujours aussi simples, délicates et délicieuses.
Ceux qui se souviennent de sa Venise envahie par la marine à troupeaux iront sans doute vers les collines du bord de Tage, avec d'autant plus d'enthousiasme qu'il est question de visites au maître et ami, de publicité envahissante et même de l'affaire Cesare Battisti bien embarassante pour l'intelligentsia française qui a fait d'un terroriste un écrivain qui n'écrit plus...


Roberto Ferrucci Ces histoires qui arrivent. Traduit de l'italien par Jérôme Nicolas. - La Contre-Allée, 2017, 90 pages, 8.5 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet