L'Alamblog

Accueil | Contre-feux, revue littéraire | Les espaces de l'édition indépendante

Charles-Louis Philippe à Élie Faure

CLPELIEF.jpg


Reprenons : la vente de la correspondance reçue par Élie Faure a lieu ce jour (voir le billet d'hier).
Au catalogue ces morceaux délicieux de Charles-Louis Philippe (mise à prix 300/400 €) :

Du 1er septembre 1907 :

"Je suis un type dans le genre de la fourmi. J'ai beaucoup travaillé ce printemps et cet été, et c'est ensuite qu je me suis aperçu qu'il valait mieux ne pas utiliser ce que j'avais fait. En attendant, il faut que vous arrachiez madame Millie (1), ma future veuve, aux maux qu'elle continue à avoir dans le ventre. Est-ce que vous pourriez lui écrire un mot, 31 quai Bourbouon, pour lui dire quel jour elle pourrait vous rencontre chez vous ? Elle irait vous consulter. Vous serez bien aimable. Je vous consacrerais dans mes souvenir ou plutôt dans mes mémoires tout un long chapitre. J'émettrais à votre sujet des idées neuves sur les médecins. Je m'engage à déclarer que vous aurez été un précurseur. J'ai fait de la peinture chez Francis (2). Je suis très ennuyé. Je croyais du premier coup lancer l'art contemporain dans des voies nouvelles. Eh bien, je ne puis pas y arriver. Est-ce que par hasard les peintres auraient autant de mérite que nous ? Je pars lundi pour mon pays. il y a déjà une statue. Ca m'ennuie. J'aurais préféré être tout seul. Si c'est vous qui ayez à vous occuper de la mienne, faits-la déboulonner. Je vous rendrai la pareille si c'est moi qui (aie) à m'occuper de la votre.

Du 18 février 1908 :

"Je n'ai pas pu aller vous voir samedi dernier parce que tous ces temps-ci j'étais encore bien fatigué le soir. Dites-moi donc quand je pourrai aller vous remercier de m'avoir guéri. Je suis en train d'écrire une petite chose pour vous. Je dis que la maladie m'a tenu lieu d'un beau voyage et que c'est bien triste de ne plus être malade. Je vous montrerai ça quand ce sera terminé, et vous me traiterez d'hypocrite. Je travaille our l'administration et je trouve que j'étais très bien au lit malgré la fièvre et la diète. Et puis quand je n'écrivais pas, j'avais tant de talent !"


Soit 14 missives autographes signées, soit 12 lettres et 2 cartes (1907-1909).

Correspondance pétillante d'humour caustique et d'autodérision picaresque

dit le catalogue qui abuse des adjectifs.



(1) Emilie Millerand
(2) Francis Jourdain

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet